Tout le monde en parle: ne pas tout mêler

Gilbert Rozon et Michel C. Auger à Tout... (Fournie par Ici Radio-Canada Télé)

Agrandir

Gilbert Rozon et Michel C. Auger à Tout le monde en parle, dimanche

Fournie par Ici Radio-Canada Télé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Ne pas tout mêler. On l'a entendu beaucoup, dimanche soir, lors de cette spéciale de Tout le monde en parle sur les attentats de Paris, qui nous ébranlent tous depuis vendredi. Une diffusion en direct, une première dans l'histoire de l'émission d'ICI Radio-Canada Télé, planifiée le jour même dans l'urgence. Une soirée empreinte d'émotion, oui, mais aussi d'une rage de ne pas céder au chantage des terroristes.

D'emblée, le maire de Montréal, Denis Coderre, et le ministre de la Sécurité publique du Québec, Pierre Moreau, ont voulu rappeler la nécessité d'accueillir les réfugiés syriens malgré la peur et la méfiance. «Faut pas perdre de vue notre ouverture. [...] Les réfugiés syriens qui se sont fait bombarder, il faut s'en occuper. Ils sont victimes eux aussi», a insisté M. Coderre. «La sécurité ne doit pas devenir un prétexte pour cacher la xénophobie», a poursuivi M. Moreau, rappelant que le Québec a traditionnellement reçu de nombreux réfugiés et qu'il doit faire honneur à cette réputation.

Le ministre a toutefois voulu se faire rassurant, parlant d'un «filtrage certain» au moment d'accueillir les migrants. «L'ensemble des corps policiers au pays travaillent sous un groupe de coordination et échangent des renseignements.» Le hasard a voulu que la fille de Pierre

Moreau ait été au Bataclan la veille des attentats. Gilbert Rozon, qui était à Paris au moment des attaques, connaît bien le Bataclan. Un endroit parfait pour les terroristes, sachant que les issues sont peu nombreuses et «très mal placées». Pour faire un doigt d'honneur aux assassins, il a organisé une soirée au resto, au lendemain des attentats. «On a fini juste 12, les gens avaient peur», raconte-t-il. Il s'oppose à ce qu'on réponde à la guerre par la guerre et appelle plutôt à une «croisade pour la paix». «Quand on est en guerre, il y a des conséquences, rappelle-t-il. On ne peut pas se servir de la religion pour faire une guerre, ça n'a pas de sens», s'est-il indigné au sujet des terroristes.

Fatima Houda-Pepin, elle-même musulmane, a été la seule à éprouver quelques réticences à ce que le Canada reçoive de façon aussi précipitée des réfugiés syriens. «C'est une question légitime» de la part des citoyens qui ont peur, croit-elle. L'ancienne députée libérale souligne que «l'Arabie Saoudite finance à coups de millions la propagation de l'islamisme radical, du salafisme», que ce sont ces mouvances qu'il faut d'abord combattre. «Ce combat, on ne peut pas le gagner seulement par une approche militaire et sécuritaire», a-t-elle martelé.

Lucide et convaincant, le conseiller politique Yan Chantrel, Français qui vit à Montréal, se souvient des lendemains des attentats de 1995 en France : «On se regardait tous en se disant : "Qu'est-ce qui va bien nous arriver?", la peur au ventre.» Il invite la population à ne pas jouer le jeu des terroristes, à ne pas céder au chantage.

La professeure au Collège militaire royal de Saint-Jean et spécialiste du terrorisme, Janine Krieber, a brossé un portrait extrêmement clair de la situation actuelle du terrorisme. Pourquoi attaquer Paris plutôt qu'une autre? «C'est visible, c'est un symbole, c'est une ville mythique, a-t-elle dit. D'un point de vue stratégique, les frappes aériennes ne sont pas efficaces contre le terrorisme», considère Janine Krieber. Selon elle, il faut attaquer sur le terrain, dans le désert. Les Canadiens sont-ils prêts à envoyer leurs fils et leurs filles se battre là-bas? «J'en doute», a-t-elle dit.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer