Ça manquait de dragonnes

Caroline Néron et Christiane Germain succéderont à Danièle... (Fournie par ICI Radio-Canada Télé)

Agrandir

Caroline Néron et Christiane Germain succéderont à Danièle Henkel et à Mitch Garber lors de la prochaine édition de Dans l'oeil du dragon.

Fournie par ICI Radio-Canada Télé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Ça manquait de femmes chez les dragons. Caroline Néron et Christiane Germain viendront combler le vide pour succéder à Danièle Henkel et à Mitch Garber, lors de la prochaine édition de Dans l'oeil du dragon, au printemps à ICI Radio-Canada Télé.

«Il y a de plus en plus de femmes entrepreneures. Si on veut refléter la société, c'était vraiment important qu'il y ait plus de femmes dans le panel. Et des femmes crédibles, qui mènent des carrières intéressantes», explique la directrice générale de la télévision de Radio-Canada, Dominique Chaloult. Les deux femmes se joignent donc à Gilbert Rozon, Serge Beauchemin et Martin-Luc Archambault, tous de retour dans leur siège.

Mmes Germain et Néron ont été choisies notamment parce qu'elles avaient des champs d'expertise différents des précédents Dragons. Belle revanche pour Caroline Néron, présidente fondatrice de Néron inc., dont la carrière de chanteuse avait suscité les railleries. Et dont les premières armes dans le monde des affaires avaient fait plusieurs sceptiques. Avec une entreprise de bijoux qui compte 20 magasins au pays et une centaine de marques sur la planète, l'ex-Stella de Diva n'a aujourd'hui plus rien à envier à ses pairs.

Moins connue du grand public, Christiane Germain est cofondatrice et coprésidente de Groupe Germain Hôtels, qui compte 13 établissements à travers le pays. Il s'agit d'une figure importante du milieu des affaires à Québec et maintenant dans cinq provinces canadiennes. Rappelons que Danièle Henkel était une illustre inconnue au début de Dans l'oeil du dragon.

Mme Germain se dit convaincue de l'impact positif de l'émission. «Partout au Québec, on regarde l'entrepreneurship de façon différente. L'émission a certainement contribué à ça», dit-elle. Caroline Néron, qui fait déjà du mentorat auprès de jeunes entrepreneurs, affirme pour sa part que ceux-ci sont très inspirés par les dragons. «Je me suis engagée parce que je crois qu'on doit rendre le Québec plus prospère.»

Comme leurs prédécesseurs, les dragonnes devront garantir un minimum de 200 000 $ en investissements à la télévision. «Ce qui ne veut pas dire que ça va se traduire concrètement après des négociations de bonne foi. Pour Sony, détenteur du format, c'est important que les dragons aient bâti leur propre entreprise, qu'ils se démarquent dans leur champ d'expertise et qu'ils aient le désir de contribuer à l'essor d'entreprises», précise le producteur de l'émission, Martin Métivier.

Il n'y a pas eu de rencontre formelle avec les dragons en place, bien qu'ils se connaissent tous. «Mais les trois hommes qui les accompagnent sont enchantés de leur arrivée», assure Dominique Chaloult. L'équipe profitera de l'arrivée des deux dragonnes pour rafraîchir les éléments graphiques et visuels de l'émission, qui conserve la même formule. Cette sixième saison sera tournée en février et en mars. Les entrepreneurs tentés par l'aventure peuvent s'inscrire à l'adresse radio-canada.ca/dragon.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer