Où est la magie?

Pas du tout aimé le numéro où les... (La Presse, Olivier Jean)

Agrandir

Pas du tout aimé le numéro où les animateurs résumaient les films les plus vus en salles avec des jouets. Une succession de gags ratés.

La Presse, Olivier Jean

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) CHRONIQUE / On a eu peur que l'affaire Claude Jutra monopolise l'attention à cette soirée rebaptisée Gala du cinéma québécois. Eh bien non, même que rien ne nous y a fait penser. N'empêche, on oubliera vite ce gala, l'un des plus beiges que j'aie vus. Outre de rares segments plus réussis, peu d'émotions, peu de rires, pas de magie dans cette soirée ordinaire, dont l'une des rares qualités est d'avoir fini à 22h, ce qu'on ne voit jamais.

Dommage, parce que, malgré tout le débat sur les titres trop peu connus en nomination, les Corbo, Félix et Meira, Les démons, Les êtres chers valent tous la peine d'être vus. Et La passion d'Augustine, le grand gagnant, aussi. Cette soirée aura-t-elle vraiment donné le goût au public de s'y intéresser? J'en serais étonné.

À l'animation, Pénélope McQuade et Stephane Bellavance ont fait ce qu'ils ont pu avec les textes pauvres qu'on leur a donnés. Ils ont d'abord évacué la question de Claude Jutra et transmis leur compassion aux victimes. Puis, rires timides durant le numéro d'ouverture, où on juxtaposait des répliques de films à des vedettes dans la salle. Comme celle-ci, tirée de La passion d'Augustine pour accueillir Xavier Dolan: «Merci de votre visite, votre Éminence!» Puis, à ceux qui ont osé critiquer le jury, qui a favorisé les films d'auteur, un doigt d'honneur de Karelle Tremblay dans Les êtres chers.

Pas du tout aimé le numéro où les animateurs résumaient les films les plus vus en salles avec des jouets. Une succession de gags ratés. Le seul qui m'a fait rire: ce clin d'oeil au Blackface avec la poupée de P.K. Subban pour incarner Louis Morissette dans Le mirage. Pour le reste, ça s'éternisait.

Fabuleux en stagiaire haïtien dans Guibord s'en va-t-en guerre, Irdens Exantus a remercié à la vitesse de l'éclair, avec un salut particulier au réalisateur Philippe Falardeau. «Ce rôle fait maintenant partie de mon ADN», a-t-il dit. Donnez-lui un rôle dans une série. L'acteur est revenu plus tard, assez drôle dans son personnage de Souverain Pascal, pour remettre le prix de la meilleure actrice. «Vos cinéastes, est-ce qu'ils sont heureux?» a-t-il demandé, évoquant la gravité de nos films, avant de se moquer des critiques qui n'aiment pas rire.

Il fallait le documentariste Patricio Henriquez pour faire lever la salle, en dénonçant la visite de Marine Le Pen. «La culture québécoise n'a pas besoin de ce type de défense, nous pouvons le faire nous-mêmes», a-t-il voulu dire à la politicienne, qui a salué la culture québécoise, mais critiqué le gouvernement canadien pour avoir ouvert la porte aux réfugiés syriens. Il a profité de la présence de la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, pour lui lancer ce message: «Il ne suffit pas de faire mieux que les conservateurs; ça, n'importe qui peut le faire. Il faut faire beaucoup plus pour la culture.» À la suite de quoi la ministre Mélanie Joly s'est levée spontanément.

Autre moment fort: l'hommage à François Dompierre. On a laissé parler sa musique, du Matou à La passion d'Augustine, avec son fils Philippe et sa nièce Catherine Major. «Si nous avions été homosexuels, nous aurions formé un couple parfait», lui a lancé Denys Arcand. Bon raconteur, François Dompierre a ensuite nommé un tas de noms sans jamais être ennuyant. Il s'est même mis à imiter Denise Filiatrault lui commandant de la musique avec impatience.

J'ai eu l'impression qu'on avait rétréci le temps des remerciements. Une bonne décision, en principe. Mais les récipiendaires étaient si pressés qu'ils en oubliaient leurs émotions. Et pourtant, il n'y avait pas de quoi paniquer, le gala était en avance sur son temps. Seule Céline Bonnier a eu le privilège de voler des minutes. Je croyais ne pas avoir bien entendu quand on a annoncé le prix du meilleur acteur vers 21h30, anormalement tôt dans la soirée. Aucune excitation à un moment qui correspond habituellement au point culminant de la soirée.

Bon, le trophée qui a remplacé le Jutra ne gagnera pas de prix de design, ressemblant davantage à une boîte de parfum. Mais on ne devrait plus le revoir. Aucune surprise dans la liste des gagnants, néanmoins méritoires. Gilbert Sicotte a eu son prix pour Paul à Québec, et La passion d'Augustine, le très beau film de Léa Pool, lui a permis d'être la première femme à remporter le prix du meilleur film.

Bref, cette soirée manquait d'émotion, de grandeur, d'envergure. À la blague, Irdens Exentus, toujours dans son personnage de Souverain Pascal, s'est proposé pour animer le Gala du cinéma québécois l'an prochain. Vraiment pas fou comme idée, même que vous devriez y penser, concepteurs du gala.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer