Le gaucher: la route de la rédemption

Alors qu'il est au sommet, le boxeur Billy... (Photo fournie par Les Films Séville)

Agrandir

Alors qu'il est au sommet, le boxeur Billy Hope (Jake Gyllenhaal) va tout perdre. Il trouve alors refuge dans un gym broche à foin auprès d'un entraîneur providentiel.

Photo fournie par Les Films Séville

Le SoleilÉric Moreault 2/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) On va essayer de vous éviter le plus possible les figures de style pugilistiques, à part celle-ci : comparé aux meilleurs films du genre, très codé et exploité, Le gaucher (Southpaw) ne fait pas le poids. Il s'agit d'un divertissement efficace, porté par la performance très physique de Jake Gyllenhaal. Mais tellement prévisible qu'on sait tout ce qui va se passer et comment ça va finir dès que le long métrage emprunte la route (très fréquentée) de la rédemption.

Les longs métrages sur la boxe sont légion. Parce que les combats sont cinématographiques à souhait, mais aussi parce que le sujet se transpose facilement en métaphore sur le combat que représente la vie sur terre. Le scénariste Kurt Sutter fait à peine l'effort avec Billy Hope (Gyllenhaal).

Enfant des services sociaux, le mi-lourd s'est frayé un chemin jusqu'au Championnat du monde avec un style peu orthodoxe et une volonté inébranlable. Il a une maison luxueuse, une femme magnifique (Rachel McAdams), une jeune fille intelligente (Oona Laurence) ainsi qu'un entourage d'«amis» et un gérant cupide (50 Cent) qui vont l'abandonner quand le drame frappera.

Hope (une référence au légendaire boxeur Jack Johnson et au film The Great White Hope) va tout perdre, même la garde de sa fille. L'avantage, quand on a atteint le fond du baril, c'est qu'on peut seulement remonter... La bête blessée va trouver refuge dans un gym broche à foin auprès d'un entraîneur providentiel (Forest Whitaker). Je vous laisse imaginer le reste.

C'est Eminem qui devait, à l'origine, jouer le rôle principal. Il s'est désisté, mais contribue à la trame sonore (qui, par ailleurs, nous sert trop souvent les violons). Ce qui explique que le film insiste beaucoup sur la forte relation entre le père et sa fille, qui donne les plus beaux moments d'émotion au Gaucher.

Pour le reste, Antoine Fuqua (Jour de formation, La chute de la Maison-Blanche) a la patte lourde sur le mélodrame et n'évite aucun cliché, ce qui vient gâcher sa réalisation efficace et hyperréaliste sur le ring. Le réalisateur réussit à transposer la tension et la violence de cet univers de sang et de sueur, suivant les boxeurs au corps à corps avec une caméra portée, multipliant les gros plans et les plans de réaction - de façon un peu trop systématique dans ce dernier cas, ce qui finit par en diminuer l'impact.

Gyllenhaal fait beaucoup d'efforts pour nous captiver, dans un rôle où le corps parle plus que les dialogues banals. L'hybride qu'il propose, amalgame de Rocky Balboa et de Jake LaMotta, n'est pas aussi subtil que sa transformation en sociopathe dans Le rôdeur (Dan Gilroy, 2014). Mais sa métamorphose en brute à la Robert De Niro dans Raging Bull (Martin Scorsese, 1980) le rend méconnaissable. Et devrait lui valoir sa deuxième nomination aux Oscars après Souvenirs de Brokeback Mountain, en 2006 (comme acteur de soutien).

En fait, Le gaucher est un divertissement efficace dans la lignée de Rocky (John G. Avildsen, 1976), sans jamais atteindre la grâce et la profondeur psychologique du chef-d'oeuvre de Scorsese, ni même se hausser à égalité avec Le Boxeur (Jim Sheridan, 1997), voire Le coup de grâce (David O. Russell, 2010). On s'attendait à mieux. 

=> Au générique

  • Cote : ** 1/2
  • Titre : Le gaucher
  • Genre : drame
  • Réalisateur : Antoine Fuqua
  • Acteurs : Jake Gyllenhaal, Rachel McAdams et Forest Whitaker
  • Salles : Beauport, Clap, Des Chutes (Saint-Nicolas), Lido (Lévis), Sainte-Foy
  • Classement : 13 ans +
  • Durée : 2h04

On aime : la réalisation efficace, la performance de Gyllenhaal

On n'aime pas : le mélo, l'aspect prévisible, le manque de profondeur

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer