Derniers sur la liste, prise 2

Club illico a annoncé qu'il mettra en ligne... (Mark Holzberg fournie par ABC)

Agrandir

Club illico a annoncé qu'il mettra en ligne la captivante série Designated Survivor en janvier prochain. Or, la version doublée des premiers épisodes circule déjà sur certaines chaînes françaises.

Mark Holzberg fournie par ABC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / En mars dernier, dans une chronique intitulée «Derniers sur la liste», j'écrivais que nos diffuseurs tardaient beaucoup trop avant de nous présenter les versions françaises des séries américaines, que choisissent une majorité de téléspectateurs québécois. À une époque où on peut tout avoir tout de suite, avec juste un peu d'imagination, et que Netflix offre ses titres originaux dans les deux langues le jour de leur lancement, les retards des versions françaises sont devenus complètement absurdes. Et frustrants.

Qu'en est-il sept mois plus tard? Les choses se sont à peine améliorées. Dans la plupart des cas, les pays francophones d'Europe diffusent encore les versions doublées avant nos diffuseurs, qui tardent à se réveiller.

Prenons un exemple frappant : le service payant Club illico a annoncé qu'il mettra en ligne la captivante série Designated Survivor en janvier prochain. C'est en soi une bonne nouvelle, puisque la série ramenant Kiefer Sutherland en survivant désigné pour remplacer le président des États-Unis vient à peine de commencer à ABC. Or, la version doublée des premiers épisodes circule déjà sur certaines chaînes françaises. Pourquoi Club illico ne met-il pas déjà sur son site les épisodes doublés plutôt que d'attendre à l'hiver? Ceux qui préfèrent la regarder en bloc pourront le faire en janvier, mais il n'y a aucune bonne raison de priver les autres de suivre le phénomène télévisuel de l'automne aux États-Unis en même temps que tout le monde.

Deux titres récents de HBO, Divorce, qui marque le retour de Sarah Jessica Parker à la télé, et Insecure, comédie sur une jeune femme afro-américaine, sont toutes deux déjà accessibles en français, mais pas à la télé québécoise. Chez nous, Super Écran attendra pourtant des mois pour nous la relayer, encore et toujours après la France. Un non-sens.

Divorce, qui marque le retour de Sarah Jessica... (Craig Blankenhorn fournie par HBO) - image 3.0

Agrandir

Divorce, qui marque le retour de Sarah Jessica Parker à la télé, est déjà accessible en français, mais pas à la télé québécoise.

Craig Blankenhorn fournie par HBO

À Super Écran, on explique dépendre du bon vouloir des distributeurs, entre autres. «Les dates de livraison du matériel sont fixées par les diffuseurs desquels nous achetons les séries. Il faut compter au moins un mois à compter de la réception pour le contrôle de la qualité, le visionnement afin de fixer une cote d'âge, le sous-titrage pour malentendants, etc.», me dit-on aux communications. Ainsi, il faudra attendre au 28 décembre pour voir Divorce, au 4 janvier pour Insecure, alors que Westworld nous parviendra au cours du mois de janvier. «Pour les séries à Super Écran de Showtime et HBO, la fenêtre entre la diffusion américaine et la nôtre ne cesse de rétrécir», plaide-t-on toutefois chez Bell Média.

Les exemples de séries américaines qui circulent en français ailleurs sauf ici sont nombreux. Ash vs. Evil Dead, qui fait suite à la trilogie cinématographique, passe en français sur une des chaînes OCS, championnes dans la diffusion simultanée ou avec peu de décalage. Encore rien ici. Motel Bates, qu'AddikTV diffuse avec plus d'un an de retard, est déjà de l'histoire ancienne pour la chaîne 13e Rue en France. Scream, la série inspirée des films de Wes Craven, est accessible en français sur Netflix, le lendemain de sa diffusion à MTV. Pourquoi est-ce si compliqué de reproduire le modèle au Québec?

Voilà une belle occasion pour Max, l'ancien MusiMax devenu une chaîne de séries, de s'imposer comme la championne des courts délais. Une série fait jaser tout le monde? On ne l'aura pas le mois prochain ou dans six mois, on l'a maintenant. Déjà, Max a devancé les Français en diffusant l'excellente série L'affaire O.J. Simpson : American Crime Story sept mois après FX, un cas d'exception. Seuls les Suisses ont été plus rapides. Quand l'actrice Sarah Paulson a gagné son Emmy en septembre, ceux qui l'avaient vue dans la série savaient de quoi on parlait.

Les diffuseurs justifient souvent les retards en disant que les doublages ne sont pas prêts. Pourtant, dans le cas de toutes ces séries, les doublages étaient à jour avant même la diffusion originale en anglais, sinon très peu de temps après. Et on attend quand même des mois avant de nous les relayer, alors que tous ces épisodes en français sont accessibles sur des sites de téléchargement illégaux. On ne devrait plus programmer des titres américains des années à l'avance comme on le fait pour des productions originales québécoises, mais plutôt profiter du momentum. Chers diffuseurs, grouillez-vous un peu.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer