Après les détenues, les danseurs nus

Comme elle le fait pour les détenues d'Unité... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Comme elle le fait pour les détenues d'Unité 9, Danielle Trottier souhaite faire tomber les préjugés sur le travail particulier des danseurs nus. «En dehors du fait qu'il se déshabille, le danseur a une vie parfois très étonnante.»

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) CHRONIQUE / Il n'y a rien d'assez tabou pour effrayer Danielle Trottier. En plus de se pencher sur le milieu carcéral féminin, l'auteure d'Unité 9 s'attaque maintenant à l'univers des danseurs érotiques pour femmes dans Le cheval-serpent. Disponible uniquement sur l'Extra de Tou.tv, la série de 10 épisodes d'une heure pourra être vue en rafale, mais pas avant l'automne 2017.

Produite par Fabienne Larouche et Michel Trudeau chez Aetios et réalisée par Sylvain Archambault (Mensonges, Les pays d'en haut), l'oeuvre tournera autour de Doris et David, copropriétaires d'un bar érotique, la première étant en couple avec une femme, Dominique, et le second, le père de leur fille. Et bien sûr, autour de leur troupe de danseurs.

Comme elle le fait pour les détenus, Danielle Trottier souhaite faire tomber les préjugés sur ce travail particulier. «En dehors du fait qu'il se déshabille, le danseur a une vie parfois très étonnante. Ces gars-là forment une famille et se montrent solidaires les uns envers les autres», affirme l'auteure, qui a rencontré la propriétaire du 281, le célèbre bar érotique de la rue Sainte-Catherine à Montréal.

Le cheval-serpent est aussi une bataille entre la moralité et l'immoralité dans une ville comme Montréal. «On sent un peu partout dans le monde qu'il y a un retour vers la rectitude politique. Est-ce qu'une ville qui se veut aussi cosmopolite et accueillante se doit de rester une société ouverte et s'inscrire dans l'évolution de l'humain?» demande le premier directeur des émissions dramatiques et longs métrages de Radio-Canada, André Béraud.

Les acteurs qui joueront les jeunes danseurs devront évidemment avoir des corps découpés et fréquenter le gym. La direction n'a pas voulu donner de noms, même si le tournage commence le mois prochain. «Ce sont des objets de désir pour les femmes. Ils doivent être capables de jouer, de bouger et de danser», dit tout de même Sylvain Archambault. Malgré le sujet, ne vous attendez pas à une surenchère de scènes de nudité. «Je m'en vais pas filmer des pénis», a lancé le réalisateur, qui rappelle que le travail de danseur nu n'est qu'un prétexte pour raconter une histoire.

Le banquier l'emporte sur les Gémeaux

L'auditoire du Gala des prix Gémeaux a connu une baisse significative, passant de 1 555 000 l'an dernier à 1 065 000 téléspectateurs dimanche soir sur ICI Radio-Canada Télé. La soirée coanimée par Éric Salvail et Jean-Philippe Wauthier a été devancée par Le banquier, qui a retenu 1 387 000 fidèles à TVA. Plus tard en soirée, La poule aux oeufs d'or gala country en a conservé 1 009 000. J'avais misé autour de 1,5 million de téléspectateurs, mais l'émission d'En direct de l'univers consacrée à Céline Dion en a plutôt attiré 1 170 000, comparativement à 715 000 pour la première de l'an dernier à ICI RC Télé. Le diffuseur a eu la bonne idée de rendre l'émission disponible sur le Web pour que le plus grand nombre puisse y avoir accès. Il faut aussi dire que le match de la Coupe du monde de hockey entre la République tchèque et le Canada a retenu 540 000 amateurs à TVA Sports. Vendredi, la première du jeu Au suivant a intéressé 404 000 curieux à ICI Radio-Canada Télé contre 547 000 pour Du talent à revendre à TVA. Plus difficile pour Les gourmands, qui en a eu 271 000, contre 292 000 pour une reprise de L'Échappée.

Premier mensonge de Marc Labrèche

Marc Labrèche a déjà écrit ma critique de sa nouvelle émission, Info, sexe et mensonges, qui commence vendredi à 21h, à ICI ARTV. Dans une vidéo franchement drôle, relayée aux médias lundi, l'animateur annonce qu'il n'y aura pas de visionnement de presse parce que l'émission est épouvantablement mauvaise et cite les critiques de télévision. «Quel gâchis! [...] Un ratage total. Rien vu d'aussi raté depuis la perruque ratée de Raymond Bouchard dans la série ratée Radio de l'année ratée 1999», m'a-t-il fait écrire. Évidemment, tout ça n'est que mensonge. Ma vraie de vraie critique reste à venir. Ça me rappelle qu'il n'y avait pas eu de visionnement de presse non plus pour la série Radio.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer