ANALYSE

17e Soirée des Jutra: Mommy rafle (presque) tout

Xavier Dolan est entouré de Suzanne Clément, Anne... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Xavier Dolan est entouré de Suzanne Clément, Anne Dorval, Antoine-Olivier Pilon et la productrice Nancy Grant.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Comme prévu, cérémonie faste pour Mommy à la 17e Soirée des Jutra. Le brillant long métrage de Xavier Dolan a remporté 10 statuettes, ne laissant que des miettes aux autres films. Outre les catégories de pointe du meilleur film, réalisation et scénario, Mommy a permis à ses trois acteurs de repartir avec un Jutra.

André Melançon, cinéaste qui a marqué l'imaginaire de... (Collaboration spéciale, Charles Laberge) - image 1.0

Agrandir

André Melançon, cinéaste qui a marqué l'imaginaire de toute une génération en réalisant La guerre des tuques, il y a plus de 30 ans, a été coincé dans une bataille de balles de neige après son discours.

Collaboration spéciale, Charles Laberge

Après son Prix du jury à Cannes et son César du meilleur film étranger, le titre du meilleur film ne pouvait échapper à Mommy - tout comme le titre du film s'étant le plus illustré hors du Québec. Cette consécration était attendue parce qu'il a aussi triomphé aux guichets comme en témoigne son Jutra billet d'or remis pour les meilleures recettes de 2014 au box-office.

Xavier Dolan a d'ailleurs eu droit à une ovation sentie lorsqu'il a livré, comme d'habitude, un vibrant discours inspiré pour souligner ce prix. Il a salué, avec beaucoup de classe, l'ensemble des films nommés mais, surtout, souligné avec retenue l'importance de notre cinématographie nationale. Et comme toujours, on pouvait compter sur son originalité pour conclure la soirée en citant Dumbledore, le sage magicien de Harry Potter : «On peut trouver le bonheur dans les moments les plus sombres, il suffit d'allumer la lumière.»

L'homme-orchestre Dolan a remporté à lui seul trois Jutra : réalisation, scénario et montage. La catégorie des meilleurs costumes lui a toutefois échappé au profit de Valérie Lévesque pour 1987. Le jeune homme a profité de sa première présence sur scène pour remercier son père, l'acteur Manuel Tadros, «un artiste à part entière», et dédié son prix à sa mère, sa source d'inspiration «unique». «Tu es là à chaque mot que j'écris. La personne que tu es est la personne que je suis aujourd'hui.»

La soirée s'est ouverte avec un beau numéro, très réussi et représentatif de la diversité de notre cinéma. Et s'est poursuivie avec une Suzanne Clément tellement émue qu'elle a presque oublié son trophée de la meilleure actrice de soutien sur scène...

Antoine Olivier Pilon (17 ans!!!) et Anne Dorval devaient lui succéder pour les trophées des premiers rôles. Leurs vibrantes performances ont donné à Mommy son souffle et Xavier Dolan n'a pas manqué de le souligner en leur rendant hommage en acceptant le Jutra de la meilleure réalisation : «Vous avez l'élégance de donner vie à des personnages.»

Anne Dorval n'allait pas manquer de lui rendre la pareille en soulignant que Dolan l'a amenée peu à peu vers les étoiles : «Merci pour tout ce que tu m'as donné.» Très touchante et avec beaucoup de classe, l'actrice a tenu à saluer toutes les mères du monde : «Il n'y a pas de rôle plus exigeant que celui de mère.»

Ironiquement, la seule catégorie où il n'y avait pas d'acteurs de Mommy en nomination, celle du meilleur acteur de soutien, a laissé le champ libre à Pierre-Yves Cardinal, qui l'a emporté pour l'inquiétant Francis dans Tom à la ferme... de Xavier Dolan!

Mais cette 17e Soirée des Jutra n'a pas été que l'apanage du jeune prodige. C'était aussi celle d'André çon, cinéaste qui a marqué l'imaginaire de toute une génération de jeunes Québécois en réalisant La guerre des tuques, il y a plus de 30 ans. Le réalisateur a été salué par plusieurs artistes qu'il a côtoyés, dans de touchants témoignages, et célébré par une chanson originale de Michel Rivard. «Mon métier a toujours été un immense privilège.»

Il a livré un discours inspirant en donnant quelques conseils aux cinéastes de la relève : «Étonnez-nous, questionnez-nous, bouleversez-nous, faites-nous rêver... Faites ce métier pour la suite du monde.» Mais le plus beau moment est venu à la fin quand tous les gens présents se sont livré une bataille de balles de neige!

Malgré l'hégémonie de Mommy, 1987 de Ricardo Trogi a réussi à tirer son épingle du jeu en remportant trois Jutra dans les catégories techniques, dont celui du très mérité prix de la direction artistique, attribué à Patrice Vermette. L'excellent Tu dors Nicole a obtenu deux trophées et Henri Henri, un.

Dans le contexte, 3 histoires d'Indiens, La petite reine, L'ange gardien et Miraculum ont tous été blanchis.

En toute logique, Marie-Josée Saint-Pierre a obtenu le Jutra du meilleur court ou moyen métrage d'animation. «Pour moi, Claude Jutra, c'est le père du cinéma québécois», a souligné la réalisatrice. Le film avait été présenté en première mondiale au Festival de Cannes, l'an dernier.

Coup de maître

À l'animation, l'ajout de Stéphane Bellavance, pour coanimer avec Pénélope McQuade, s'est avéré un coup de maître. Son bagout et son naturel ont aidé à dynamiser une soirée rythmée et souvent hilarante. La chimie était bonne entre les deux animateurs qui ont mené la soirée à un train d'enfer. Une vraie belle soirée de variété. L'équipe des Oscars devrait s'en inspirer. Une autre preuve s'il en est que le Québec est une société distincte...

=> Vous voulez discuter de la soirée? Visitez le blogue de Richard Therrien

Live Blog La 17e soirée des Jutra
Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer