Retour en force de Star Wars

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'arrivée sur les écrans du septième volet de Star Wars s'apparente à de la folie furieuse. On nous assène chaque jour de petits détails sur la production, d'analyses sur les personnages et de projections sur le box-office. La vraie question est plutôt : ce nouveau départ pourra-t-il faire oublier aux amateurs la déception de la deuxième trilogie? Tour d'horizon dans l'univers des Jedi et des Sith sur ce qu'on sait (ou pas) sur Le réveil de la force (The Force Awakens).

Trente-huit ans après l'apparition sur grand écran de Luke Skywalker, d'Han Solo et de la princesse Leia, les célèbres premières notes du thème de John Williams vont de nouveau résonner à fond dans les salles de cinéma. Et même si le récit reste, pour l'essentiel, plongé dans l'ombre, on devine sans difficulté que J. J. Abrams va tenter de recréer la fraîcheur et la magie qui caractérisaient cet affrontement mythique entre le bien et le mal dans le tout premier film de la saga intergalactique.

Après tout, Abrams, surtout connu pour ses téléséries cultes Alias et Perdus, est un expert de la citation. Et les premières images révélées par les bandes-annonces évoquent certaines scènes fétiches de Star Wars : le ciel rosissant avec planète orange, le cri de Chewbacca, le hmmmm des sabrolasers, le Faucon Millenium, etc.

Comme chaque fois avec Star Wars, le long métrage... (Lucasfilm, Disney) - image 2.0

Agrandir

Comme chaque fois avec Star Wars, le long métrage de 136 minutes est entouré du plus grand secret. 

Lucasfilm, Disney

On peut donc s'attendre à ce que ce nouvel épisode joue à fond la carte de la nostalgie. Mais encore? Après tout, l'action se déroule 30 ans après Le retour du Jedi. L'Empire galactique mené par l'empereur Palpatine et Darth Vader a cédé sa place à un nouveau groupe, Premier ordre (First Order), dont le vilain de service, Kylo Ren, fait partie. Les héros sans peur et sans reproche de la Résistance regroupent, entre autres, le pilote de X-Wing Poe Dameron, le Stormtrooper déserteur Finn et Rey, une contrebandière.

Patronymes mystérieux

Fait notable, la production a volontairement omis de révéler le patronyme de ces deux derniers, qui pourraient être liés à des personnages apparaissant dans les films précédents. Même Kathleen Kennedy, la patronne de Lucasfilms, n'a pas toutes les réponses concernant cette nouvelle trilogie. «Nous n'avons pas encore cartographié chaque détail.»

La production a cependant dû composer avec le fait que les acteurs choisis apparaîtront dans deux autres films (Rian Johnson entreprend le tournage de l'épisode VIII en janvier, pour une sortie le 26 mai 2017. Colin Trevorrow, qui réalisera le suivant, le joindra sur le plateau pour assurer la continuité dans l'épisode IX, en 2019). 

John Boyega, Daisy Ridley, Oscar Isaac et compagnie succèdent à la vieille garde, même si Mark Hammil, Harrison Ford et Carrie Fischer sont de la partie. Histoire de titiller la fibre nostalgique des maniaques de la première heure. D'ailleurs, il est d'ores et déjà assuré que Chewbacca, le wookie acolyte d'Han Solo, ainsi que les droïdes C-3PO et R2-D2 font partie du récit. Il y a aussi le droïde BB-8, qui ressemble à un ballon de soccer avec une soucoupe pour tête.

Une bonne partie de l'action se déroulerait sur Jakku, décrit comme un monde désertique éloigné et un repaire de voleurs, de hors-la-loi et de charognards. Ce qui ressemble à s'y méprendre à Tatooine, la planète sur laquelle habitait Luke Skywalker au début du premier film. Citation, on vous disait...

Comme chaque fois avec Star Wars, le long métrage de 136 minutes est entouré du plus grand secret. Cette paranoïa a atteint son comble en début de semaine. Les journalistes de la presse internationale qui participaient à la conférence de presse avec les acteurs et la production n'ont même pas pu voir le précieux film (une pratique totalement inhabituelle). «Dans l'intérêt des spectateurs», pour éviter les fuites.

Fraîcheur originale

J. J. Abrams est lui-même conscient que les attentes sont démesurées. Le réveil de la force doit en effet combler les gens qui veulent une suite à la trilogie originale, et oublier l'univers de la prélogie, tout en étant un film original. Sans parler des pressions énormes de Disney, le nouveau propriétaire de la franchise, qui a une énorme quantité de produits dérivés à mettre en marché. 

Le réalisateur qui a relancé la franchise de Star Trek a donc fait appel à Lawrence Kasdan, scénariste de L'empire contre-attaque et du Retour du Jedi, pour retrouver la fraîcheur originale, sans contraintes artistiques, jure-t-il. Les deux créateurs ont d'ailleurs hésité avant de s'impliquer.

«Il ne s'agissait pas de trouver des explications convaincantes, d'introduire un certain nombre de jouets pour une grosse corporation ou bien d'apaiser qui que ce soit. Il s'agissait avant tout de faire ce qui nous enthousiasmait», a-t-il confié au magazine Wired

On verra bien vendredi.

L'arrivée sur les écrans du septième volet de Star... (Infographie Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

Sources : The New York Times, Première, Variety, The Hollywood Reporter, Wired, Le Figaro

Le divorce de George Lucas

Depuis quelques semaines, les déclarations de George Lucas sur la nouvelle trilogie de Star Wars ressemblent beaucoup à celles d'un amoureux éconduit. Il évoque lui-même son «divorce» créatif avec Disney, qui lui a pourtant versé 4 milliards $US en 2012 pour Lucasfilms. Le papa de Luke Skywalker aurait-il des regrets?

On pourrait le penser. Après tout, lorsque Lucas a lancé La guerre des étoiles en 1977, personne n'y croyait - il a pris l'affiche dans 32 cinémas avant de devenir le phénomène de société que l'on sait. Le réalisateur avait une réputation de créatif, des succès d'estime à sa fiche (THX 1138, American Graffiti), mais guère plus. 

Sa décision de génie en sera une d'affaires, pas de cinéma: il fait inclure les droits des produits dérivés dans son contrat. Avec les millions de ses redevances, il a bâti un empire, qui repose sur Lucasfilm et sa célèbre firme d'effets spéciaux Industrial Light & Magic (23 Oscars).

Quoi qu'il en soit, c'est après la vente à Disney que les choses se sont gâtées. Ses dirigeants ont rejeté les scénarios de Lucas pour la nouvelle trilogie. «Ils ont donc décidé qu'ils ne voulaient pas utiliser ces histoires, ils ont choisi de faire les choses à leur manière, et donc... j'ai pris ma propre route et je les ai laissés prendre la leur», a-t-il déclaré dans une entrevue à CBS.

Ce qui signifiait aussi confier son «bébé» à d'autres et abandonner son rôle de consultant. «Il est impossible de travailler par dessus l'épaule de quelqu'un d'autre. [...] Je savais que je ne pouvais pas être impliqué. Tout ce que j'aurais fait les aurait rendus malheureux. Moi le premier. Ça ruinerait probablement une vision. J.J. [Abrams, le réalisateur du Réveil de la force] a une vision et c'est sa vision», a confié Lucas au Washington Post.

George Lucas avec son mythique personnage de Darth... (Photothèque Le Soleil) - image 5.0

Agrandir

George Lucas avec son mythique personnage de Darth Vader, qui a reçu en 2011 le prix de l'«ultime vilain» aux Scream Awards, à Los Angeles

Photothèque Le Soleil

Il semble bien que la paire se soit un peu raccommodée après que Lucas ait vu le film. En début de semaine, la productrice de la mythique saga, Kathleen Kennedy, a déclaré qu'il en était ressorti «enthousiaste». «Il n'a jamais été question pour lui de critiquer la nouvelle équipe. Il a simplement pris ses distances et nous a laissé continuer son oeuvre en toute confiance», a-t-elle commenté.

Stratégie de communication alors que la campagne de promotion bat son plein? Peut-être bien. Ou pas. Si c'est le cas, George Lucas n'est pas le seul à éprouver des émotions contradictoires en ce moment. Il est le révéré créateur de la saga intergalactique (et de celle d'Indiana Jones, avec Steven Spielberg). À ce titre, les amateurs de celle-ci lui vouent une admiration sans bornes.

Mais pour certains, il est aussi celui qui a commencé à déconstruire l'univers mythique qu'il a créé dans les deux premiers films avec Le retour du Jedi, puis a tenté de complètement l'éradiquer avec sa prélogie.

Beaucoup de fanatiques de La guerre des étoiles sont donc soulagés que Lucas ne soit pas à la barre de la nouvelle trilogie. Son grand ami Francis Ford Coppola (Le parrain) aussi, mais pas pour les mêmes raisons. Le succès de Star Wars, «c'est dommage, parce que George Lucas était un expérimentateur fou et il s'est perdu dans cette grosse production sans jamais réussir à en sortir». 

Sources : CBS, Washington PostLe FigaroScreen

Une armée de fanatiques

La franchise de Star Wars vient avec son armée de... (Photothèque Le Soleil) - image 7.0

Agrandir

La franchise de Star Wars vient avec son armée de fanatiques, qui n'hésitent pas à se costumer pour les congrès ou pour aller au cinéma.

Photothèque Le Soleil

La franchise de Star Wars vient avec son armée de fanatiques, qui n'hésitent pas à se costumer pour les congrès ou pour aller au cinéma. Ils sont aussi parfois d'avides collectionneurs. Et se passionnent pour le moindre détail. Certains sont même prêts à tout pour défendre la réputation de leurs films chouchous. Comme brûler des exemplaires du Soleil. J'en sais quelque chose...

Petite mise en contexte. Les trois premiers Star Wars (1977 à 1983) ont connu un engouement sans précédent (presque 2 milliards $ de recettes mondiales), doublé d'un phénomène de société : la vente de produits dérivés. L'annonce d'une nouvelle trilogie, pour le début de 1999, sème la frénésie chez les amateurs du genre (­comme en ce moment). 

À quelques jours de la sortie, les fidèles ne se peuvent plus. Le Soleil est invité à l'avant-première de La menace fantôme, sur lequel plane le plus grand secret. On sait que George Lucas, le célèbre réalisateur, a consacré la moitié de son budget aux effets spéciaux, mais guère plus.

Je rédige ma critique - assez défavorable - dans l'autobus qui me ramène de Montréal en pesant chacun de mes mots, déçu que ce quatrième long métrage ne soit pas à la hauteur de la précédente trilogie. Mais j'étais loin de m'imaginer la suite. 

Le mercredi 19 mai 1999, je suis réveillé par une station de radio pour une entrevue à ­brûle-pourpoint sur mon texte. Plusieurs heures plus tard, on apprend que des spectateurs en colère font flamber des exemplaires du journal devant le cinéma avant leur représentation. Donc avant d'avoir vu le film... Heureusement qu'il n'y avait pas vraiment de réseaux sociaux à l'époque.

Qu'est-ce que j'écrivais de si terrible? Que le récit était du déjà-vu, simpliste et manichéen, que la réalisation était académique, mais dans une enveloppe très impressionnante et spectaculaire - un beau contenant sans contenu. Sans parler de Jar Jar Binks. Finalement, à peu près la même chose que la majorité des critiques à l'époque. 

On verra bien pour le septième épisode, dont la sortie est ­vendredi. Petit conseil : ne sacrifiez pas votre téléphone intelligent ou votre tablette si vous n'êtes pas d'accord avec ma critique. Vous devriez acheter le journal. Juste au cas...

Partager

À lire aussi

  • Unis pour la vie par la force

    Cinéma

    Unis pour la vie par la force

    Quand elle était toute petite, Ashleay Dollard était déjà une fan de Star Wars et rêvait d'épouser Han Solo. En 2012, la jeune femme a... »

  • 40 ans dans les circuits de C-3PO

    Cinéma

    40 ans dans les circuits de C-3PO

    Quand il a accepté le rôle de C-3PO dans le film Star Wars en 1976, le comédien britannique Anthony Daniels n'aurait jamais imaginé... »

  • Une nouvelle continuité avec <i>Le réveil de la force</i>

    Livres

    Une nouvelle continuité avec Le réveil de la force

    Ceux qui ont dévoré plusieurs des quelque 200 romans formant ce qui était autrefois appelé «l'univers étendu de Star Wars» découvriront une... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer