De «PY» à Pierre-Yves

Très présent à la télé cet automne, Pierre-Yves... (Le Soleil,  Caroline Grégoire)

Agrandir

Très présent à la télé cet automne, Pierre-Yves Lord continue aussi d'être à la radio avec Radio PY sur CKOI.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) On peut dire que c'est son année. En plus d'animer Infiltration à Z et Les flots à TV5, de revenir au micro de CKOI à Radio PY, Pierre-Yves Lord prend la relève de Jean-Philippe Wauthier à Deux hommes en or, aux côtés de Patrick Lagacé à Télé-Québec. Un défi emballant pour celui qu'on appelle de moins en moins «PY», et de plus en plus Pierre-Yves.

Secrètement, Pierre-Yves Lord se voyait succéder à Jean-Philippe Wauthier à Deux hommes en or. Quand Patrick Lagacé l'a rencontré devant une bière pour lui dire qu'il pensait à lui comme coanimateur, ça a tout de suite cliqué. Le nouveau duo était formé, Lagacé avait trouvé son homme, et Pierre-Yves vivait son rêve.

Pourtant, Pierre-Yves a déjà parlé à des auditoires beaucoup plus larges qu'à Télé-Québec, autant à TQS avec Loft Story qu'à TVA avec Testé sur des humains et Occupation double. Mais celui qu'on appelle de moins en moins «PY» préfère de loin laisser parler Pierre-Yves, le gars d'opinion, curieux, passionné, qui gagne en crédibilité. «Mes proches m'ont toujours appelé Pierre-Yves. Ce sont les gens qui ne me connaissent pas qui m'appellent "PY". Pour la radio, c'était plus simple, accrocheur, plus jeune. Ça m'a collé à la peau. Mais Pierre-Yves, c'est mon nom. Lorsqu'ils veulent m'écoeurer, mes amis sortent le "PY"», me confie l'animateur, quelque part entre Québec et Montréal, à quelques semaines de la première de Deux hommes en or.

Ce 15 septembre à 21h, il croit que les gens qui le connaissent seulement de la télé risquent de découvrir un nouveau Pierre-Yves Lord. «Mais ceux qui me connaissent de la radio vont me reconnaître. J'aime comprendre l'humain, j'aime dérouler le tapis rouge pour mettre en valeur les gens. J'ai hâte de recevoir des cinéastes, des acteurs, des réalisateurs, t'as pas idée de comment j'ai hâte.»

D'ici quelques semaines, Pierre-Yves Lord prendra la relève de... (Fournie par Télé-Québec) - image 2.0

Agrandir

D'ici quelques semaines, Pierre-Yves Lord prendra la relève de Jean-Philippe Wauthier aux côtés de Patrick Lagacé dans Deux hommes en or. 

Fournie par Télé-Québec

L'idéateur de Deux hommes en or, Pierre-Louis Laberge, qui avait déjà travaillé avec lui à l'époque de Testé sur des humains, y voyait un candidat parfait pour se joindre à Patrick. «Il a une certaine témérité, c'est un cool guy, père de famille en bas âge. Le fait qu'il est de Québec nous a attiré beaucoup, et le fait qu'il tienne à y rester aussi. Quel beau clin d'oeil pour tendre la main!» affirme le producteur mont-réalais avec un brin d'humour.

Pierre-Yves Lord a le mandat d'apporter une bonne dose de fun dans l'émission, dont la formule sera quelque peu modifiée. Certains segments comme le numéro d'ouverture et les extraits de réunions de production pourraient changer. «On ne m'a pas demandé de faire ce que Jean--Philippe faisait. J'ai ma façon de faire et je vais être moi-même», dit-il.

Cet automne, on pourra parler des vendredis de Pierre-Yves. Parce qu'en plus de Deux hommes en or, on le verra le même soir sur deux autres chaînes, heureusement pas à la même heure. D'abord à 19h sur TV5 dès le 15 septembre, dans Les flots, tournée dans les meilleures destinations de plongée de la planète, notamment en Thaïlande, à Bali et au Maroc. «Je suis un plongeur passionné et j'avais envie de transmettre ça à la télévision.» Magalie Lépine-Blondeau, Sarah-Jeanne Labrosse, Jason Roy Léveillée, Mirianne Brûlé et Valentine Thomas ont tous enfilé leurs palmes pour ce projet carte postale, dont les images s'annoncent spectaculaires.

Pour une troisième saison, Pierre-Yves Lord reprend la... (Fournie par Z) - image 3.0

Agrandir

Pour une troisième saison, Pierre-Yves Lord reprend la série documentaire Infiltration, à Z.

Fournie par Z

Puis, il revient à la série documentaire Infiltration à Z, le vendredi à 22h, dans une troisième saison entièrement consacrée au sexe. Une émission crue, où on infiltre des milieux tenus secrets, armé de caméras cachées. Quelques thèmes : les échangistes, les webcams érotiques et le sadomasochisme. «Il y a autant de comportements sexuels que d'humains. Même moi, je me considère comme quelqu'un de libéré, mais j'ai été complètement étonné par ce qu'on a pu voir dans la série. Ça assouvit notre côté voyeur, parce qu'on aime savoir ce qui se passe dans la chambre à coucher du voisin. Je ne porte pas de jugement dans cette série. On explique les choses, on les montre, pour mettre en lumière la différence.»

Et Occupation double?

Avec Pierre-Yves Lord au bout du fil, j'ai profité de l'occasion pour lui demander s'il croyait encore au succès d'Occupation double, de retour à V, lui qui a animé l'émission en 2010 et en 2011 à TVA. Son niveau de confiance est assez élevé. «Les chiffres des dernières saisons démontraient qu'il y avait clairement plus de monde qui le regardait que ceux qui avouaient le regarder. Combien de fois j'ai entendu : "Moi, j'écoute pas ça, mais as-tu vu Christina hier?" On dirait que ça nous conforte quand on les voit tristes, jaloux, alors que ce sont des gens en apparence parfaits. Parce qu'on va se le dire : quand ça va bien, ça ne marche pas. Quand ça braille et que les filles s'arrachent les cheveux dans la cuisine, ça, ça fait de la cote d'écoute.»

On va se le dire aussi : personne ne va vraiment là pour trouver l'amour. «Les filles vont là parce qu'elles veulent devenir mannequins, les gars y vont pour pogner plus et pas faire le line-up en rentrant dans les bars. C'est un trip pour passer à la TV. C'est correct, je ne juge pas ça, mais je ne suis pas convaincu que c'est une agence matrimoniale.»

L'animateur n'oubliera jamais cette fin de saison cauchemardesque de 2011 où une candidate, Nancy, a souhaité lever les feutres avant le dévoilement des votes. Tout ça en direct. «J'ai été traumatisé après ça. Le lendemain, tout le monde parlait de ça, même dans les bulletins de nouvelles. J'étais gêné d'ouvrir mon ordinateur, d'aller à l'épicerie. J'ai vécu ça très tough. Ce n'était pas de ma faute, mais j'en faisais partie. Celui qui a ouvert l'enveloppe et lu "La La Land", ce n'était pas de sa faute, mais c'est lui qui l'a dit pareil!»

Pierre-Yves Lord ne renie pas son passé d'animateur de téléréalité, mais on sent qu'il se réjouit d'être passé à autre chose. Ce n'est pas la première chose à laquelle on pensait, quand il a charmé tout le monde lors de son passage à Tout le monde en parle avec Wyclef Jean, en janvier dernier. «Bien des gens ont déjà oublié que j'ai travaillé sur ce genre de shows-là. Bonne chance à Jay [du Temple, l'animateur] et à toute la gang. Mais moi, je suis tellement ailleurs.» Tellement, qu'il ne risque pas d'être un abonné à Occupation double Bali. «Je n'écoute plus de télévision, ou à peu près. J'ai bien d'autres choses à écouter avant.»

L'anti-immigration

Impossible d'avoir Pierre-Yves Lord sans lui demander ce qu'il pense de la montée de l'anti-immigration et de l'arrivée massive de migrants haïtiens. «J'ai l'impression qu'il y a des gens qui perçoivent une menace pire qu'elle est. J'entendais des gens dénoncer que les 3000 personnes entrées récemment avaient tout gratuit, le logement, les voitures. Eille, wô, attendez un peu, on n'est pas le premier territoire au monde à connaître ce genre de situation, ça arrive partout. Ces mouvements-là proviennent souvent de l'incompréhension, d'une écoeurantite et d'un manque d'éducation.» 

Il regarde avec désolation sa ville devenir le théâtre d'affrontements, comme le week-end dernier, avec la manifestation de La Meute. «Je vois le visage de Québec changer depuis quelques années. Dans les années 80, j'étais une curiosité, le petit Noir. J'ai toujours été le seul de ma classe et dans mon équipe de soccer. Aujourd'hui, je vois mes enfants à la garderie et à l'école entourés de petits latinos, de petits arabes. Québec devient multicolore et je trouve ça très beau. Ça m'émeut, ça me touche beaucoup.»

Néanmoins, la tendance d'anti-immigration l'inquiète. «Des gens qui se cachaient n'ont plus peur de se montrer parce que ce discours est ramené à la mode, qu'on lui donne tant d'importance qu'il gagne en notoriété. Je ne veux pas que mes enfants grandissent là-dedans.»




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer