Le cinéma Charest sera démoli cet hiver

Des travaux d'au moins 7 millions $ auraient... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Des travaux d'au moins 7 millions $ auraient été nécessaires seulement pour refaire la toiture et l'aménagement intérieur de l'ancien cinéma Charest.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dans un piteux état, l'ancien cinéma Charest dans Saint-Roch sera rasé cet hiver. Un permis de démolition a été délivré par la Ville de Québec le mois dernier.

Le propriétaire du bâtiment, l'Université du Québec (UQ), a jugé que les frais nécessaires pour sa remise aux normes et l'aménagement de fenêtres - dont il est privé en raison de sa vocation - étaient trop élevés.

Un appel d'offres sera lancé pour la démolition qui est prévue cet hiver, explique la porte-parole de l'UQ, Valérie Reuillard. Le coût estimé de l'opération est de 850 000 $ et comprend le réaménagement sommaire du terrain avec du gazon et la mise en place de structures adéquates afin de permettre au stationnement lié à la bâtisse d'être soutenu seul.

Si l'UQ avait décidé de retaper l'ancien cinéma, des travaux majeurs d'au moins 7 millions $ auraient été nécessaires seulement pour la toiture et l'aménagement intérieur. Le chiffre provient de la firme d'architectes Côté Chabot Morel, qui avait été mandatée en 2012 pour faire l'évaluation de la réhabilitation de l'édifice un peu moins d'un an après que les projecteurs du cinéma se soient éteints.

Le maire Régis Labeaume fait souvent référence à cette étude, obtenue par Le Soleil, pour évoquer la désuétude des lieux. On y lit notamment que des infiltrations d'eau ont causé des dégâts importants et que la moisissure est omniprésente.

Dans la mire de Québec

Depuis sa fermeture en 2011, la Ville de Québec a imaginé plusieurs projets dans l'ancien cinéma Charest. Il a d'abord été question d'y installer les conservatoires de musique et d'art dramatique puis d'y déménager des facultés de l'Université Laval. Plus récemment, la municipalité a évoqué la possibilité d'y aménager un incubateur d'entreprises technologiques. Cet automne, c'est plutôt le futur YMCA qu'on voyait à cet endroit.

D'ailleurs, l'organisation communautaire a entrepris de sonder les citoyens cet automne afin de mesurer leur intérêt envers cet emplacement pour ses installations de 20 millions $ qui comprennent une piscine intérieure et un gymnase. La construction sera réalisée en partenariat avec la municipalité.

Mme Reuillard affirme que «toutes les possibilités seront analysées» si l'UQ met en vente son terrain. La transaction devra être orchestrée par la Société québécoise des infrastructures (SQI), précise-t-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer