Boomerang ou les blessures du passé *** 1/2

Agathe (Mélanie Laurent) emmène son frère Antoine (Laurent... (fournie par AZ Films)

Agrandir

Agathe (Mélanie Laurent) emmène son frère Antoine (Laurent Lafitte) en expédition sur l'île de Noirmoutier pour lui changer les idées, mais les souvenirs d'enfance et les circonstances troubles du décès de leur mère vont refaire surface.

fournie par AZ Films

Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / La mère d'Antoine (Laurent Lafitte) est morte mystérieusement quand il avait 10 ans et sa soeur Agathe (Mélanie Laurent), cinq. À l'aube de la quarantaine, il devient obsédé par ce secret de famille qui empoisonne sa vie et celle de son entourage. Boomerang évoque avec brio, malgré son aspect prévisible, la quête d'un homme pour trouver la vérité, mais qui va découvrir aussi qu'elle vient avec un prix à payer.

Le troisième long métrage de François Favrat (Le rôle de sa vie) est une adaptation du populaire roman de Tatiana de Rosnay, dont il reprend les grandes lignes tout en se concentrant sur Antoine. Bonne idée. Tant en raison de la profondeur du personnage que de son interprète.

L'homme est séparé depuis six mois et la relation avec ses deux filles bat de l'aile. Pour changer le mal de place, sa soeur et lui partent en expédition sur l'île de Noirmoutier. Mauvaise idée. Les souvenirs d'enfance et les circonstances troubles du décès de leur mère vont refaire surface. Antoine en devient obsédé, au désespoir de sa soeur qui préfère ne pas savoir et de son père qui préfère se taire.

Antoine devient de plus en plus parano, anxieux et déconnecté de la réalité. Il souffre de ces non-dits. Ses nombreux séjours à Noirmoutier pour lever le tabou n'arrangent rien, si ce n'est sa rencontre avec Angèle (Audrey Dana), une médecin légiste et véritable antithèse d'Antoine.

Toute l'habileté du réalisateur est de conduire cette (en)quête comme un suspense avec des relents hitchcockiens. Même si on aurait aimé une plus grande maîtrise technique. L'île, avec ses paysages inquiétants ou accueillants selon les circonstances, est traitée comme un véritable personnage, ce qui ajoute souvent à la tension du film. Favrat joue aussi beaucoup des retours en arrière et des ellipses pour maintenir l'intérêt.

Mais le succès de Boomerang tient beaucoup à la performance nuancée de Laurent Lafitte. Longtemps abonné aux seconds rôles, l'acteur français tient depuis quelques années le haut de l'affiche dans plusieurs productions (Elle l'adore, Papa ou maman...). Il sera d'ailleurs du très attendu Elle de Paul Verhoeven avec Isabelle Huppert. S'il en restait la preuve à faire, ce film démontre l'étendue du registre de ce membre de La Comédie-Française. Sa touchante performance rehausse l'aspect profondément humain du drame d'Antoine.

Un drame universel, d'ailleurs. Combien vivent avec le poids de l'incommunicabilité familiale, les tensions, la jalousie? Antoine est un homme désemparé qui, inconsciemment, cherche à se réinventer. Au spectateur de découvrir où ça va le mener...

Bande-annonce du film «Boomerang»

=> Au générique

  • Cote : ***1/2
  • Titre : Boomerang
  • Genre : drame psychologique - suspense
  • Réalisateur : François Favrat
  • Acteurs : Laurent Lafitte, Mélanie Laurent et Audrey Dana
  • Salles : Clap au Musée de la civilisation, Clap
  • Classement : général
  • Durée : 1h41

On aime : le jeu intense de Lafitte, le dénouement bien amené, l'aspect humain et touchant

On n'aime pas : la réalisation dépourvue d'originalité, la famille bourgeoise d'Antoine

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer