Une série numéro 1 pour le numéro 4

Pierre-Yves Cardinal brille dans le rôle de Jean... (fournie par Historia)

Agrandir

Pierre-Yves Cardinal brille dans le rôle de Jean Béliveau

fournie par Historia

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) CHRONIQUE / J'étais sceptique. Jean Béliveau a été un grand personnage du Québec, que tout le monde aimait. Et son parcours est hautement méritoire, c'est incontestable. Mais l'homme nous a toujours paru droit, rangé, symbole de perfection. J'avais du mal à imaginer par quel bout on prendrait son histoire pour la raconter dans une série de cinq épisodes.

J'avais tort. Parce que la vie du grand homme est tout sauf ennuyante. Béliveau, qui commence le mercredi 22 mars à 22h à Historia, raconte la construction d'un héros national. En voyant les deux premiers épisodes, je me suis rendu compte que je ne connaissais à peu près rien du numéro 4.

L'histoire prend forme comme si elle nous était racontée par Élise Béliveau, son épouse, à notre époque. Assise dans un Centre Bell vide, elle repense aux grands moments qui ont ponctué les 20 premières années de la carrière de son mari. Patricia Nolin l'incarne en 2017. Le début est un peu laborieux, laissez-vous le temps de vous habituer aux multiples sauts dans le temps.

L'auteur Jacques Savoie, qui était parvenu avec talent à raconter la vraie histoire des Lavigueur, réussit à tirer le meilleur de cette légende du hockey. La vraie Élise Béliveau a d'ailleurs collaboré à la série, en se confiant à l'auteur, entre autres.

Maintenant producteur chez Pixcom après une longue carrière à la programmation, Mario Clément a réuni tous les ingrédients pour faire de cette série une réussite. Il fallait obtenir l'autorisation du Canadien et de la LNH pour les logos des équipes, et tout le monde a collaboré. Les arénas ayant beaucoup changé, il a fallu compter sur les effets spéciaux. Et c'est réussi. Les soirs de matchs, on s'y croit vraiment. On a même effacé les rides et les poches sous les yeux de certains acteurs, selon les époques. Là encore, il faut le savoir.

Le réalisateur François Gingras disposait d'un million de dollars par épisode, ce qu'on ne voit plus en télévision. On a eu l'ingénieuse idée de parsemer la série de réelles images d'archives. Quand Maurice Richard annonce sa retraite en 1960, on se promène entre le Rocket de l'époque et celui de la série, joué par Bruno Marcil, qui lui ressemble beaucoup.

L'image qu'on donne ici à Maurice Richard est d'ailleurs bien différente de celle qu'on a toujours projetée dans les fictions, notamment dans le film avec Roy Dupuis. Dans Béliveau, il est tout sauf sympathique, est d'une froideur avec ses coéquipiers, et affiche une arrogance, du moins dans les deux premiers épisodes. Une image plus fidèle à la réalité, nous dit-on, mais qui ne lui enlève aucun mérite.

Pierre-Yves Cardinal brille dans le rôle de Jean Béliveau, tout comme Madeleine Péloquin dans celui de son épouse, jeune. Personne ne tombe dans la caricature, même Stéphane Crête, qui reprend la prestance et l'intonation de René Lecavalier avec le dosage parfait. Patrice Bélanger cabotine juste assez dans le rôle de Boom Boom Geoffrion, d'abord un rival pour Jean, avant qu'ils deviennent de grands amis.

On a tourné deux jours à Québec, surtout pour le premier épisode. Arrivé de Victoriaville, Béliveau joue pour les Citadelles avant de triompher avec les As. Son étoile brille jusqu'à Montréal. Mais Béliveau n'était pas un joueur comme les autres. Il a fait languir le Canadien avant de quitter Québec pour se joindre à l'équipe. Il a été le premier à s'asseoir pour exiger un contrat de cinq ans. Dur à avaler pour ses nouveaux coéquipiers, habitués à beaucoup moins.

Béliveau, c'est aussi la naissance du hockey moderne, avec des joueurs qui voient à leurs intérêts. Une drôle d'époque, où un journaliste pouvait exercer son métier tout en oeuvrant aux relations publiques d'autre grosse compagnie comme Molson. Zotique L'Espérance (Maxime Tremblay), qui fait de Maurice son bras droit tout en commentant ses matchs le soir venu, a toute une vision du journalisme : «La moitié de ce qui s'écrit là-dedans, c'est inventé.» Je vous confirme que ça a changé.

J'ai souri en entendant que la population de Québec qualifiait le nouveau Colisée d'éléphant blanc et blâmait durement le maire pour cette dépense inutile et superflue. Soixante-cinq ans plus tard, on entend les mêmes récriminations au sujet du Centre Vidéotron.

Les lundis mystère d'ICI Télé

On ne sait toujours pas comment ICI Radio-Canada Télé meublera ses lundis soir cet automne. L'auberge du chien noir et Feux n'étant pas de retour à l'automne, alors que Ruptures et Les pays d'en haut ne reviennent qu'à l'hiver, voilà deux belles cases libres à 20h et 21h. Parmi les projets du diffuseur public, il y a toujours cette nouvelle série de Richard Blaimert, dont je vous parlais récemment, produite chez Sphère Média. Comble du hasard, j'ai appris entre-temps que Mariloup Wolfe réaliserait une série pour ce même producteur. J'ai aussi entendu qu'ICI Télé a dans ses cartons un projet de série policière, intitulée Constance. On le sait, le genre marche très fort en ce moment avec le succès de District 31, qui a été vu mardi soir par 1256 000 fidèles, deuxième derri­ère Unité 9 et ses 1640 000 irréductibles. Le diffuseur n'a pas voulu confirmer quoi que ce soit au sujet de ces nouveaux projets.

L'automne de Kim Rusk

Kim Rusk a peut-être perdu l'animation de la téléréalité Tu m'aimes, tu mens!, qui ne reviendra pas cet automne à V. Mais elle dit avoir de gros projets du côté de la télé. Et si elle passait du Loft à l'animation de la nouvelle mouture d'Occupation double, que ressuscitera Productions J? Le nom de l'animatrice de CKOI circule, comme celui de Maripier Morin, qui a évité les questions d'Éric Salvail à ce sujet, il y a quelques semaines. En plus de l'émission hebdomadaire de 90 minutes, Occupation double aura droit à une quotidienne de 30 minutes, quatre fois par semaine.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer