La série qui ébranle l'Amérique

CHRONIQUE/ Vous n'aviez déjà pas confiance en la justice? Making a... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) CHRONIQUE/ Vous n'aviez déjà pas confiance en la justice? Making a Murderer, la série de Netflix qui ébranle l'Amérique, vous fera crier d'indignation dans votre salon. Vous savez, ce sentiment de rage qui monte en vous sans pouvoir le réprimer?

La série que plusieurs ont dévorée durant les Fêtes n'est pas une oeuvre de fiction, mais une série documentaire, tellement choc qu'elle pourrait faire rouvrir un dossier judiciaire qu'on croyait bien réglé. Netflix frappe encore un grand coup avec cette oeuvre de 10 épisodes, bâtie comme un suspense aux multiples tiroirs et aux rebondissements spectaculaires. Sauf que cette fois, c'est vrai.

Making a Murderer, ou «comment fabriquer un meurtrier», expose le destin aussi triste qu'improbable de Steven Avery, un homme du comté de Manitowoc, dans le Wisconsin, libéré en 2003 après 18 ans de prison pour un crime qu'il n'avait pas commis. La réhabilitation de l'homme montré en exemple ne dure pas : deux ans plus tard, il est accusé du meurtre sordide d'une jeune photographe, Teresa Halbach, avec la complicité de son neveu Branden Dassey, un adolescent pauvre d'esprit. Les deux seront reconnus coupables au terme d'un procès-fleuve, qui fera grand bruit dans les médias américains.

Les réalisatrices Laura Ricciardi et Moira Demos, qui ont mis 10 ans à construire la série, démontrent comment les autorités locales auraient monté de toutes pièces la culpabilité d'Avery, deux fois plutôt qu'une. Et combien la présomption d'innocence n'a aucune valeur pour bien des gens. Avocats, spécialistes et membres de la famille racontent ce qui s'avère une série d'enquêtes bâclées, d'aveux de culpabilité forcés, de manipulations de preuves, de jugements hâtifs. Et cette façon odieuse de profiter du retard intellectuel du jeune Brendan.

Certains enquêteurs ne s'en cachent même pas : ils le croyaient coupable depuis le début, sans même l'ombre d'une preuve. La famille Avery gère un parc de voitures dédiées à la ferraille, et ne jouit pas d'une très bonne réputation. De plus, Steven a déjà commis quelques délits. Un plus un font deux.

Chose certaine, la série ne redonne pas foi en la justice américaine. Elle renforcera même l'image corrompue de ces shérifs qui abusent de leurs pouvoirs et s'érigent en justiciers sans discernement, comme on en voit au cinéma. Vous détesterez le procureur Ken Kratz, le méchant de l'histoire, qui croit Avery coupable d'emblée, mais dissimule des squelettes dans son placard. Et qui abusera de son pouvoir pour les y maintenir. On ne le voit pas témoigner dans la série; les réalisatrices assurent l'avoir contacté, il nie en bloc.

Mais voilà, l'histoire de Steven Avery méritait-elle qu'on s'étende sur 10 épisodes? Vrai qu'après le premier, on a du mal à s'imaginer qu'on puisse tenir neuf autres heures sur le même sujet. Vrai que certains épisodes souffrent de quelques longueurs, et que les réalisatrices abusent d'images de ferraille prises dans l'immense casse Avery pour assurer certaines transitions. Mais il faut regarder Making A Murderer comme une série et pas comme un long métrage. L'étalement sur 10 épisodes permet de ressortir des éléments déterminants, de décortiquer les témoignages, et surtout les intentions à peine voilées des gens en autorité.

Les réalisatrices veulent nous rendre sympathiques à la cause d'Avery. Mais leur travail n'en est pas moins rigoureux et efficace. Ricciardi et Demos ne profitent pas de la cause d'Avery; elles la servent.

L'oeuvre a suscité de nombreuses réactions depuis sa sortie, et des pétitions réclament qu'on retourne en procès pour innocenter Avery et son neveu. Ken Kratz dit avoir reçu des menaces de mort et plaide que le documentaire fait abstraction de plusieurs preuves incriminantes. Un juré au procès d'Avery a confié aux réalisatrices être convaincu qu'il avait été victime d'un coup monté.

Dans sa malchance, Steven Avery a quand même pu compter sur ses parents, qui le soutiennent sans relâche depuis le début, alors que le reste de la famille l'a condamné. Et sur des avocats compétents et dévoués. Mais les ravages sur la famille sont incalculables - vous vous prendrez d'affection pour sa pauvre mère. À 53 ans, comme son neveu, Steven croupit encore en prison sans possibilité de libération conditionnelle, mais vit d'espoir malgré tout. Cette série pourrait constituer son ultime chance de prouver son innocence.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer