Première enquête du 31: enfant disparu

Patrick Bissonnette (Vincent-Guillaume Otis) et Nadine Legrand (Magalie Lépine-Blondeau) forment le... (Fournie par ICI Radio-Canada Télé, Lawrence Arcouette)

Agrandir

Patrick Bissonnette (Vincent-Guillaume Otis) et Nadine Legrand (Magalie Lépine-Blondeau) forment le duo vedette des homicides au district 31.

Fournie par ICI Radio-Canada Télé, Lawrence Arcouette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) CHRONIQUE / Le Vieux-Havre de 30 vies est officiellement fermé; place à District 31, la nouvelle quotidienne de Luc Dionne, qui lancera les soirées d'ICI Radio-Canada Télé, du lundi au jeudi à 19h, à partir du 12 septembre. Autant le milieu scolaire était familier à Fabienne Larouche, toujours productrice, autant la police n'a plus de secrets pour Luc Dionne, qui lançait Omertà il y a déjà plus de 20 ans.

Pour District 31, il a imaginé que les enquêteurs retournaient dans les postes de quartier comme autrefois. Le 31 accueille donc sa nouvelle équipe d'enquêteurs d'expérience, à commencer par Nadine Legrand (Magalie Lépine-Blondeau) et Patrick Bissonnette (Vincent-Guillaume Otis), le duo vedette des homicides pour toute la première saison.

L'entrée n'est pas de tout repos pour Nadine. C'est ce jour qu'a choisi son chum Kevin (Alexandre Goyette) pour rompre avec elle, sous prétexte qu'il ne l'aime plus, une explication dure à avaler. Ce n'est pas innocent s'il efface toute trace de son passage une fois parti, l'homme a certainement des motivations secrètes. En attendant, la place est libre auprès de Nadine, que Patrick aimerait sans doute occuper. Les deux se connaissaient bien avant de travailler au 31, et un jeu de flirt très subtil se joue déjà entre eux.

Autour des deux enquêteurs, le commandant Daniel Chiasson (Gildor Roy) dirige le district en bon vivant. Il a connu le père de Nadine, aussi de la police et mort en service il y a exactement 20 ans. Le sergent-détective Laurent Cloutier (Patrick Labbé) est plus rigide, trop au goût de certains, peu habitués de se faire dire quoi faire. Hélène Bourgeois Leclerc a remplacé Hélène Florent, absente pour des raisons de santé, dans le rôle d'Isabelle Roy, aux crimes sexuels. Sébastien Delorme joue quant à lui Stéphane Pouliot, affecté au crime organisé, et Cynthia Wu-Maheux est Da-Xia Bernard, affectée aux renseignements criminels.

Mémoires vives n'a pas le monopole des enlèvements. Alors que la mort de Cédrika Provencher est revenue dans l'actualité, District 31 démarre avec une disparition d'enfant. Le petit Théo n'est pas rentré de l'école et ses parents sont morts d'inquiétude, particulièrement la mère (Marilyse Bourke), qui s'effondre en larmes à la télé en s'adressant à la population. Rapidement, un suspect est trouvé, propriétaire d'une camionnette dans laquelle l'enfant se serait engouffré d'après un témoin. Et si le père (Maxime Denommée) avait aussi quelque chose à se reprocher?

Ne jamais perdre de vue que District 31 est une quotidienne. Aucune comparaison possible avec 19-2 et même Omertà. Oubliez l'enquête qui se boucle en un seul épisode et le rythme haletant des séries policières améri­caines. District 31 mise sur le suspense à long terme; on en a pour 120 épisodes seulement cette saison. Pour apporter un élément plus léger, on a imaginé que le poste était voisin d'une résidence de personnes âgées. Un des pensionnaires viendra se plaindre d'une préposée un peu trop entreprenante avec la clientèle.

Après avoir vu les quatre premiers épisodes, les personnages principaux m'apparaissent encore un peu beiges. J'imagine que Luc Dionne saura leur donner du relief avec les semaines. Nadine Legrand est froide, mais change des rôles habituels d'enquêtrice. On n'a pas affaire ici à une tom boy culottée, mais à une femme raffinée sans une once d'agressivité. Qui a quand même du caractère.

Pour les interrogatoires, on n'est pas du tout dans l'ambiance de la série Mensonges, où les enquêteurs talonnent constamment leurs suspects. Quand Nadine interroge, c'est plus doux, moins martelé. Entre les collègues, il y a bel et bien quelques tensions, mais pas d'engueulades légen­daires. Ça ne devrait pas tarder, ils se connaissent à peine.

On se plaint souvent de la musique trop envahissante dans certaines séries; j'en aurais pris plus ici, question d'appuyer l'effet dramatique. Alors que 30 vies était peuplée de communautés culturelles, District 31 est plus blanc que blanc. Étonnant, quand on sait que ça se passe à Montréal. Fabienne Larouche, qui supervise aussi les textes, affirme qu'on en verra davantage plus tard dans la série. Mais Luc Dionne admet que la police est encore «un milieu blanc et misogyne».

L'enquête est assez bien ficelée pour que je revienne la deuxième semaine. Reste à souhaiter qu'on donnera plus de chair à ces enquêteurs un peu ternes.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer