Un gala un peu tiède

Le numéro de Coeur de Pirate, qui chantait... (La Presse, Martin Chamberland)

Agrandir

Le numéro de Coeur de Pirate, qui chantait sous une pluie battante, et qui a conclu trempée, était réussi.

La Presse, Martin Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / On s'attendait à un long plaidoyer en faveur d'une aide aux artistes, mais on n'a eu droit qu'à de tièdes revendications, dans ce gala qui a couronné Marie-Mai et Jean Leloup. Soyons honnête: l'ADISQ nous a déjà donné de meilleurs galas que celui de dimanche soir. Même l'hommage à René Angélil nous a laissé sur notre faim.

On aime encore Louis-José, même si son monologue d'ouverture n'était pas le plus drôle des dernières années. L'humoriste a tourné en ridicule l'expression «au bout de la nuit», utilisée à satiété par nos paroliers, et qu'il a gardé comme leitmotiv durant le gala. «Y'a 800 chansons qui se terminent au bout de la nuit. C'tu le moment entre 4 pis 5 heures du matin où Éric Salvail redevient une vraie personne?» a-t-il demandé.

Il a rassuré les perdants de la soirée en rappelant qu'il avait perdu 37 Olivier, dont «deux contre les Têtes à claques». Et puis, que Félix Leclerc lui-même en avait perdu quatre sur quatre au premier gala de 1979. «Y s'fait rincer toute la veillée. Yé bon, mais pas assez bon pour se gagner. C'est dur d'y vendre un: «prends le pas personnel»», a blagué Louis-José.

Un Félix, c'est lourd. «Sept livres, c'est quatre de plus qu'Alex Nevsky», a lancé l'animateur, ajoutant que les deux galas de l'ADISQ remettaient «392 livres de Félix. C'est quatre de plus que...» Gros plan sur Denis Coderre. Pas prévu, a dit Louis-José. Méchant hasard quand même.

On l'a joué très dramatique pour le Félix honorifique à René Angélil. Sur un ton très solennel, Céline a rappelé que son défunt mari aimait beaucoup les artistes, pas seulement elle. «Il n'aurait permis aucun commentaire négatif sur personne. C'était une loi non écrite», a-t-elle dit, avant d'offrir une vibrante interprétation d'Avec le temps de Léo Ferré. Une parole à retenir de René, selon elle: «On peut pas toujours être bon. Il faut être bon quand c'est le temps.»

Décidément, on connaît des ratés au département des hommages à l'ADISQ. Après celui pour Dodo l'an dernier, raté, la vidéo de présentation pour René Angélil a sauté à de multiples reprises dimanche. Un irritant dont on se serait passé. Au final, cet hommage manquait de cohésion et de frissons.

Côté revendications, on était loin de la sortie historique de Luc Plamondon. Claude Larivée, le président de l'ADISQ, que Louis-José a présenté à la blague comme «le bassiste de La Chicane», a sûrement offert le plaidoyer le plus tiède pour défendre l'industrie. Et peu d'artistes sont revenus sur le débat des redevances. Louis-José y est même allé de ce petit rappel, minimisant les dangers: «Le lacet a survécu à l'invention du velcro.»

Plus tard dans le gala, Louis-José ne s'est pas gêné pour écorcher La voix junior, qu'il ne regarde pas, et parlant de candidats «qui ne garderont aucune séquelle psychologique d'un rejet devant deux millions de personnes. Tout va bien!» Puis, il a ironisé sur les enfants laissés aux bons soins de Maripier Morin. «S'il y en a une dont la présence est apaisante...»

Récipiendaire l'an dernier, Philippe Brach a invité le public à acheter l'album de la révélation. «L'an passé vous l'avez pas fait. Vous dormiez au gaz, mes esties», a-t-il lancé, en compagnie d'Andréanne Sasseville, qui a été chaudement applaudie. L'animatrice combat actuellement un cancer.

Après un numéro d'ouverture réunissant entre autres Richard Séguin, les rois de la soirée, 2Frères, et Yann Perreau, pas de prestation musicale éclatante; on y est allé dans la sobriété. Quoique le numéro de Coeur de Pirate, qui chantait sous une pluie battante, et qui a conclu trempée, était réussi. La prestation réunissant Safia Nolin et les Soeurs Boulay donnait des frissons.

Au risque de me répéter, pas beaucoup de remerciements mémorables dimanche soir. Safia Nolin, qui portait fièrement un chandail de Gerry Boulet, a certainement offert les plus originaux et spontanés. «À toutes les filles du Québec, vous avez le droit de faire ce que vous voulez. Faire de la musique, faire des jobs de gars, on s'en crisse. Mais aussi, votre corps vous appartient», a envoyé la révélation de 2016, avant de remercier sa soeur, «une grosse conne». Certains critiqueront le look, ça fait partie du personnage. «Si vous voulez nous juger sur ce qu'on sait le mieux faire, venez voir nos shows, écoutez notre musique», plaidait Mélanie Boulay quelques minutes plus tôt.

Tout compte fait, voilà un gala qui manquait d'envolées spectaculaires, de poussées d'émotion et d'un brin de magie si essentielle à ces remises de prix.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer