Feux, ça promet

Alexandre Goyette et Fanny Mallette font partie de... (La Presse, Hugo-Sébastien Aubert)

Agrandir

Alexandre Goyette et Fanny Mallette font partie de la distribution de Feux, la nouvelle série de Serge Boucher qui sera présentée lors de la saison 2016-2017 sur les ondes d'Ici Radio-Canada Télé.

La Presse, Hugo-Sébastien Aubert

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) CHRONIQUE / Chaque nouveauté de Serge Boucher nous arrive comme un cadeau. Parce qu'Aveux et Apparences, ses précédentes séries, nous ont fourni de grands moments de télé. Et parce que cet auteur fait parler les silences, qu'il dépeint la famille québécoise comme peu arrivent à le faire, et qu'il a magnifiquement réussi son passage du théâtre à la télé.

La prémisse de Feux, sa troisième série prévue pour la saison 2016-2017 à ICI Radio-Canada Télé, est extrêmement intrigante. Un drame de moeurs aux accents de thriller, dont un des rôles principaux a été confié à Maude Guérin, qui connaît bien l'oeuvre de Boucher pour avoir joué dans Motel Hélène, Des bonbons qui sauvent la vie et Après au théâtre. Une actrice au talent exceptionnel, qui n'avait pourtant jamais été la tête d'affiche d'une série télé. Elle en partagera la vedette avec Alexandre Goyette, un des lutteurs de La théorie du K.O.

Leurs personnages, Claudine et Marc, se recroiseront une trentaine d'années après un incendie, qui a emporté la mère de celui-ci, à Rimouski. Claudine était alors la gardienne de Marc. Les retrouvailles créent l'effet d'un coup de tonnerre autant chez l'un que chez l'autre, au point où Marc voudra conquérir Claudine, persuadé qu'il s'agit de la femme de sa vie. Or, chacun mène déjà une vie rangée, en couple, et heureux. Jusqu'à ce que le passé les rattrape et ébranle les fondations de leurs familles.

Qui a donc allumé l'incendie ce fameux soir de 1982, peu de temps après que Claudine eut quitté la maison? Comme pour ses précédentes oeuvres, Serge Boucher nous propose des intrigues à tiroirs; un secret en cache un autre, qui en cache un autre, etc. Le dramaturge, qui a beaucoup décrit un milieu populaire et modeste, explore cette fois un monde plus aisé et bourgeois.

Claude Desrosiers, qui a réalisé Aveux, revient pour Feux, comme le producteur André Dupuy. La série compte sur une distribution solide : Daniel Brière jouera le conjoint de Claudine, Camille Felton, leur fille, Louise Turcot et Michel Forget, les parents de Claudine, Fanny Mallette, la conjointe de Marc, Denis Bernard, son père, un prêtre évangéliste, et Isabelle Vincent, une mystérieuse coiffeuse qui viendra semer le trouble à la mi-saison. Sylvie Léonard et Valérie Blais complètent la distribution.

Réjouissons-nous : il ne faudra pas payer des frais supplémentaires pour voir cette série de 10 épisodes d'une heure, qui arrivera directement sur ICI Radio-Canada Télé. Pas de Tou.tv Extra comme Trop et Fatale Station, deux autres nouveautés à venir.

Au fait, qu'est-il advenu d'Autopsie, qui devait compléter la trilogie amorcée par Serge Boucher avec Aveux? Le projet a été abandonné pour la télé, et l'auteur a plutôt écrit une pièce, Après, montée récemment au Théâtre d'Aujourd'hui à Montréal. Si Feux est aussi captivante qu'Aveux et Apparences, ça promet.

Les échangistes s'ajustent

L'émission Les échangistes a perdu quelques adeptes, mais inutile d'appuyer sur le bouton panique. Après une moyenne de 639 000 téléspectateurs la première semaine, 490 000 étaient au rendez-vous lundi, des chiffres tout à fait comparables au talk-show de Pénélope McQuade à pareille date l'an dernier. Lundi, on a ajouté un bureau aux deux collaborateurs, pour mieux les distinguer des invités. Éric Salvail, qui produit l'émission, reconnaît qu'elle nécessite des ajustements, mais affirme qu'elle s'est grandement améliorée depuis la première, cacophonique. «Tous les commentaires qu'on a eus pour le premier show, on se les disait déjà entre nous. On est les pires critiques de nous-mêmes», a-t-il confié. Cela dit, il croit énormément en la formule. «Quand j'allume la télé, je veux qu'il se passe quelque chose.» Là-dessus, comptez sur Renée-Claude Brazeau. Jumelée à Christian Bégin lundi soir, elle a raconté avoir confondu Virginie Fortin avec une itinérante. C'était quelques jours après La soirée est (encore) jeune, où elle a complété la phrase «La chose la plus grosse qu'on voit sur quatre roues...» par «Marie-France Bazzo». La délicatesse en personne...

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer