L'année de Fabien Cloutier

Le comédien et dramaturge Fabien Cloutier a offert... (Fournie par ICI Radio-Canada Télé)

Agrandir

Le comédien et dramaturge Fabien Cloutier a offert un court extrait de son premier spectacle d'humour, dimanche soir à Tout le monde en parle.

Fournie par ICI Radio-Canada Télé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) CHRONIQUE / C'est l'année de Fabien Cloutier. On le voit et on l'entend partout. Mais le comédien et dramaturge roule sa bosse depuis nombre d'années, de façon peut-être moins rassembleuse, mais certainement pas moins importante, comme on a pu le constater à Tout le monde en parle dimanche soir.

Le Beauceron de 39 ans a joué dans une trentaine de pièces. Oui, les nombreux sacres et le langage vulgaire qu'utilisait son personnage du chum à Chabot dans Scotstown et Cranbourne ont pu froisser des spectateurs. «La vraie grossièreté est surtout chez certaines personnes qui utilisent leur pouvoir, qu'ils soient cravatés ou qu'ils soient en uniformes, pour profiter des gens plus faibles qu'eux», plaide-t-il.

Bientôt, il enlèvera son masque pour monter sur scène en lui-même dans son premier spectacle d'humour, dont il a offert un court extrait dimanche, se payant notamment la tête des designers d'intérieur et des émissions de décoration.

L'auteure Renée-Claude Brazeau s'ennuie au théâtre, mais elle a éclaté en sanglots quand André Robitaille lui a demandé d'adapter sa Galère sur les planches. L'auteure, qui dit être due pour consulter un psy, affirme avoir l'angoisse du texto, et s'ennuie de «l'époque où on écrivait une lettre pis le gars partait avec son cheval».

«Vous êtes charmant, vous êtes comme un Jack Layton de l'espace», a dit Guy A. Lepage à l'astronaute Chris Hadfield, qui lance son album de chansons intitulé Space Sessions: Songs from a Tin Can. C'est lui tout seul qui s'est filmé dans l'espace, dans ses rares temps libres. Sa version de Space Oddity a plu à David Bowie, «la plus touchante qu'il avait entendue», a dit Hadfield.

Bras droit de Robert Bourassa durant neuf ans, John Parisella dit avoir toujours respecté l'option souverainiste même s'il ne la partageait pas. Il a tout de même voté pour René Lévesque en 1976, par protestation mais aussi parce qu'il admirait l'homme de conviction.

«Si le référendum avait eu lieu une semaine avant, il est fort probable que le Oui aurait pu l'emporter», dit-il à propos de 1995. Selon lui, plusieurs du camp du Non considéraient que le fameux love-in du 27 octobre avait été «contre-productif». On n'est d'ailleurs pas près de voir le débat constitutionnel disparaître. «Les gens vont toujours avoir un souci sur l'avenir du français et sur la place du Québec dans le Canada, même dans 30 ans ou 40 ans», prédit John Parisella.

La série de Télé-Québec De garde 24/7 est ce qui pouvait arriver de mieux à notre système de santé. On aurait bien aimé entendre davantage la Dre Chantal Vallée, que son collègue le Dr Michaël Bensoussan n'a pas laissée beaucoup parler dimanche, à moins que le montage y soit pour quelque chose. Avec ses 270 patients en consultation par semaine, en moyenne quatre patients à l'heure, le Dr Bensoussan dit faire mieux que les quotas qu'on lui impose.

Ancien tireur d'élite, celui qui se fait appeler Wali arrive du Kurdistan, où il a combattu contre le groupe armé État islamique, qu'il croyait beaucoup mieux organisé. «Je m'attendais à ce qu'ils soient beaucoup plus difficiles à vaincre. Non, ils sont vraiment faciles à vaincre.» Il croit même que «quelques semaines» suffiraient.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer