Markos, retenez ce nom

Le jeune Markos a chanté Mack the Knife de Bobby... (OSA Images et TVA)

Agrandir

Le jeune Markos a chanté Mack the Knife de Bobby Darin.

OSA Images et TVA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) CHRONIQUE / Il a 15 ans. Ne pousse la note que depuis deux ans. Mais chante comme un crooner qui a une longue carrière derrière lui. Un phénomène.

Markos Gonzalez Clemente, une vieille âme, c'est ce que ça prenait pour conclure cette première de La voix, dimanche soir à TVA, pas la plus spectaculaire jusque-là. Pas qu'il n'y avait pas de bonnes voix, mais des grandes, des justes, des vraies, pas autant qu'on en voudrait.

Au fait, Éric Lapointe a été l'heureux élu du jeune Markos, qui a chanté Mack the Knife du répertoire de Bobby Darin. Une première à La voix : pour cette dernière audition à l'aveugle, on avait installé un rideau entre le candidat et les coachs. Un procédé intrigant, qui augmentait l'effet de surprise, une fois tombé. «Ça sent le gagnant!» a lancé Marc Dupré, de retour pour une quatrième saison, à propos du jeune crooner montréalais.

Ariane Moffatt, elle, revenait après deux ans d'absence, aux côtés d'Éric Lapointe, au langage toujours aussi coloré, et de Pierre Lapointe qui avait pris sa relève. Les coachs n'ont jamais eu l'air aussi à l'aise, se levant à tout instant, Marc Dupré volant les chaises des autres. On aurait dit une gang d'ados en camp de vacances.

En début d'émission, après un numéro d'ouverture plutôt banal, Éric Lapointe n'a mis que quelques secondes pour se retourner vers Travis Cormier, rocker de Moncton qui déplace de l'air, avant que ses trois collègues en fassent autant. Et c'était parti. Son interprétation de Dream On d'Aerosmith était convaincante. «Moé, j'serais pas capable de chanter ça», a dit Éric Lapointe, médusé, après avoir été choisi par le jeune homme de 22 ans. Marc Dupré, lui, a prédit «le début de la Travismania». Disons que les coachs ne manquaient pas de superlatifs, dimanche.

J'admets avoir été surpris que deux coachs se retournent pour Anna-Kim Léveillée, dont le Petit papillon débordait de naïveté... et de fausses notes. «J'ai un ovni dans mon équipe», s'est réjoui Pierre Lapointe, qu'elle a préféré à Ariane Moffatt. Ce fut plus laborieux pour Dominic St-Laurent, qui a fini sa chanson par un couac. Aucun des coachs ne s'est retourné, et tous étaient persuadés avoir affaire à une femme tant sa voix était aiguë.

Interprétation veloutée de La mer de Charles Trenet par une candidate de Kingston, unilingue anglophone, Beatrice Keeler. «Comment t'appelles-tu?» lui a demandé Ariane. «Ça va», lui a-t-elle répondu. On partait de loin. Et le souverainiste Éric Lapointe de lui dire : «Si tous les anglophones chantaient français comme toi, je le deviendrais peut-être [fédéraliste].»

Noémie Lorzema, qui avait choisi Lift Me Up de Christina Aguilera, a une voix formidable, «grandiose, céleste», a dit Éric Lapointe, et toute une présence. «Quand t'appelles au paradis, qu'y te mettent en attente, c'est sa voix qu'on entend!» a ajouté le rocker. Mais Noémie choisira plutôt Ariane Moffatt, avec qui elle avait chanté à l'émission La cour des grands. «J'pense que tu m'as fêlé deux côtes», a dit Marc Dupré à Geneviève Leclerc, 32 ans, de Gatineau, qui a fait forte impression avec son interprétation de Big Spender, l'une des plus applaudies.

Selon Pierre Lapointe, le bluesman Martin Goyette nous a servi sa chanson comme «un gros poulet juteux» - c'est un compliment. «Mon Dieu, j'me transforme en Isabelle Boulay!» a-t-il ajouté. Autre phrase poétique de notre Éric national, cette fois pour Marie Bélisle : «Si ta voix serait [sic] sur mon réveille-matin, j'mettrais mon réveil à 6h, pis je snoozerais jusqu'à midi, sti!» Après s'être retourné avec Éric Lapointe sur la toute dernière note, Pierre Lapointe est allé consoler la candidate, en larmes. Genesis Ritchot, prénommé ainsi en hommage au groupe - oui, oui -, y est allé d'une chanson country.

L'émission ayant été enregistrée à l'automne, on l'a précédée d'un hommage très sobre à René Angélil, lu par son gendre, Marc Dupré. On n'en est qu'au début : les coachs doivent avoir chacun 12 candidats dans leur équipe, seulement neuf ont été choisis.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer