L'adaption du livre au grand écran en cinq questions

Michel Rabagliati verra son livre Paul à Québec prendre... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Michel Rabagliati verra son livre Paul à Québec prendre vie sur grand écran en septembre.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) India Desjardins et Michel Rabagliati le savent bien : adapter un livre au cinéma n'est pas une mince tâche. Le dernier film inspiré de l'univers d'Aurélie Laflamme écrit par India Desjardins (ID) sera en salle le 24 avril. Michel Rabagliati (MR) verra, quant à lui, son livre Paul à Québec prendre vie sur grand écran en septembre. Le Soleil a posé cinq questions aux auteurs pour en savoir davantage sur le processus.

Q Pourquoi avoir voulu adapter un de vos livres au cinéma?

ID Je n'étais pas chaude à l'idée. Ma première réponse a été non. J'avais peur que l'histoire soit transformée. Mais quand on m'a demandé de faire partie de l'équipe, j'ai voulu essayer. Le deuxième film, je l'ai fait entre autres pour des raisons émotives, pour retravailler avec Marianne Verville [interprète d'Aurélie]. Et je voulais mettre au cinéma mon film d'ado de rêve avec le bal de finissants. Quand, dans ma tête, j'ai vu les pieds d'Aurélie avec ses Converse roses courir sur l'asphalte, j'ai su que je voulais faire le deuxième film!

MR Ce n'était pas une idée qui était pressante, mais après avoir vu Histoires d'hiver de François Bouvier, je me suis dit qu'éventuellement, il serait un très bon réalisateur pour une histoire live avec Paul. Quelques années plus tard, je l'ai contacté directement, juste comme ça pour savoir si un projet de film avec Paul pourrait l'intéresser. Il a dit oui, et nous avons commencé à travailler à deux sur l'écriture d'un scénario en 2011. Pour l'anecdote, nous avions planifié de faire Paul a un travail d'été au début, puis des producteurs se sont joints à nous et nous ont convaincus d'y aller avec Paul à Québec. D'après eux, cette histoire rejoindrait plus de spectateurs.

Q Quelle est la plus grande difficulté dans l'adaptation d'un livre au cinéma?

ID Il y a des contraintes monétaires et de temps. Dans un livre, tu peux te permettre d'écrire une scène juste parce que c'est drôle, mais dans un scénario, il faut que ça fasse avancer l'histoire. Aussi, tu travailles avec une équipe. Tu n'es pas seule avec ta vision. Il faut que tu fasses confiance aux autres même si c'est toi qui as créé le personnage.

MR Probablement de conserver le ton de l'auteur original. Passer de l'écriture imprimée à l'image mouvante en conservant l'esprit du livre est assez difficile. Pour cela, le réalisateur doit avoir une vision assez précise du rendu de son film. François a bien réussi le pari, je trouve. Nous sommes, dans le film, très près du livre.

Q À quel point teniez-vous à ce que le film respecte l'histoire du livre?

ID C'est important. Mais avec le deuxième film, j'ai pris plus de libertés parce que le scénario est basé sur deux tomes d'Aurélie, donc 1000 pages.

MR Nous avons bifurqué un peu de l'histoire du livre pour des raisons cinématographiques et par souci du spectateur. Mais le noyau central du récit est le même. Ce dont je suis le plus content, c'est que nous n'avons pas ajouté de gags pour «faire rigolo», nous sommes restés très sobres, dans le sourire plutôt que dans le rire. C'est cet esprit qui règne d'ailleurs dans mes livres. 

Q Avez-vous eu un deuil ou une concession à faire en cours d'adaptation?

ID J'ai eu 1000 deuils à faire! [rires] Ça a été une série de deuils en raison de toutes les contraintes.

MR Oui, bien sûr au niveau du contenu, nous avons dû laisser aller beaucoup de scènes, d'anecdotes, de blagues qui étaient dans le livre mais qui ne «payaient» pas pour le cinéma. Tourner l'album Paul à Québec en entier aurait fait un film de cinq heures et aurait comporté des scènes que le monteur aurait de toute façon supprimées au final. Le cinéma est un langage d'économie, tandis que le roman permet de tricoter librement sans trop se soucier de la longueur.

Q  Y a-t-il un film adapté d'un roman que vous avez aimé particulièrement?

ID L'adaptation des Harry Potter. C'est une référence pour moi. J'ai trouvé qu'ils avaient bien respecté les livres, tout en faisant un film intéressant à regarder.

MR Je dirais Ghost World de Terry Zwigoff, d'après une BD de Daniel Clowes.  

India Desjardins sera au stand 219 du Salon du livre vendredi de 18h30 à 20h, samedi de 13h à 14h30 et dimanche de 13h à 14h30.

Michel Rabagliati sera au stand 282 vendredi de 17h à 18h30, samedi de 17h30 à 19h30 et dimanche de 10h à 12h.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer