Les Beaux malaises en France

L'humoriste et acteur français Franck Dubosc a eu un... (PHOTO ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

L'humoriste et acteur français Franck Dubosc a eu un coup de foudre pour la comédie de Martin Matte.

PHOTO ARCHIVES LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) CHRONIQUE / Le malaise est universel. Mais se vit-il en France de la même façon qu'au Québec?  L'humoriste et acteur Franck Dubosc doit croire que oui, puisqu'il entreprendra lundi prochain le tournage de l'adaptation française des Beaux malaises, destinée à la chaîne M6. Très bon coup de Martin Matte et de François Rozon chez Encore Télévision, qui produit l'oeuvre originale au Québec.

Immense vedette de la scène et du cinéma en France et figure connue des Québécois, Dubosc a eu un coup de foudre pour la comédie de Martin Matte et souhaitait plus que tout importer l'idée telle quelle. Les deux humoristes se sont souvent croisés et ont plusieurs points en commun. «Il est en amour avec ce genre d'humour limite méchant, baveux, touchant, il trouve ça très drôle. Comme moi, il est père de deux enfants, un garçon et une fille. Sur scène, il joue le gars au-dessus de ses affaires, séducteur. D'instinct, on a pensé à lui», confie Martin Matte, qui est allé rencontrer Dubosc à Paris et parle pour la première fois de ce «beau» projet.

La série avait d'abord été proposée à TF1, la chaîne généraliste numéro un en France, qui trouvait cependant que certains gags allaient trop loin. «Franck ne voulait pas "édulcorer le truc", comme il disait, sinon on allait perdre l'essence des Beaux malaises», explique Matte. M6, une chaîne qui ose davantage, a alors pris le relais.

L'adaptation sera produite chez Kabo, qui a comme président Alain Kappauf, cocréateur des séries Caméra café et Kaamelott, et maintenant producteur de la populaire comédie Scènes de ménages pour M6. Une grosse pointure. Il a été séduit par Les beaux malaises, tout comme le producteur Stéphane Moatti, joint par Le Soleil à Paris. «Ce qui nous a séduits, c'est la qualité et la maîtrise artistique du projet, un bijou d'écriture. Il y a un niveau de jeu extrêmement soigné, une cohérence absolument aboutie. Ce n'est pas parce que vous êtes célèbre que vous n'avez pas les mêmes emmerdes que tout le monde.»

M. Moatti assure que très peu de choses seront modifiées dans la version française, outre les références culturelles. «Dans l'épisode Le troisième âge, le personnage du vieillard est présenté comme un légume; nous le montrons plus comme quelqu'un d'un peu méchant, un papi Danielle, un choix de Dubosc. Mais on conserve la façon dont le personnage principal s'adresse à ses enfants et son rapport avec le psy.»

«Pleinement satisfait»

Martin Matte, dont l'ami et collègue François Avard avait eu une expérience décevante avec l'adaptation des Bougon en 2008, se dit pleinement satisfait de ce qu'on lui a présenté. «J'ai lu les textes, c'est la même chose, avec de petits mots changés ici et là. Pour moi, c'était super important. Par exemple, quand ma mère vend un de mes Olivier dans une vente de garage, pour Franck, ce pourrait être le slip qu'il a porté au cinéma dans Camping, et qui a une valeur inestimable.»

Dubosc n'était pourtant pas chaud à l'idée de faire de la télé, lui qui n'apparaît qu'au cinéma et sur scène. «En France, il y a une grosse hiérarchie entre le cinéma et la télé, ce qui n'existe pas ici ou aux États-Unis», poursuit Martin Matte. Il a suffi qu'il voie la série pour constater qu'elle se comparait avantageusement à ce qu'on peut voir sur grand écran.

Le personnage de Julie, jouée ici par Julie Le Breton, sera repris en France par Anne Marivin, blonde également, et que vous avez peut-être vue dans le film Bienvenue chez les Ch'tis. Les producteurs auraient d'abord souhaité que Martin Matte et le réalisateur Francis Leclerc prennent part au projet, ce que les deux ont refusé. «Je vais assister au tournage, donner un coup de main. Mais je trouve ça plus sécurisant qu'ils trouvent un réalisateur qui a fait beaucoup de films là-bas», explique Matte. Le réalisateur en question s'appelle Éric Lavaine et a fait trois longs métrages avec Franck Dubosc, Incognito, Bienvenue à bord et Barbecue.

Les beaux malaises de Dubosc auront une durée de 26 minutes, un format de comédie pratiquement disparu de la télévision française, habituée aux rendez-vous courts. La date de diffusion n'est pas encore connue, mais M6 pourrait d'abord diffuser quatre épisodes le même soir, pour mesurer l'intérêt du public.

Avec Les beaux malaises - on ignore si le titre sera conservé -, Franck Dubosc souhaite aussi casser son image en montrant un côté sensible de sa personnalité. Reste à savoir si les plus gros malaises passeront aussi bien chez les Français qu'ici. Stéphane Moatti en est convaincu. «J'ai pas de souci parce qu'il y a un capital de sympathie énorme chez Dubosc. Il assume le côté transgressif, il veut surprendre le spectateur.»

Alors qu'au Québec la troisième saison commence mercredi à 21h à TVA, une version canadienne anglaise des Beaux malaises est toujours en développement, et la comédie suscite aussi de l'intérêt en Allemagne et aux Pays-Bas. François Rozon, qui voit grand mais reste réaliste, tente également de vendre ses séries Boomerang et Pour Sarah. Trois producteurs français sont dans le coup.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer