Squat arrive à destination

Le réalisateur de Québec Samuel Matteau compare l'expérience... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le réalisateur de Québec Samuel Matteau compare l'expérience de Squat à celle d'un bateau qui doit naviguer à travers vents et marées sans jamais perdre le cap. Quitte, en cours de route, à faire son «deuil de scènes ou d'idées pour aller à l'essentiel».

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Squat, de Samuel Matteau, en est à ses derniers jours de tournage à Québec. En fin de semaine, Emmanuel Schwartz endossait les habits de son personnage «qui a toutes les caractéristiques d'un psychopathe». Lundi, c'était Claude Robinson qui se glissait dans la peau d'un bienfaiteur pour les jeunes de la rue. Le Soleil est allé faire son tour.

Le réalisateur de Québec semblait exténué. Mais malgré les difficultés inhérentes à un premier long métrage, «je réalise un beau rêve». Il compare cette «expérience fascinante» à celle d'un bateau qui doit naviguer à travers vents et marées sans jamais perdre le cap. Quitte, en cours de route, à faire son «deuil de scènes ou d'idées pour aller à l'essentiel».

Après 16 des 20 jours de tournage, Squat arrive bientôt à destination. Son capitaine a fait «plein d'apprentissages», notamment travailler avec des acteurs inexpérimentés et des pros comme Emmanuel Schwartz (Laurence Anyways, Laurentie). «Il génère beaucoup d'énergie et met les jeunes à l'aise», explique Samuel Matteau.

Le talentueux Schwartz n'a qu'un petit rôle dans Squat, ça ne l'empêche pas de multiplier les éloges à propos de ce conte urbain et d'un rôle qu'il considère comme un «cadeau». «J'adore ce projet. Il y a quelque chose de plus grand que nature dans les personnages et les situations qui est tout à fait rafraîchissant. [...] C'est une proposition particulière et réfléchie. J'ai vraiment pas l'impression de travailler avec quelqu'un qui en est à ses premières armes.»

Premières moutures

Son ami Guillaume Fournier, qui a scénarisé Squat, lui a fait lire les premières moutures du film. Il était donc bien au fait de l'oeuvre quand Samuel Matteau l'a contacté. Il a accepté le rôle avec enthousiasme.

Notamment parce qu'il trouvait au Duc, un «mécréant de bas étage qui cherche à récupérer de la drogue», des parentés avec l'inoubliable Bill le boucher interprété par Daniel Day-Lewis dans Les gangs de New York (Scorsese, 2002). «C'est un peu le Bonhomme Sept Heures pour les squatteurs, il est magnifié par sa légende.»

Il est d'ailleurs une menace pour les personnages principaux de l'histoire, TV (Noah Parker) et Samu (Théodore Pellerin), deux ados en fugue qui se retrouvent au sein d'un groupe d'âmes en peine au coeur du Vieux-Québec.

Ceux-ci peuvent compter sur la bienveillance du père Bouchard, «un vieux hippie qui fait ce qu'il peut avec ce qu'il a», c'est-à-dire une vieille roulotte dans laquelle il nourrit les jeunes aux hot-dogs, explique Claude Robinson.

Le réalisateur a choisi l'illustrateur justement parce qu'il incarne une figure paternelle positive. M. Robinson a joué un peu à la télé (Les beaux malaises, 30 vies), mais il n'a pas hésité une seconde pour son premier rôle au cinéma. «Je voyais juste de bonnes raisons d'accepter. Un gars qui fait son premier long métrage, t'encourages ça en partant.»

Année faste

À l'inverse, Squat marque une année faste pour Emmanuel Schwartz au cinéma, lui qui se décrit comme un «cinéphile obsessif» : «j'écoute un à deux films par jour». L'acteur joue beaucoup sur les planches, un peu moins sur grand écran. Or, il fera aussi des apparitions dans Endorphine d'André Turpin et Nelly d'Anne Émond, ainsi qu'un rôle plus conséquent dans Chasse-galerie, de Jean-Philippe Duval.

«Je suis content de participer à ces projets, d'être lié à ces réalisateurs-là et de sentir que j'existe dans l'univers du cinéma québécois. J'ai cette ambition de faire un peu plus de cinéma. Je scénarise d'ailleurs deux de mes pièces [Alfred et Bérénice].»

Samuel Matteau a aussi le désir de poursuivre son aventure. «C'est une expérience extrêmement enrichissante. [Mais] c'est avant tout un beau voyage humain.»

La sortie de Squat est prévue pour la fin 2016, début 2017.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer