Réapprivoiser Nouvelle adresse

Les téléspectateurs de Nouvelle adresse semblent aussi s'ennuyer... (PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA)

Agrandir

Les téléspectateurs de Nouvelle adresse semblent aussi s'ennuyer de Nathalie : le bassin de fans, qui avait grimpé jusqu'au million l'hiver dernier, a redescendu au niveau d'il y a un an.

PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Je suis en deuil. De Nathalie, l'héroïne de Nouvelle adresse, du jeu de Macha Grenon, bien sûr, mais aussi d'une grande partie de ce qui faisait l'intérêt de cette si belle série de Richard Blaimert. Après trois épisodes sans elle, je suis obligé d'admettre que j'ai du mal à m'accrocher autant au sort des autres personnages.

Peut-être parce que Nathalie leur servait de phare, d'inspiration, et que tout se décidait autour d'elle, ses jours étant comptés. Maintenant qu'elle n'est plus là, je me sens comme un téléspectateur orphelin. Au point où ses retours en rêve ou en flash­backs me la font regretter encore plus. Même si on savait depuis le début qu'elle mourrait avant la fin.

L'auteur avait pourtant bien mis la table la saison dernière en donnant de l'importance aux autres membres de la famille, pour assurer une douce transition. J'ai l'impression de mieux comprendre pourquoi il a repoussé la mort de son héroïne le plus tard possible; l'après-Nathalie allait s'avérer plus complexe que prévu.

Mais le grand fan en moi n'est pas résigné, il résiste. Avant d'écrire cette chronique, j'ai regardé l'épisode de lundi prochain, à mon avis le meilleur des quatre, qui a en quelque sorte récompensé ma patience, et la vôtre si vous vous donnez la peine de le regarder lundi à 21h sur ICI Radio-Canada Télé ou déjà sur l'Extra d'ICI Tou.tv. Entre autres à cause d'une révélation troublante sur le passé de Romy (Jade Charbonneau), qui remonte à sa petite enfance. Et qui vous fera peut-être voir son père sous un autre jour. J'ai aussi applaudi dans mon salon quand Danielle (Macha Limonchik) a pris une importante décision sur son avenir, qu'elle aurait dû prendre il y a longtemps.

Parmi les bons coups de cette saison, la confrontation entre Émile et son grand-père nous a donné une scène bouleversante entre Antoine Pilon et Pierre Curzi. Pour le reste, la nouvelle carrière de Jean-Daniel (David Boutin), les va-et-vient amoureux d'Olivier (Patrick Hivon) et l'enquête de Laurent (Jean-François Pichette) sur sa défunte blonde me laissent plutôt de glace.

Bien sûr, j'accorde à l'auteur le temps d'installer ce nouveau contexte sans Nathalie. Mais cette saison n'aura que 10 épisodes au lieu de 12, et on arrive bientôt à la moitié. Ma déception n'enlève rien aux textes, à la réalisation et à la performance des acteurs, tous justes. Il manque tout de même quelque chose.

Je ne semble pas être le seul à m'ennuyer de Nathalie : le bassin de fans, qui avait grimpé jusqu'au million l'hiver dernier, a redescendu au niveau d'il y a un an, au début de la série. Cette saison, les téléspectateurs qui la regardaient en direct sont passés de 809 000 à 582 000 entre le premier et le deuxième épisode, puis à 588 000 la troisième semaine. Il a fait très beau, il faut le dire.

Par curiosité, j'ai regardé le premier épisode de This Life, la version canadienne-anglaise de Nouvelle adresse, qui commence lundi à 21h, dans le même créneau, à CBC. Réalisée par Louis Choquette, Louise Archambault et Paul Fox, l'adaptation reprend à peu de choses près la même histoire, avec une Natalie sans «h» (Torri Higginson, qui a joué dans Stargate Atlantis) et sa soeur Maggie (Lauren Lee Smith), plutôt que Magalie, en blonde. La Québécoise Marianne Farley, qui joue dans Mémoires vives et qu'on a aperçue la semaine dernière dans la série américaine Heroes Reborn à NBC, tient le rôle joué par Sophie Prégent, rebaptisé Nicole plutôt que Johanne. Toujours étrange de revoir une histoire qu'on a aimée avec d'autres visages, en anglais, adoptant un ton plus américain. Et ça ne me ramènera pas «ma» Nathalie.

***

Un arbre généalogique tel que celui mis en... (Image tirée du site de Providence) - image 3.0

Agrandir

Un arbre généalogique tel que celui mis en ligne pour Providence ne serait pas de trop pour se démêler dans Mémoires vives.

Image tirée du site de Providence

Mêlé dans Mémoires vives

Cinq mois d'arrêt, c'est long. Et j'avoue que j'ai eu du mal à me souvenir de tous les liens familiaux tarabiscotés des personnages de Mémoires vives en m'y remettant en septembre. Pour démêler les fans de Providence, de la même auteure, Chantal Cadieux, on avait mis à leur disposition un arbre généalogique reliant les différents personnages sur le site Web de l'émission, ce qui ne serait pas de trop pour Mémoires vives.

Je ne sais pas pour vous, mais il est devenu de plus en plus probable que Bobby (Yan Rompré) est le fils de Laurie (Sophie Paradis), qui vient à peine d'apprendre qu'elle a eu une fille, Marie-Lune (Delphine Brodeur), encore en vie. Mais pour quelle raison le Bobby en question semble malintentionné? Ça, je l'ignore. 

Par ailleurs, j'en suis venu à me demander si Clovis (Antoine Olivier Pilon) a véritablement tué sa mère par accident ou si l'auteure ne nous a pas envoyé de faux flash­backs du fameux drame depuis le début. Ce serait retors, mais ce serait tellement Chantal Cadieux!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer