Déjà dimanche!, un duo à apprivoiser

Coproduite par Radio-Canada et Éric Salvail, Déjà dimanche! se démarque...

Agrandir

Coproduite par Radio-Canada et Éric Salvail, Déjà dimanche! se démarque complètement des Échangistes de Pénélope en semaine.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) CHRONIQUE / Serons-nous des adeptes de Déjà dimanche!, le nouveau rendez-vous du dimanche soir d'ICI Radio-Canada Télé? Après avoir passé l'été dernier avec Pénélope McQuade, Jean-Luc Mongrain forme désormais un duo avec Marie-Soleil Michon dans ce talk-show où défilent ceux qui ont fait l'actualité de la semaine. Une première qui a commencé froidement, pour se réchauffer au fur et à mesure des entrevues.

Franchement, on n'a rien appris de l'entrevue avec Robert Poëti, qui sortait d'une semaine mouvementée. «Ça sent-tu la revanche?» lui a demandé Jean-Luc Mongrain, au sujet de sa sortie sur des cas préoccupants au ministère des Transports. «Vous avez un problème d'odorat, ça sent rien», a répondu l'ex-ministre, si pressé de partir qu'il s'est levé de sa chaise avant même que la pause ne commence. M. Poëti n'a certainement gagné ni perdu aucune once de sympathie du public dans cette entrevue pas très intéressante.

Puis, je me demandais ce qu'on aurait encore à dire sur tout le débat autour de la liberté d'expression des humoristes, déjà un peu daté après à peine une semaine. Mais François Bellefeuille, instigateur du mouvement de solidarité aux Olivier, a somme toute bien défendu sa cause.

François Bellefeuille a réitéré que l'élan de solidarité... (Tirée de la page Facebook de l'émission) - image 2.0

Agrandir

François Bellefeuille a réitéré que l'élan de solidarité à l'endroit de Guy Nantel et de Mike Ward était justifié.

Tirée de la page Facebook de l'émission

Tous les humoristes étaient d'accord avec son idée, même s'ils n'ont pas tous voulu s'impliquer. Comme Martin Petit, épuisé de mener des combats, et qui a boycotté la soirée. Les humoristes devraient-ils plutôt se lever pour des causes plus importantes et graves, comme l'ont écrit certains chroniqueurs? «Est-ce qu'il faut toujours, quand on se lève pour une cause, vérifier s'il n'y en a pas une qui est pire ailleurs?» a demandé Bellefeuille.

Ancien «faucon agréable» chez les scouts - Mongrain était pour sa part «suisse prudent» -, François Bellefeuille a reconnu que les humoristes d'opinions obtiennent généralement moins de succès. «Les gens n'aiment pas se faire brusquer. [...] Pour être populaire, il faut pas trop déranger.» Il réitère que l'élan de solidarité à l'endroit de Guy Nantel et de Mike Ward était justifié. «On veut une liberté artistique, on veut être maîtres de ce que le public est prêt à accepter ou non.»

«Elle et moi allons faire équipe dans la... (Tirée de la page Facebook de l'émission) - image 3.0

Agrandir

«Elle et moi allons faire équipe dans la prochaine élection», a lancé Alexandre Cloutier à propos de son adversaire dans la course à la chefferie Véronique Hivon.

Tirée de la page Facebook de l'émission

Voisins de banquette à l'Assemblée nationale, Véronique Hivon et Alexandre Cloutier se parlent encore tous les jours. Le fait que la première se lance dans la course ne marque pas la fin d'une amitié. «Elle et moi allons faire équipe dans la prochaine élection», a lancé un Cloutier confiant et tout sourire.

Mme Hivon a répété qu'elle ne s'était pas lancée la première fois parce qu'elle était en démarche d'une seconde adoption, qui n'a pas abouti. Cette fois, elle est prête et souhaite réinventer le Parti québécois, en faire «un parti réformateur qui pourrait ressembler au PQ de 1976», a-t-elle dit. Tout un contrat.

Et la famille? L'épouse de Cloutier a voulu s'adresser au public quand il s'est lancé pour montrer qu'elle n'était pas «couchée en boule», expression qu'avait choisie Julie Snyder à Tout le monde en parle. Véronique Hivon, elle, a montré sa fille pour la première fois. «C'était important qu'on voit que la famille était avec nous», a ajouté Véronique Hivon, qui avait jusque-là tenu ce jardin secret, en «louve protectrice».

Enfant, le petit David Saint-Jacques voulait simplement «enfin... (Tirée de la page Facebook de l'émission) - image 4.0

Agrandir

Enfant, le petit David Saint-Jacques voulait simplement «enfin comprendre la vie».

Tirée de la page Facebook de l'émission

À lire les commentaires sur les réseaux sociaux, l'astronaute québécois David Saint-Jacques est déjà un sex symbol. Si nous avions été à Tout le monde en parle, je lui aurais décerné mon étoile du match, pas pour sa beauté mais pour son intelligence et sa pertinence. Je sens qu'on va beaucoup aimer cet homme.

Celui qui partira pour l'espace en novembre 2018 étudie déjà tous les pires scénarios possibles comme doit le faire tout bon astronaute. Se sentir au-dessus de ses affaires ou se croire superhéros constitue le meilleur moyen de causer un accident, pense-t-il.

David Saint-Jacques a parlé de l'importance des missions dans l'espace, notamment pour la recherche dans le domaine médical. Même s'il faut investir. «On n'a pas les moyens de ne pas y aller. À chaque 10 minutes, on utilise tous un satellite pour quelque chose», dit-il. Pour la science, il s'expose à de multiples problèmes de santé, très faciles à étudier chez des astronautes au meilleur de leur forme. 

Si, enfant, Alexandre Cloutier souhaitait devenir Mats Näslund, et que Véronique Hivon rêvait d'être championne d'équitation, le petit David Saint-Jacques, lui, voulait simplement «enfin comprendre la vie».

Coproduite par Radio-Canada et Éric Salvail, Déjà dimanche! se démarque complètement des Échangistes de Pénélope McQuade en semaine. Pour le décor, on est allé ailleurs, avec un comptoir pour tout le monde, les animateurs au centre, les invités de chaque côté, beaucoup plus rapprochés qu'à Tout le monde en parle. On espère voir Marie-Soleil Michon s'imposer un peu plus dans les prochaines émissions; Jean-Luc Mongrain prenait très souvent la parole dimanche soir. Une première est une première, laissons les nouveaux mariés s'apprivoiser l'un et l'autre.

Partager

À lire aussi

  • Richard Therrien | <em>Du nouveau monde à Sainte-Adèle</em>

    Richard Therrien

    Du nouveau monde à Sainte-Adèle

    CHRONIQUE / Victorine, Nanette, Basile Fourchu, Anthime Chevron. Tous ces noms imaginés par Claude-Henri Grignon et d'autres qui ne s'étaient pas... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer