Feu de paille pour Montréal s'allume

Montréal s'allume tirait dans toutes les directions sans... (Karine Dufour, fournie par Salvail et Co.)

Agrandir

Montréal s'allume tirait dans toutes les directions sans trop connaître la destination, ni de nous donner envie de fêter.

Karine Dufour, fournie par Salvail et Co.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) CHRONIQUE / Participerez-vous aux fêtes du 375e anniversaire de Montréal? Les quatre grands réseaux ont mis de côté leur rivalité pour en convaincre tout le Québec, dimanche soir, avec une émission spéciale commune. Mais ce qu'on annonçait comme un grand rendez-vous de variétés avait plutôt l'apparence d'une infopublicité impersonnelle, formatée, compacte et fourre-tout, finalement peu invitante. Parfois, j'avais même l'impression de regarder un téléthon.

Ne vous y trompez pas, Montréal s'allume, que produisait Éric Salvail, était visuellement impeccable. On a vu Coeur de Pirate, Ian Kelly, Les Soeurs Boulay et deux membres de Beau Dommage chanter sur les toits de la ville aux points de vue les plus spectaculaires. Très belle image à contre-jour de Jean Leloup qui chante quelques lignes de Paradis City. Comme carte postale, difficile de faire plus beau. Mais en plus de manquer d'un pilote, cette soirée tirait dans toutes les directions sans trop connaître la destination, ni de nous donner envie de fêter. Rien n'était en direct, tout avait été enregistré, y compris les segments sur scène.

Le plus beau numéro revient à Marie-Mai et Louis-Jean Cormier, qui ont rappelé en chansons de grands spectacles de l'histoire de Montréal, en alternance avec les archives de l'époque. Ginette Reno s'est rappelé ce «moment magique» de la fête nationale de 1975, son Un peu plus haut, un peu plus loin qui a fait frissonner tout le mont Royal.

Pour illustrer la diversité culturelle de la métropole, après les reproches adressés à une récente bande-annonce sur le 375e, on s'est un peu repris, en parsemant ici et là l'émission de personnes de toutes origines, en anglais comme en français. On a vu Céline surprendre les clients du restaurant Schwartz's, des joueurs du Canadien surprendre des enfants dans une ruelle. Les souhaits venaient de partout, de Lara Fabian aux Backstreet Boys. On a voulu convaincre le plus de vedettes possible de dire «Bonne fête Montréal!» en trois secondes. Le résultat était plutôt banal. 

Le tour guidé en autobus de Patrice L'Écuyer se voulait drôle, mais ne l'était pas. Louis-José Houde nous a appris qu'il survenait en moyenne 30 accidents de la route par jour à Montréal avant de raconter ceux qu'il a lui-même causés. On a beaucoup parlé des cônes orange dans cette émission spéciale, qui a quand même amplement souligné les travers de la ville. On a d'ailleurs demandé à Martin Matte d'installer un beau malaise dès le départ, avec l'auteur François Avard, qui cherchaient désespérément des noms de grands Montréalais, nés dans la métropole. Quand Charles Lafortune a demandé à des enfants ce qu'il fallait changer à Montréal, ils ont tous parlé de pollution, une fillette a parlé des poubelles trop rares.

Robert Charlebois a conclu de belle façon la... (Karine Dufour, fournie par Salvail et Co.) - image 2.0

Agrandir

Robert Charlebois a conclu de belle façon la soirée avec Je reviendrai à Montréal.

Karine Dufour, fournie par Salvail et Co.

Pas d'animateur à cette soirée, mais Patrice Bélanger est revenu à quelques reprises, notamment pour vanter quelques aspects de la fête, comme l'illumination du pont Jacques-Cartier et un grand spectacle qui se tiendra sur le fleuve. Beaucoup de textes en bas d'écran souvent impossibles à lire tant ils déroulaient vite. Impossible de retenir toutes ces dates.

Seule allusion à la rivalité Québec--Montréal : Éric Salvail a rencontré des gens aux Galeries de la Capitale pour répandre la bonne nouvelle. Mais si c'est comme pour les capsules de Guy Nantel, on n'a sûrement gardé que les moins informés. L'un d'eux a dit qu'il aimait Montréal pour ses zoos. «Je souhaite l'espèce de bouffée de fierté qu'on a eue», a dit le maire Labeaume, en référence aux retombées positives du 400e à Québec. Robert Charlebois a conclu de belle façon la soirée avec Je reviendrai à Montréal, accompagné d'un petit orchestre.

Il est de mise de souligner le 375e anniversaire de la métropole du Québec. Mais je serais curieux de connaître le taux d'irritation dans les chaumières de voir Montréal occuper quatre antennes pour se vendre un dimanche soir, un privilège accordé habituellement à de grands spectacles qui amassent des fonds, comme pour la reconstruction de Lac-Mégantic. Remarquez, si le spectacle n'avait pas manqué d'âme, qu'il nous avait renversé et ému, personne n'aurait à aborder la question.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer