Brûlé, un film sans saveur  **1/2

Brûlé : un chef sous pression s'attache aux... (Fournie par les Films Séville)

Agrandir

Brûlé : un chef sous pression s'attache aux pas d'Adam Jones (Bradley Cooper), un chef arrogant mais talentueux aux allures de rock star.

Fournie par les Films Séville

Le SoleilÉric Moreault 2/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / On va vous éviter le plus possible les métaphores culinaires, mais celle-ci s'impose. Brûlé : un chef sous pression (Burnt) est tellement cuit qu'il s'avère sans saveur.

Bradley Cooper et Sienna Miller ont beau faire beaucoup d'efforts pour sauver du naufrage le film de John Wells, le scénario est tellement mince et prévisible qu'on ressent au mieux un vague ennui.

Les Américains ont une expression savoureuse pour ce genre de film : food porn. Sauf que comme la vraie porno, ça finit par être extrêmement répétitif toutes ces images de haute cuisine filmées en gros plans pour nous faire saliver.

Brûlé s'attache aux pas d'Adam Jones (Cooper), un chef arrogant mais talentueux aux allures de rock star. L'homme est en quête de rédemption après avoir presque détruit sa carrière à Paris dans l'alcool et la drogue (un grand classique...).

Établi à Londres trois ans plus tard, Jones veut obtenir ce qui lui échappe depuis : une cote de trois étoiles du guide Michelin. Il sollicite alors ses anciens coéquipiers, Tony (Daniel Brühl) et Michel (Omar Sy). Le premier est un maître d'hôtel homosexuel secrètement amoureux de Jones et le deuxième, un sous-chef prêt à passer l'éponge sur ses frasques. Mais c'est la belle Hélène (Miller) qui détient la clé du succès.

On sait en partant que les deux vont tomber amoureux. Ce qui n'est pas une raison pour ne pas mettre un peu de chair autour de cette relation. En fait, ce sont tous les rôles qui sont grossièrement esquissés, en plus d'être stéréotypés. Sans parler du fait que les personnages secondaires sont relégués au rang de faire-valoir et servent de prétexte à faire défiler de grosses pointures sous-utilisées, Uma Thurman et Emma Thompson, entre autres.

Recette identique

En fait, Steven Knight applique la même recette que Le voyage de cent pas, qu'il avait scénarisé pour Lasse Hallström (2014) et qui évoluait aussi dans l'univers de la bouffe. Une progression dramatique qu'on voit venir dès le début, des personnages attachants (au moins!) et des éléments comiques inoffensifs.

John Wells, qui avait réussi à gâcher la très bonne pièce de théâtre August: Osage County de Tracy Letts dans Le temps d'un été (2013), ne fait pas de miracle avec ces ingrédients convenus. Il tente tant bien que mal de reproduire la tension et la violence sous-jacente au travail sous pression dans une cuisine avec du montage de gros plans. On est loin des réussites des films du genre comme le savoureux Chef (2014).

En fait, Brûlé est l'anti-Chef (sauf dans sa conclusion). Alors que le film de Jon Favreau montre un homme qui doit retourner à la base pour retrouver le plaisir derrière les fourneaux et dans ses relations interpersonnelles, celui de Wells montre la quête obsessive et vaine d'un égocentrique colérique.

Il faut vraiment le talent de Cooper, et son sourire irrésistible, pour qu'on s'attache un peu à Adam Jones. L'acteur d'Arnaque américaine est visiblement à l'aise avec Sienna Miller, qui jouait avec lui dans Tireur d'élite américain (Clint Eastwood). Même chose pour l'actrice britannique en mère Courage monoparentale. Elle réussit même à donner de la substance à un rôle qui n'en a pas beaucoup.

Bon, Brûlé ne se révèle pas un four pour autant. C'est divertissant, sans plus.

 

Bande-annonce de «Brûlé - Un chef sous pression»

=> Au générique

  • Cote :  ** 1/2
  • Titre : Brûlé : un chef sous pression (v.f. de Burnt)
  • Genre : comédie dramatique
  • Réalisateur : John Wells
  • Acteurs : Bradley Cooper, Sienna Miller, Omar Sy et Daniel Brühl
  • Salles : Beauport (aussi v.o.a.), Clap (aussi v.o.a.), Des Chutes (Saint-Nicolas), Lido (Lévis), Sainte-Foy 
  • Classement : général
  • Durée : 1h41
On aime : la distribution, en particulier Sienna Miller

On n'aime pas : le scénario mince, le manque d'originalité, l'aspect prévisible

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer