Notre bulletin de mi-saison

Les pays d'en haut... (Fournie par ICI Radio-Canada Télé)

Agrandir

Les pays d'en haut

Fournie par ICI Radio-Canada Télé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) CHRONIQUE / Et alors, Séraphin? Fallait vraiment ramener Piment fort? Virtuose, ça fausse ou pas? Autant qu'à La voix? À mi-chemin de la saison d'hiver, nos nombreuses émissions ont-elles tenu leurs promesses? Méritent-elles un pouce en l'air ou un bonhomme fâché? Ça en fait des questions.

LES RECETTES POMPETTES 9,5/10 (V)

Autant la version hebdomadaire m'avait un peu laissé sur ma faim l'an dernier, autant elle me ravit entièrement cette saison. Éric Salvail et ses «chums de brosse» ne nous laissent vraiment aucun répit durant ces demi-heures qui passent vite. On se permet toutes les folies, et les invités perdent toute once d'orgueil au profit de l'émission. Anne Dorval et Élise Guilbault étaient joyeusement décalées. Mais la palme revient à Julie Perreault et son gâteau en forme de Minion, ma préférée de la saison. Shooter!

SÉRIE NOIRE 9,5/10 (ICI Radio-Canada Télé)

Encore meilleure que la première saison, malgré des cotes d'écoute décevantes. Un coup de coeur pour l'énigmatique patronne de l'animalerie, jouée par Pascale Desrochers, qui vous surprendra à coup sûr dans les prochains épisodes. Marc Arcand (Marc Beaupré) fait de plus en plus peur, il faut l'admettre. Au-delà du suspense, jolie satire du milieu de la télé. Un bijou que ce tournage de promo estivale.

AU SECOURS DE BÉATRICE 9,5/10 (TVA)

Toujours un moment attendu dans ma semaine. Francine Tougas n'épargne pas ses personnages, leur mettant au visage leurs travers et les forçant à apprendre de leurs erreurs. Et pas seulement son héroïne. La proposition de Bernard (Alain Zouvi) pour un ménage à trois avec son épouse et Gin (Monique Spaziani et Linda Sorgini) a donné lieu à une scène savoureuse. Excellent James Hyndman, comme on ne l'a jamais vu dans le rôle exigeant du père psychotique d'Arnaud (Mathieu Lorain-Dignard).

INFOMAN 9/10 (ICI Radio-Canada Télé)

Jean-René Dufort n'en manque pas une, même après 16 ans. Ses segments «Pape voyage express» avec Chantal Lamarre sont ce qui me font le plus rire. Les sujets de trop sont rares, même si on a passé beaucoup de temps sur les vestes de sauvetage bidon. Pour moi, Infoman reste un incontournable.

LES BEAUX MALAISES 8,5/10 (TVA)

La fin de semaine «de rêve» à Québec, avec Monique qui abandonne la famille pour rencontrer des hommes sur une application mobile, était particulièrement réussi, avec cet arrière-goût doux-amer. Dommage que la série s'arrête, même si on comprend Martin Matte de ne pas vouloir faire l'année de trop.

LES PAYS D'EN HAUT 8,5/10 (ICI Radio-Canada Télé)

Gros pouce en l'air pour l'adaptation des Belles histoires, signée Gilles Desjardins, qui tient la route depuis janvier. Avec le réalisateur Sylvain Archambault, il amène ailleurs cette histoire mythique, mais aussi la série d'époque. Vincent Leclerc s'est approprié le rôle de Séraphin avec aplomb et sans vouloir imiter qui que ce soit. Julie Le Breton excelle dans celui de Délima, mais on pourrait en dire autant de la plupart de la distribution. Que l'auteur ait pris des libertés par rapport à l'histoire d'origine est tout à fait normal et même souhaitable. Je ne peux qu'applaudir.

VIRTUOSE 8,5/10 (ICI Radio-Canada Télé)

Pas étonné que l'émission connaisse ce beau succès d'écoute; le talent des jeunes suscite toujours admiration et curiosité. Ces virtuoses impressionnent, par leurs prouesses, mais aussi par leur passion pour leur instrument. Et que d'émerveillement dans les yeux de leurs parents. Beaucoup de piano et de violon, mais on se réjouit quand un jeune jouant du basson, comme Thomas Roy-Rochette, de Québec, se distingue à travers eux, offrant une bien émouvante prestation avec un instrument moins conventionnel. Gregory Charles choisit de ne pas travestir ou hipstériser l'univers de la musique classique pour le rendre plus accessible, et les résultats lui donnent raison.

Normand Brathwaite anime à nouveau Piment fort.... (Fournie par TVA) - image 2.0

Agrandir

Normand Brathwaite anime à nouveau Piment fort.

Fournie par TVA

PIMENT FORT 8/10 (TVA)

Normand Brathwaite n'a pas eu l'air aussi heureux depuis longtemps. Plus gentil, Piment fort? Pas tant que ça. Même qu'on grince des dents certains soirs. François Pérusse sur la différence entre La voix et le métro: «Les trois notes que chante le métro sont justes, elles.» Korine Côté sur la différence entre Les jeunes loups et une tronçonneuse: «Une chainsaw, ça a pas l'air écrit par un gars de secondaire II qui a juste le goût de voir des boules.» Les filles sont souvent plus drôles, comme Korine Côté, vraiment hilarante, et Mariana Mazza, toujours punchée. Retour réussi.

LES GRANDS RENDEZ-VOUS DE JOSÉLITO 8/10 (Historia)

Josélito reste Josélito. Mais cette courte série d'entrevues marque vraiment une évolution après celles du train. On gratte moins le bobo, on explore la vie et la carrière d'invités qui se livrent généreusement. Patrick Huard s'est montré comme on ne l'avait jamais vu, admettant avoir déjà eu un ego démesuré. À voir aussi : Michel Côté, Claude Poirier, Denis Coderre et Lisette Lapointe. Si vous les avez manquées, elles seront accessibles du 14 au 31 mars sur historiatv.com.

MÉMOIRES VIVES 8/10 (ICI Radio-Canada Télé)

Le virage policier, réussi, a donné un nouveau souffle à ce téléroman. Stéphane Gagnon prend du gallon dans le rôle de l'enquêteur Dupuis, et mérite certainement une nomination aux Gémeaux. Rien n'a de bon sens, mais tout se tient, un pari réussi par l'auteure Chantal Cadieux.

LA VOIX 8/10 (TVA)

Peu enthousiaste durant les auditions à l'aveugle, j'avoue avoir été impressionné par les premiers duels dimanche dernier. Durs choix à faire. Conserver la prestation de Jessy Bazinet, frère des deux autres, n'était pas l'idée du siècle.

LIKE-MOI! 7/10 (Télé-Québec)

Comme bien d'autres, je suis un fan fini de Gaby Gravel, «artiste maquilleuse et coach de vie», jouée magnifiquement par Florence Longpré. On prendrait plus souvent de ses tutoriels beauté dans cette série inégale, où les sketchs pourraient souvent être coupés de moitié. Dans la colonne des «plus»: la parodie de téléréalité «Je choisis Jonathan» et «Profil féminin», l'émission des années 60.

Mélissa Désormeaux-Poulin et Isabel Richer dans Ruptures... (Fournie par ICI Radio-Canada Télé) - image 3.0

Agrandir

Mélissa Désormeaux-Poulin et Isabel Richer dans Ruptures

Fournie par ICI Radio-Canada Télé

RUPTURES 7/10 (ICI Radio-Canada Télé)

Fort au début, mon intérêt s'est un peu dilué. Saisir la nature et l'émotion de ces personnages à travers les ramifications complexes du processus judiciaire est parfois laborieux. Si bien que malgré des situations hautement émotives, l'ensemble reste froid. L'épisode sur la jeune fille qui fait des photos érotiques était particulièrement tarabiscoté. Bon filon, l'antinomie entre Ariane et Claude (Mélissa Désormeaux-Poulin et Isabel Richer, excellentes) me fait pourtant rester.

ESPRIT CRITIQUE 7/10 (ICI ARTV et ICI Radio-Canada Télé)

Il n'y a au final pas tant de critique pure dans cette émission, dont les débats constituent la force. Celui sur la vie privée et publique des vedettes avec Nathalie Petrowski et Véronique Cloutier valait le détour. Le rôle de commentateur de Fabien Cloutier, drôle, mais encore à définir, finit par être redondant. Le segment de critique culturelle brise le rythme, alors que c'est ce qu'on attendait le plus de l'émission. Marc Cassivi et Rebecca Makonnen font de bonnes entrevues, dont celles avec René Homier-Roy et Patrick Huard.

LES JEUNES LOUPS 6/10 (TVA)

Tout de même saluée par la critique, la transformation extrême de la série a déstabilisé le public, qui n'est pas au rendez-vous. Plutôt que d'avoir un effet crescendo, l'histoire des langues coupées envoyées au journal devenait redondante. Dans le rôle de Philippe St-Pierre, Danny Gilmore n'a pas réussi à faire oublier Pierre-Yves Cardinal. Les scènes gratuites de sexe font sourire au point de décrocher du reste.

DANS MA TÊTE 2/10 (TVA)

Désolé, mais pas pour moi. Pourquoi se compliquer autant la vie pour faire rire? Et encore faudrait-il que ce soit drôle. L'émission de Patrick Groulx obtient néanmoins un beau succès.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer