Journal d'une femme de chambre: chronique de la servitude

La femme de chambre qu'interprète Léa Seydoux est... (Photo fournie par K-Films Amérique)

Agrandir

La femme de chambre qu'interprète Léa Seydoux est de tous les plans du long métrage, du premier au dernier.

Photo fournie par K-Films Amérique

Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Benoît Jacquot n'a pas froid aux yeux : s'attaquer à une nouvelle adaptation de Journal d'une femme de chambre après Jean Renoir (1946) et Luis Buñuel (1964) demande un certain culot. Or sa version des (més)aventures de Célestine, parfaitement maîtrisée et cohérente, permet de remettre en perspective les thèmes abordés par Octave Mirbeau : antisémitisme, discrimination et, surtout, servitude.

L'action se déroule au début du XXe siècle alors que Célestine (Léa Seydoux) est contrainte de quitter Paris pour une place de femme de chambre à la campagne chez les Lanlaire. Fière et insoumise, cette jeune femme à la beauté provocante doit composer avec les humiliations et vexations imposées par Madame (Clotidle Mollet) et repousser les avances de Monsieur (Hervé Pierre).

Elle ne trouve répit dans cet asservissement cruel, à part quelques sorties ici et là, qu'auprès de la cuisinière Marianne (Mélodie Valemberg), une pauvre fille abusée, et surtout de Joseph (Vincent Lindon). Célestine éprouve une véritable fascination pour ce jardinier monosyllabique et taillé d'une pièce. Joseph est un antisémite convaincu, mais aussi un misogyne.

Cette âme noire s'avère néanmoins l'opportunité de liberté et d'émancipation pour la jeune femme. Il est beaucoup question d'exploitation sexuelle et de tyrannie dans ce Journal..., incarnée par Monsieur Lanlaire, mais aussi par le voisin à moitié fou, ainsi que du désir féminin qui ne peut exulter. Cette sexualité refoulée bouillonne sous la peau de Célestine.

Sur le plan formel, Jacquot utilise sa griffe habituelle, mélange de classicisme, avec ses mouvements discrets, et de modernisme - dans l'utilisation de la caméra à l'épaule lorsque Célestine va d'un point à l'autre. Le réalisateur joue beaucoup avec la musique pour induire de la tension et un climat d'étrangeté. Il en résulte un portrait dévastateur de la bourgeoisie et du tragique de la condition humaine dans ses inégalités sociales, de même que ses aspects vains et sordides.

Il intercale aussi, à l'aide de retours en arrière qui agissent comme réminiscences, des moments-clés dans le parcours de Célestine qui aident à comprendre son alliance avec Joseph. Et plus le film avance, plus il verse dans un certain onirisme.

Cette démarche âpre, construite à coups d'ellipses, qui relève davantage du cinéma d'auteur que populaire, risque d'en désarçonner certains, mais elle confère son caractère distinctif à la version de Jacquot. On reconnaîtra aussi sa volonté de tracer un portrait de personnage féminin fort, du début à la fin.

Léa Seydoux, criante de vérité dans La vie d'Adèle, mais empruntée dans La belle et la bête, trouve un autre rôle à sa hauteur. Son interprétation intense et minimaliste, avec quelques sursauts chargés d'énergie sexuelle, colle parfaitement à la personnalité impertinente de Célestine. Vincent Lindon, un habitué de Jacquot et de Lelouch, a une présence inquiétante dans ce rôle très physique.

On ne s'attendait pas à moins de ces deux acteurs de premier plan. Mais ce Journal... est aussi fort de sa truculente galerie de personnages secondaires, tous un peu zinzin. Ils exercent une fascination qui ne se dément pas.

En se collant de plus près au texte de Mirbeau dans ce retour au film d'époque qui caractérise son parcours de cinéaste, Benoît Jacquot a réussi à montrer que la matière du roman reste très contemporaine. Et donc, forcément, intemporelle. Malheureusement.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer