John Wick: pow-pow, t'es mort!

Keanu Reeves (John Wick) joue les justiciers dans... (Photo fournie par les films Séville)

Agrandir

Keanu Reeves (John Wick) joue les justiciers dans ce film de série B truffé de clichés et d'invraisemblances.

Photo fournie par les films Séville

Le SoleilÉric Moreault 2/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) John Wick est un produit conçu pour un public cible, celui des ados accros aux jeux vidéo violents. En conséquence, le scénario est désespérément mince et totalement irréaliste, le film n'économise aucun cliché et la violence est très graphique. Si vous aimez voir un gars tirer sur tout ce qui bouge, c'est en plein votre genre. Sinon, ce ne sera d'aucun intérêt.

John Wick (Keanu Reeves) est un ex-tueur à gages, dont la femme vient de mourir. Son dernier cadeau : un chiot. Peu de temps après l'enterrement, il se fait dérober sa précieuse voiture et les voleurs assassinent le chien au passage. Il n'en faut pas plus pour réveiller ses instincts meurtriers... D'autant qu'un des truands, Iosef Tarasov (Alfie Allen), se révèle n'être nul autre que le fils d'un impitoyable mafioso russe, Viggo (Michael Nyqvist). L'heure de la vengeance a sonné.

Ça ne va guère plus loin que ça en terme d'intrigue. Comme la plupart des films de série B, les criminels évoluent dans une sorte de société secrète à l'abri des regards des citoyens et des policiers. Tellement, d'ailleurs, qu'on ne voit jamais de flics, ou si peu, malgré que Wick et les Russes passent leur temps à se canarder. Un détail.

En passant, tous ces meurtres, la plupart du temps d'une balle dans la tête, sont d'une violence crue qui cherche à exploiter les plus bas instincts des spectateurs. Pas de stylisation ou de distanciation à la Kill Bill (Tarantino), ici. Que du sang projeté un peu partout. En plus, ça devient terriblement lassant et répétitif.

Il n'y a pas que l'histoire qui soit truffée d'invraisemblances et de clichés (les femmes y sont cantonnées dans des rôles très, très secondaires). Il y a le John Wick du titre. On est habitué que les personnages joués par Stallone et Schwarzenegger ne soient pas tuables, mais Keanu Reeves, vraiment? On n'est pas dans La matrice, ici. À un moment donné, le gars se fait tellement donner une volée, sans parler des blessures, qu'on décroche ou on se bidonne sérieusement. Dans un cas comme dans l'autre, ça ne fait pas un film très fort. Ni même un bon divertissement malgré quelques bonnes séquences d'arts martiaux.

Il faut tout de même admettre que, sur le plan cinématographique, Chad Stahelski sait y faire, surtout pour une première réalisation. Il y a peu de temps morts et sa réalisation utilise tous les trucs du genre, y compris une trame sonore électro-rock pour les séquences d'action.

Les producteurs veulent clairement exploiter une franchise avec ce personnage (la fin met la table pour une suite). Et Keanu Reeves a plusieurs bonnes années devant lui. Il n'est d'ailleurs pas mauvais du tout. C'est simplement que le récit n'est pas crédible. Mais qui s'en soucie? Pourvu qu'il y ait de l'hémoglobine et des pow-pow...

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer