Québécois et citoyen du monde

Bernard Derome... (Fournie par Télé-Québec)

Agrandir

Bernard Derome

Fournie par Télé-Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) CHRONIQUE / Le sujet était glissant et hasardeux. Bernard Derome le savait avant de s'attaquer à l'identité québécoise. Valait-il la peine de chatouiller nos démons des accommodements raisonnables et de la charte des valeurs? Je dois dire que l'exercice auquel il se prête dans le documentaire Crise d'identité, diffusé lundi à 21h à Télé-Québec, est loin d'être douloureux, même qu'il est plutôt salutaire et divertissant.

Après s'être intéressé au tabou de l'argent dans Les grands moyens, l'ancien chef d'antenne rencontre une foule de personnalités aux horizons aussi éloignés que Adib Alkhalidey, Louis Garneau et Louise Arbour, pour comprendre comment on se perçoit en 2015 dans ce contexte de mondialisation. Par la langue, le territoire, le climat, la religion, mais très peu la politique. Il en sort des réflexions lucides et éclairantes.

Le Québécois d'aujourd'hui serait donc en voie de devenir citoyen du monde. Les plus jeunes en témoignent et voient clairement plus loin que leur province. Brian Mulroney le constate : leur terrain, c'est l'économie. Et qui voudra ramer à contre-courant de cette tendance s'isolera, croit-il.

Pour un francophone, chanter en anglais a longtemps été perçu comme une trahison. Jeff Stinco de Simple Plan affirme que ce choix n'a rien d'identitaire; il a grandi dans le West Island, où sa famille était la seule francophone de sa rue. Il était fan de Green Day, de Blink 182, l'anglais s'est imposé de par lui-même.

Plusieurs propos risquent de déplaire aux souverainistes, somme toute peu représentés. «L'anglais n'est plus la langue du colonisateur», considère Dominique Anglade, approchée avant qu'elle se présente sous la bannière libérale. La journaliste Elizabeth Plank, qui fait carrière à New York, est presque gênée d'avouer qu'elle se sent plus Américaine que Québécoise.

Fred Pellerin est l'un des rares à s'inquiéter pour la survie du français. Sa métaphore sur la langue, qu'il compare au glaçage d'un gâteau, est magnifique. Le conteur est convaincu que l'indépendance est un concept tout à fait inclusif, et qu'il vaut mieux être propriétaire que locataire. «Comment ne peut-on pas vouloir bâtir sa maison?» demande-t-il.

Le Québec s'est enrichi par l'immigration, un discours que tiennent beaucoup les personnalités qui connaissent du succès ailleurs dans le monde. Robert Lepage parle de son conjoint des 21 dernières années, un Américain qu'il a vu se transformer en Québécois, devant ses yeux, en apprenant le français et en pensant en français. «Y'a rien de plus impur qu'un Québécois pure laine», dit le metteur en scène, irrité chaque fois qu'on parle de Québécois de souche, une expression qui ne veut plus rien dire à ses yeux.

Plusieurs soulignent que nous ressemblons beaucoup moins aux Français qu'on veut bien le croire. Robert Lepage dit qu'il faut être allé en Angleterre pour constater qu'on a davantage de parenté avec ce pays, et pense même que les Russes nous ressemblent plus que les Français. En n'invitant que des Québécois francophones aux fêtes de la Saint-Jean, le peintre Marc Séguin craint qu'on ghettoïse la culture québécoise.

Extrait de «Crise d'identité»

Difficulté à débattre

Portion intéressante lorsqu'on revient sur notre difficulté à débattre, un loisir auquel les Français s'adonnent à merveille. «Les Québécois n'aiment pas l'adversité», constate Boucar Diouf, qui nous voudrait plus guerriers dans nos joutes oratoires. «C'est pas dans nos gênes de se pogner», affirme pour sa part Fred Pellerin.

La bonne nouvelle, c'est que la plupart des intervenants sont optimistes et croient que les Québécois gagneront en confiance. Bernard Derome pense que Crise d'identité arrive à point, en plein débat sur les migrants. Il croit qu'un fond de racisme habite trop de Québécois et souhaite que son documentaire ouvre leurs horizons et les amène à plus de nuances. Il prépare déjà un troisième documentaire pour Télé-Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer