Les maîtres du suspense: en quête d'auteurs

Le rôle d'Antoine Bertrand en fils à maman...

Agrandir

Le rôle d'Antoine Bertrand en fils à maman anxieux qui sort de sa chrysalide s'avère particulièrement attachant.

Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le distributeur des Maîtres du suspense croit assez à son film pour lui donner la vitrine du temps des Fêtes, propice au cinéma en salle. Faut dire qu'il mise sur un fort trio d'acteurs, tous très bons d'ailleurs, et une histoire imaginative signée Stéphane Lapointe. Le réalisateur a toutefois eu de la difficulté à trouver le juste ton entre comédie et suspense, si bien qu'il ne réussit pas à nous faire vraiment rire, pas plus qu'à nous tenir en haleine. Un bon film québécois, mais qui aurait pu faire mieux compte tenu de son sujet.

L'histoire des Maîtres du suspense imaginée par Stéphane... - image 1.0

Agrandir

L'histoire des Maîtres du suspense imaginée par Stéphane Lapointe mise sur un fort trio d'acteurs: Robin Aubert, Michel Côté et Antoine Bertrand. 

Pour son deuxième long métrage, Stéphane Lapointe (La vie secrète des gens heureux) partait avec une idée forte. Et si un auteur à succès n'était en fait qu'un écrivain de façade et que ses polars étaient écrits par quelqu'un d'autre?

Ce fraudeur de la plume, c'est Hubert Wolfe (Michel Côté), séducteur impénitent dont la popularité lui permet de mener le gros train de vie. Mais il n'a pas écrit une ligne depuis 12 ans. Dany Cabana (Robin Aubert) agit comme écrivain fantôme. Lorsque sa femme le plaque, l'auteur trash au tempérament explosif perd ses moyens à son tour. Il sous-contracte Quentin Wilson (Antoine Bertrand), un éducateur à la garderie de son fils à l'imagination débordante.

Certaines invraisemblances 

Les contreparties féminines du trio masculin jouent un rôle révélateur important dans leur quête identitaire. Ainsi, Wolfe tombe en amour avec l'actrice (Marie De Medeiros) qui interprète son héroïne au cinéma (le film dans le film, une idée usée à la corde). Or, il n'est pas celui qu'elle croit. L'auteur est hanté par sa duplicité. Cabana, lui, est forcé de se regarder dans le miroir après le départ de sa femme. 

Quant à Quentin, il se libérera de l'influence malfaisante de sa mère acariâtre en tombant dans les bras d'une belle jeune femme. Mais son histoire de coeur entraînera le trio dans une sombre enquête dans les bayous louisianais, un beau dépaysement. 

Comme Quentin, Lapointe ne manque pas d'imagination. Parfois trop. Il y a certaines invraisemblances qui font grincer des dents. Le réalisateur peine à maintenir le délicat équilibre entre son désir de réalisme et la fantaisie inhérente à la comédie - le spectateur ne sait pas sur quel pied danser. 

Les maîtres du suspense n'est pas un film où on se tape sur les cuisses - c'est voulu -, même si certaines réparties atteignent la cible. Robin Aubert est particulièrement efficace en auteur tourmenté qui livre des pointes assassines. Michel Côté est toujours aussi suave et convaincant. La chimie entre les deux acteurs produit plusieurs très bons moments.

Mais c'est Antoine Bertrand, dans un rôle de personnage décalé, qui réussit à retenir notre attention. Son fils à maman anxieux qui sort de sa chrysalide s'avère particulièrement attachant.

En entrevue, Stéphane Lapointe mentionnait qu'un film doit présenter des attraits supplémentaires qu'une série télé pour attirer les spectateurs en salle. Un de ceux-ci, que Les maîtres du suspense n'a pas du tout, c'est une réalisation cinématographique. Il y a bien quelques cadrages intéressants ici et là, mais on cherche un souffle visuel qui fait cruellement défaut et qui aurait permis au film de réellement prendre son envol. Le réalisateur se réfugie trop souvent dans une esthétique télévisuelle (notamment les champ/contrechamp pour illustrer les dialogues).

Les maîtres du suspense se veut un divertissement populaire intelligent, porté par trois bons acteurs. C'est généralement suffisant pour passer un bon moment et nous prouver la pertinence de notre cinéma.

=> Au générique

  • Cote: ***
  • Titre: Les maîtres du suspense
  • Genre: comédie dramatique
  • Réalisateur: Stéphane Lapointe
  • Acteurs: Michel Côté, Robin Aubert, Antoine Bertrand
  • Salles: Beauport, Clap, Des Chutes (Saint-Nicolas), Lido (Lévis), Sainte-Foy
  • Classement: général
  • Durée: 1h30

On aime: le jeu des acteurs, le scénario imaginatif, la bande sonore

On n'aime pas: le ton hésitant, certaines invraisemblances

Partager

À lire aussi

  • <em>Les maîtres du suspense</em>: vaudou au coeur des bayous

    Cinéma

    Les maîtres du suspense: vaudou au coeur des bayous

    Ce n'est pas pour rien si Les maîtres du suspense prend l'affiche au début de la période des Fêtes, en même temps que le dernier chapitre du... »

  • Quand les fantômes ont leurs fantômes

    Arts

    Quand les fantômes ont leurs fantômes

    Stephen King est l'auteur à succès duquel on a le plus soupçonné le recours à des nègres littéraires. Ses quatorze briques publiées sur une période... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer