Pas de juge méchant à Virtuose

Marc Hervieux et Gregory Charles proposent avec Virtuose... (La Presse, Ivanoh Demers)

Agrandir

Marc Hervieux et Gregory Charles proposent avec Virtuose un rendez-vous familial où les éliminations et le climat d'affrontement d'autres émissions du genre font place à la complicité et aux bons sentiments.

La Presse, Ivanoh Demers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) CHRONIQUE / Le juge méchant, c'est pour Les dieux de la danse. Vous n'entendrez jamais le public de Virtuose, la nouveauté de Gregory Charles, huer Marc Hervieux pour un commentaire trop sévère; le ténor n'est capable d'aucune méchanceté. Et ce n'est pas l'endroit. De toute façon, le public ne le supporterait pas.

D'ailleurs, difficile de ne pas s'émouvoir devant leur talent et leur passion pour leur instrument. Vous découvrirez ces 24 musiciens de 9 à 17 ans dès vendredi à 19h à ICI Radio-Canada Télé, à raison de quatre par semaine. Un rendez-vous familial où les éliminations et le climat d'affrontement d'autres émissions du genre font place à la complicité et aux bons sentiments. Pas pour rien qu'on privilégie le terme «témoin» plutôt que «juge» pour décrire le rôle de Marc Hervieux. Quoique ces jeunes sont habitués à recevoir des critiques et sont même les premiers à savoir qu'ils n'ont pas été à la hauteur.

Bien sûr, plusieurs jouent du piano ou du violon, les deux instruments les plus courants. Mais vous en verrez aussi jouer de la batterie, du basson, du violoncelle et même de la harpe. Janaya Lo, minuscule pianiste de neuf ans de Toronto, touche à peine aux pédales de son piano et doit se tenir au bout de son banc. Attendez de la voir jouer. Choisis parmi une centaine de candidats, les élus proviennent beaucoup du Québec, mais aussi de l'Ontario et de l'Alberta.

Sans dire à qui il les attribue, les notes combinées de Marc Hervieux et du public dans la première émission vont de 73,3 % à 97,5 %. Au bout de sept semaines, les 12 candidats ayant obtenu les meilleurs scores reviendront pour les demi-finales, avant qu'on élise un grand virtuose lors de la finale. Pas de prix en argent pour le lauréat, mais la chance de produire un enregistrement dans le Studio 12 de Radio-Canada, qu'il pourra inclure à son portfolio. «Ce n'est pas un show Capital One!» dit Gregory, qui souhaitait que les jeunes jouent davantage pour le plaisir et l'honneur que pour un prix.

Quand elle a été nommée à la direction générale de la télévision de Radio-Canada il y a un an, Dominique Chaloult s'est donné le mandat de bonifier le contenu musical et d'offrir de la musique classique en heures de grande écoute. Lancée au même moment, la proposition de Gregory Charles est arrivée à point. Très ému, l'animateur et producteur en est venu aux larmes lundi en évoquant le travail accompli pour Virtuose. Gregory prend cette cause à coeur, et se dit fier de pouvoir donner une tribune à ces jeunes pleins de talents. On le sent investi. Il s'agit de la première production télé de Média Qube Télé du Groupe Musique Greg, pilotée par la productrice Sylvia Côté.

Dans la première émission, vous verrez un violoncelliste de 16 ans, Bruno Tobon, un pianiste de 13 ans, Mattew Yip, un batteur de 15 ans, Olivier Mallette, et une violoniste de 13 ans, Laurianne Houde, de Lévis. Chacun leur tour, ils offriront une oeuvre préparée avec Gregory en classe de maître, puis se réuniront pour un numéro de groupe à la fin de l'émission, une création de l'animateur. La plupart jouent des oeuvres de musique classique, bien qu'on en sorte parfois, avec les batteurs entre autres. Réalisée par Benoît Giguère, l'émission a du rythme, les présentations des candidats sont sympathiques et les extraits des classes de maître montrent bien tout le travail accompli. Gregory est fait sur mesure pour ce concept qui est le sien. Une seule chose m'a irrité : la courte discussion avec les parents après la prestation de leur enfant, qui revient toujours du pareil au même. En espérant que Gregory variera un peu ses questions.

Aucune pression indue

Au lendemain de la diffusion du documentaire Parents Inc., sur des parents qui vivent leur rêve de hockey à travers leurs enfants, Gregory Charles s'est souvenu du documentaire Les vrais perdants, d'André Melançon, datant de 1978. On y voyait des parents qui forçaient leurs enfants à faire des sports ou de la musique, une vision qui appartient au passé, croit Gregory Charles, du moins en ce qui concerne les jeunes musiciens. Celui-ci n'a senti aucune pression indue imposée aux enfants par leurs parents durant le tournage.

L'émission a été logée le vendredi à 19h, l'ancienne case du Ti-Mé Show, qui déménage à 20h, suivi de Série noire à 21h. Trois propositions très différentes. Si elle espère que Virtuose puisse attirer le plus d'auditoire possible, Dominique Chaloult n'y accorde pas trop d'importance. En d'autres mots, ce ne serait pas dramatique si l'émission qui répond au mandat du diffuseur public ne pète pas des scores.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer