L'obésité sans la compétition

Le point de départ de cette série est... (fournie par Moi&cie)

Agrandir

Le point de départ de cette série est un article qu'avait signé Maryse Deraîche dans Urbania en 2012. Encore aujourd'hui, à 145 livres, Maryse se voit comme une obèse.

fournie par Moi&cie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) CHRONIQUE / Encore une série où des personnes obèses veulent perdre du poids? Pas exactement. OBÈSE changer de vie, qui commence jeudi prochain à Moi&cie, n'est pas une compétition à la Qui perd gagne. Pas de chrono ni de chiffrier indiquant les kilos perdus. Pas de candidats qui se lèvent la nuit pour vider le frigo et bousiller leur défi.

Bien sûr, les six protagonistes québécois du docuréalité, tous aux prises avec l'obésité morbide, veulent maigrir. Mais leur quête se situe souvent bien ailleurs. Diffusée dès le jeudi 13 octobre à 21h, la série de 10 épisodes d'une demi-heure n'est pas tant une oeuvre sur l'obésité que sur l'estime de soi. Ce sont aussi des histoires d'amour, de formidables démonstrations d'entraide et de confiance. Car tous ont des conjoints, qui les aident à traverser cette épreuve. C'est l'aspect qui m'a le plus touché de cette série.

Tournée sur une année, la série les accompagne avant, pendant et après leur chirurgie bariatrique, jugée souvent comme la solution facile pour se débarrasser de kilos en trop. Vous verrez que facile n'est tellement pas le bon mot, avec tout ce que ça comporte de risques.

Le point de départ de cette série : un article qu'avait signé Maryse Deraîche dans Urbania en 2012, intitulé «Qui gagne perd...» Sur une photo accompagnant le texte, cette ancienne obèse de 360 livres se montrait nue après une chirurgie bariatrique, pour montrer les ravages de l'obésité sur son corps. Maryse Deraîche a voulu, par cette série, donner une voix aux obèses morbides, et détruire certains préjugés. Vous la verrez se faire retirer cette peau qui pendouille sous ses bras, une étape importante dans sa nouvelle vie. Mais encore aujourd'hui, à 145 livres, Maryse se voit comme une obèse en se regardant dans le miroir, et parle encore au «nous» lorsqu'elle évoque cette catégorie de gens.

Le cas de Michel Cyr est préoccupant. S'il ne change pas son mode de vie, les médecins prévoient qu'il vivra 13 ans de moins qu'une personne normale. Il devra se faire retirer les deux tiers de son estomac et ne mangera ni autant ni aussi vite qu'avant, une fois opéré. Après sa chirurgie à 40 ans, Julie Vézina a eu l'impression de retrouver ses 20 ans. Au point de faire éclater son couple en jouant les cougars et en partant à la chasse, comme elle le dit elle-même. Elle a depuis repris le tiers du poids perdu, un piège qui les guette tous.

Les contraintes de l'obésité morbide sont nombreuses et finissent par prendre toute la place. Martin Lavoie, facteur, a atteint les 644 livres avant de se résoudre à passer par la chirurgie bariatrique. Parmi une vingtaine de voitures chez le concessionnaire, un seul modèle donnait à Martin assez d'espace pour manier le volant. Comme dans tout docuréalité - c'était le cas pour Je suis trans -, on s'attache plus à des personnages qu'à d'autres. C'est mon cas pour Marie-Christine Dufour, 26 ans, qui n'a jamais connu de poids santé. À 370 livres, quelque chose d'aussi simple que de prendre un bain devient impossible pour elle. On la suivra se préparer à sa chirurgie, un espoir vers son rêve d'être maman. Toutes des histoires inspirantes, qu'on souhaite voir connaître une issue heureuse.

Le cas de Michel Cyr est préoccupant. S'il... (fournie par Moi&cie) - image 4.0

Agrandir

Le cas de Michel Cyr est préoccupant. S'il ne change pas son mode de vie, les médecins prévoient qu'il vivra 13 ans de moins qu'une personne normale.

fournie par Moi&cie

District 31, succès-surprise de l'automne

On aurait pu anticiper des 500 000 ou 600 000 téléspectateurs. Mais non, District 31 a battu tous les pronostics, tenant la tête presque chaque soir dans sa case horaire depuis le début de la saison en frôlant souvent le million de téléspectateurs, en données confirmées, incluant les enregistrements. Seule J.E. fait mieux le mardi soir. Suivie par 881 000 fidèles lundi à 19h, la série policière d'ICI Radio-Canada Télé a même battu la première des coulisses de La voix junior, vue par 763 000 curieux à TVA, en données préliminaires. Ailleurs dans la grille de lundi, Boomerang domine toujours la soirée avec 1110 000 téléspectateurs dans la case de 19h30, contre Mes petits malheurs, qui a augmenté légèrement à 613 000. À 20h, L'Échappée maintient son million avec 1101 000 contre L'auberge du chien noir et ses 713 000 accros. À 21h, Feux remonte à 687 000 contre L'imposteur, qui en conserve 854 000, des chiffres moins élevés que prévu.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer