007 Spectre, l'ennemi intérieur ***

  • Daniel Craig (Fournie par Columbia Pictures)

    Plein écran

    Daniel Craig

    Fournie par Columbia Pictures

  • 1 / 10
  • Léa Seydoux (Fournie par Columbia Pictures)

    Plein écran

    Léa Seydoux

    Fournie par Columbia Pictures

  • 2 / 10
  • Monica Bellucci et Daniel Craig (Fournie par Columbia Pictures)

    Plein écran

    Monica Bellucci et Daniel Craig

    Fournie par Columbia Pictures

  • 3 / 10
  • Daniel Craig (Fournie par Columbia Pictures)

    Plein écran

    Daniel Craig

    Fournie par Columbia Pictures

  • 4 / 10
  • Christoph Waltz et Léa Seydoux (Fournie par Columbia Pictures)

    Plein écran

    Christoph Waltz et Léa Seydoux

    Fournie par Columbia Pictures

  • 5 / 10
  • Stephanie Sigman (Fournie par Columbia Pictures)

    Plein écran

    Stephanie Sigman

    Fournie par Columbia Pictures

  • 6 / 10
  • Daniel Craig et Léa Seydoux (Fournie par Columbia Pictures)

    Plein écran

    Daniel Craig et Léa Seydoux

    Fournie par Columbia Pictures

  • 7 / 10
  • Naomie Harris (Fournie par Columbia Pictures)

    Plein écran

    Naomie Harris

    Fournie par Columbia Pictures

  • 8 / 10
  • Daniel Craig (Fournie par Columbia Pictures)

    Plein écran

    Daniel Craig

    Fournie par Columbia Pictures

  • 9 / 10
  • Daniel Craig et Dave Bautista (Fournie par Columbia Pictures)

    Plein écran

    Daniel Craig et Dave Bautista

    Fournie par Columbia Pictures

  • 10 / 10
Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Le 24e James Bond était attendu avec beaucoup d'impatience après l'éclatante réussite de Skyfall (2012). D'autant que Sam Mendes était de retour à la réalisation et que Daniel Craig endossait le smoking de 007 pour une quatrième fois.

Après que Mendes et ses scripteurs eurent pris leurs distances avec les canons du genre, Spectre tente de renouer avec l'esprit des premières productions inspirées par l'oeuvre d'Ian Fleming, tout en mettant fin à un cycle. Avec un résultat mitigé.

Spectre s'amorce pendant le jour des Morts, à Mexico, avec un époustouflant plan-séquence de la rue jusque sur un toit d'hôtel, une spectaculaire série de cascades et un numéro de haute voltige en hélicoptère. La suite s'avère toutefois bien moins excitante.

Nous sommes au lendemain des retombées de l'affaire Skyfall, qui perturbe encore Bond. L'agent secret a reconnu à la main d'un adversaire une bague qui porte la marque d'une organisation secrète qui lui est bien connue: Spectre. Les fantômes du passé viennent le hanter. Il devra toutefois les affronter seul puisqu'il est relevé de ses fonctions après le fiasco du Mexique. Et affronter ses démons intérieurs, lui dont la vie se résume souvent à tuer pour ne pas être tué.

Il doit aussi composer avec un ennemi intérieur de taille. Le programme 00 risque l'abolition dans une restructuration. Son nouveau patron le trouve obsolète, préférant un système de surveillance orwellien qui permet d'espionner tout le monde et son père - y compris les proches collègues de Bond: M, Q et Moneypenny.

Pas simple tout ça (en plus de ressembler étrangement au scénario du dernier Mission: Impossible). Ce qui explique que le film s'englue et qu'il mette plus d'une heure à arriver dans le vif du sujet (à 2 heures 30, il y a bien des longueurs). Bond retrouve un ex-membre du Quantum, une branche de Spectre, qui lui confie sa fille, la Dre Madeleine Swann (Léa Seydoux). Celle-ci détient la clé pour le conduire jusqu'à la tête de l'organisation criminelle tentaculaire (d'où son sigle de pieuvre).

Les admirateurs de la série à l'époque de Sean Connery seront heureux de retrouver tous les éléments d'un classique James Bond, dont les inévitables poursuites en avion, en bateau, en auto, alouette. Mais ça manque de conviction, jusque dans l'interprétation de Craig, sur le pilote automatique. Il y a aussi de nombreux clins d'oeil, notamment le chat blanc de Bloefeld...

 

Bande-annonce de «007 Spectre»

Un méchant absent

Parlant du méchant de service (Christoph Waltz), il arrive bien tard et on le voit très peu. En passant, Monica Bellucci ne fait justement que ça, passer.

Bien sûr, la franchise est bien rodée. On y trouve tous les trucs usuels, des gadgets (pas trop) jusqu'à l'attitude désinvolte et l'allergie à l'autorité de Bond, en passant par les séjours dans différents pays (Italie, Autriche, Afrique du Nord, etc.). Sam Mendes (ou la production?) a voulu donner un cachet rétro à Spectre, jusque dans l'image (Hoyte Van Hoytema fait un très bon travail comme directeur photo, mais ce n'est pas Roger Deakins).

D'ailleurs, voir un James Bond, c'est comme enfiler ses vieilles pantoufles: c'est confortable et ça garde au chaud. Mais il y a des trucs plus excitants que de s'en tenir à la formule. Surtout quand même la James Bond Girl est plutôt mièvre.

Sans révéler des éléments-clés, disons que Spectre tente de relier les fils des quatre longs métrages de l'ère Craig. Or, ce n'est jamais évident de réaliser la quadrature du cercle. Dans la bonne moyenne, sans plus.

=> Au générique

  • Cote : ***
  • Titre: 007 Spectre
  • Genre: suspense d'espionnage
  • Réalisateur: Sam Mendes
  • Acteurs: Daniel Craig, Léa Seydoux et Christoph Waltz
  • Salles: Alouette, Beauport, Cartier, Des Chutes, IMAX Galeries de la Capitale, Lido, Sainte-Foy
  • Classement: 13 ans et plus
  • Durée: 2h28

On aime: retrouver 007, la qualité de la production

On n'aime pas: la formule un peu usée, la confusion scénaristique, une réalisation qui manque de poigne, la musique sirupeuse

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer