Virages: Marie-Claude veut savoir

Lise Dion, que l'on voit ici avec l'animatrice... (Photo TVA)

Agrandir

Lise Dion, que l'on voit ici avec l'animatrice Marie-Claude Barrette, n'a pas conduit sa décapotable durant deux ans, de peur d'étaler sa richesse et trouvant injuste de pouvoir se la payer pendant que d'autres tirent le diable par la queue.

Photo TVA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Susciter les confidences n'est pas donné à tout le monde. Un don marqué par l'écoute et l'empathie, que Marie-Claude Barrette a pu exercer dans Simplement vedette, sa série d'entrevues des dernières années à Canal Vie. Cette fois, c'est à TVA, où elle anime déjà Deux filles le matin, qu'elle recueillera les confessions, sept semaines d'affilée, à partir de lundi prochain à 21h.

Drôle d'adon : Virages porte le même titre que la toute première émission à laquelle elle avait été invitée à Radio-Canada au début des années 90, avec Michaëlle Jean. Un titre évocateur sur ces tournants de vie, volontaires ou involontaires, qui influencent tout le reste. Un divorce, un choix de carrière, un accident, une maladie.

Dans la première émission, Lise Dion identifie sa séparation du père de ses enfants comme un virage majeur. La transition de sa vie dans un appartement de Longueuil, qu'elle revisite avec l'animatrice, à sa carrière florissante d'humoriste. Bien sûr, il est question de son travail chez Dunkin Donuts, qui lui a permis de se faire connaître dans un désormais célèbre numéro d'humour. Jamais elle ne pensait que ça irait plus loin, avant que le public en fasse l'une de ses favorites.

«Elle livre comme un gars!» dira son ami Michel Courtemanche sur le style de l'humoriste sur scène, ce qui explique peut-être qu'elle ait pu se tailler une place enviable dans ce milieu très masculin. Lise Dion, qui venait d'un milieu modeste, a mis du temps à assumer pleinement sa meilleure situation financière. Elle n'a pas conduit sa décapotable durant deux ans, de peur d'étaler sa richesse et trouvant injuste de pouvoir se la payer pendant que d'autres tirent le diable par la queue.

Le lundi suivant, quelques mois à peine après le documentaire sur sa vie sur ICI RDI, Michel Jasmin revient une fois de plus sur son accident de voiture et son amputation, qui ont marqué le reste de sa vie. L'animateur ne se souvient pas d'une seule heure de sa vie à ne pas avoir ressenti de la douleur.

On sent son regret de ne plus faire partie du monde des artistes, à son avis pour une seule raison, son âge - il approche 70 ans. Le premier automne suivant la fin de son émission à TVA en 2010, il a été incapable de regarder le gala de la rentrée, se sentant exclu. Son amie et ancienne recherchiste Denise Goulet est pourtant persuadée qu'il a encore tout ce qu'il faut pour refaire de la télévision.

Le 15 juin, René Simard reviendra pour une rare fois sur le tsunami judiciaire et médiatique qui a frappé sa famille en 2004, avec l'arrestation et la condamnation de Guy Cloutier, une situation «quasi invivable», dit-il aujourd'hui. Ces virages prennent différentes formes selon les invités : en début de carrière, Sophie Lorain a tout quitté pour Londres, question de faire ses preuves; Fabienne Larouche a mis fin à sa relation avec Réjean Tremblay avant d'écrire en solo; Michel Bergeron est passé de camionneur à entraîneur de hockey; Marie-Ève Janvier a vécu le deuil de son frère.

Virages a quelque chose du Train de Josélito, une sorte d'introspection des artistes sur des choix de vie qui ont eu d'importantes répercussions et impliquent des deuils. Forcément, ramener des souvenirs douloureux fait monter les larmes.

Par ailleurs, Simplement vedette survivra au départ de sa première animatrice, remplacée par Marie-Claude Savard. Trois nouvelles émissions sont prévues à Canal Vie les lundis 22 et 29 juin et 6 juillet à 20h, avec pour thèmes les aidants naturels, les chirurgies esthétiques et les troubles alimentaires.

Omar Khadr et les choix douteux d'ICI Québec

Il ne fallait pas vivre à Québec pour avoir droit au documentaire Omar Khadr : De l'ombre à la lumière samedi soir. Alors qu'on nous avait bombardés d'informations sur cette entrevue exclusive avec l'ancien prisonnier de Guantanamo, la station locale d'ICI Radio-Canada Télé a plutôt choisi de diffuser Le vertige de l'étoile, sur le danseur Guillaume Côté, prévu depuis longtemps et pourtant intemporel.

«Une erreur de programmation», a-t-on admis chez le diffuseur lundi.

La station de Québec aurait dû retarder son documentaire pour diffuser l'entrevue avec Khadr, ça tombe sous le sens. L'émission a été diffusée lundi à 23h seulement à Québec, et le sera à nouveau ce soir sur ICI RDI dans Les grands reportages à 20h, de même que sur ICI Tou.tv.

Parlant d'erreur de programmation, ICI Québec s'est aussi permis d'emprunter la case de Tout le monde en parlait pour diffuser sa série sur la guerre le mardi à 19h30, ce qui a donné lieu à une situation absurde : les deux émissions portant sur les Nordiques ont été diffusées partout les 12 et 19 mai, sauf dans la capitale.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer