Les nouveaux héros: la mort en face

Affligé par la mort de son frère, Hiro... (Photo fournie par Disney)

Agrandir

Affligé par la mort de son frère, Hiro Hamada trouve réconfort auprès de Baymax, un mélange de grosse guimauve et de Blimp.

Photo fournie par Disney

Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) La proposition des Nouveaux héros est intrigante: à la croisée des univers de Disney et de Marvel, sur fond d'amalgame entre l'Est et l'Ouest. Sans renouveler le genre, le film d'animation de Don Hall et de Chris Williams se révèle un bon divertissement avec matière à réflexion et, surtout, convenable pour les enfants qui veulent voir des superhéros sur grand écran.

Nous sommes dans la ville de haute technologie de San Fransokyo. Hiro Hamada, jeune génie de la robotique, préfère les combats de robots miniaturisés aux études. Le brillant Tadashi, son frère aîné, tente de ramener le préado sur le bon chemin (comprendre à l'université) en lui faisant rencontrer ses quatre amis qui partagent son laboratoire à la fine pointe. 

Tadashi périt peu après dans un incendie provoqué par un individu maléfique dissimulé derrière un masque de kabuki. Le prodige trouve réconfort auprès de Baymax, le malhabile robot de son frangin, mélange de grosse guimauve et de Blimp. Mais rapidement, Hiro transforme la gang de nerds de Tadashi, Baymax et lui en superhéros pour défendre la ville et venger la mort de son frère. Le récit initiatique coutumier de Marvel, quoi (le scénario a utilisé des personnages peu connus contrairement à Spider-Man, Hulk ou Capitaine America).

Leurs aventures aux multiples rebondissements permet d'aborder plusieurs thèmes, souvent grâce à un humour bon enfant: amitié, curiosité et rigueur scientifiques, jugement, créativité, courage face à l'adversité, etc. Reste que l'élément central du combat personnel d'Hiro est d'apprivoiser la mort. Déjà orphelin de père et de mère, le décès de son frère adoré le traumatise profondément et l'entraîne sur une mauvaise pente. Le film aborde la question du deuil sans faux-fuyants et explique simplement l'importance du soutien moral et du réseau d'amis dans une telle situation.

Voilà pour le fond. Pour la forme, comme il est souvent le cas pour les meilleurs du genre, l'animation défie l'entendement. Les nouveaux héros se veut un vrai film. Il y a plus d'écriture cinématographique, notamment dans les (faux) mouvements de caméra élaborés et le montage, que bien des longs métrages de fiction aux cadrages télévisuels.

Mais il n'est pas exempt de défauts pour autant. La mise en place est trop longue. La crédibilité, même pour un film de superhéros, fait parfois défaut. Il y a bien sûr une couche de bons sentiments à la Disney pour enrober le récit, la musique pompier, la fin prévue pour une (des?) suite et la pression du marketing. Les costumes de nos superhéros sont conçus pour toute une série de produits dérivés, à commencer par les figurines.

Si les enfants n'y verront que du feu, les plus vieux savent généralement à quoi s'attendre avec le studio de Mickey Mouse : un produit formaté pour plaire au plus grand nombre. Les nouveaux héros n'arrive pas à la cheville, sur le plan de l'originalité et de la créativité artistique, de Trolls en boîte ou de La légende de Manolo, deux films récents. Reste qu'il fera passer un bon moment aux petits comme aux grands. Et, qui sait, suscitera peut-être quelques vocations scientifiques.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer