Les arts express

Un pilier de la bande dessinée belge s'éteint (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un pilier de la bande dessinée belge s'éteint

Jidéhem, de son vrai nom Jean De Mesmaeker,... (tirée de la page facebook des éditions Dupuis) - image 2.0

Agrandir

Jidéhem, de son vrai nom Jean De Mesmaeker, a longtemps collaboré aux séries Gaston Lagaffe et Spirou et Fantasio.

tirée de la page facebook des éditions Dupuis

L'auteur belge de bande dessinée Jidéhem, complice pendant des années de Franquin sur les séries Gaston Lagaffe et Spirou et Fantasio, est décédé dimanche à l'âge de 81 ans, ont indiqué mardi les éditions Dupuis. Ce pilier de la bande dessinée franco-belge, au même titre que - outre Franquin - Roba, Will ou Tilleux, était un auteur à part entière (Les chroniques de Starter, Ginger, Sophie), a souligné son éditeur dans un communiqué. Jidéhem, de son vrai nom Jean De Mesmaeker, avait offert son patronyme au célèbre «homme aux contrats» (jamais signés) qui émaillent les gags de Gaston, lui ayant trouvé une certaine ressemblance avec son propre père.  AFP

***

Hollywood évite de justesse une nouvelle grève des scénaristes

Une entente préliminaire a été conclue mardi entre les scénaristes et les producteurs américains, permettant ainsi d'éviter une grève qui aurait pu paralyser la production de films et d'émissions de télévision en plus de nuire à l'économie de la Californie. L'accord de trois ans, qui doit toujours être ratifié par les membres de la Guilde des scénaristes, a été confirmé par le syndicat et le porte-parole des producteurs, Jarryd Gonzales, peu après que le contrat actuel fut arrivé à échéance, mardi. Aucun autre détail n'a été donné pour le moment. Les deux parties ne s'étaient pas adressées aux médias pendant les négociations, qui s'étaient amorcées le 13 mars et qui portaient principalement sur les salaires et les soins de santé. La conclusion de l'entente vient notamment sauver les talk-shows de fin de soirée, qui auraient été immédiatement touchés par une grève des scénaristes. Elle permet également aux réseaux de télévision de continuer à élaborer la grille de la prochaine saison télévisuelle. La production cinématographique aurait subi des effets plus graduels d'une grève. Les membres de la Guilde des scénaristes avaient voté en grande majorité pour la grève le mois dernier, et celle-ci aurait pu avoir lieu dès mardi en l'absence d'une entente.  AP

***

Émouvant plaidoyer de Jimmy Kimmel pour l'assurance santé

Jimmy Kimmel a expliqué son absence à l'antenne... (AFP, Mark Ralston) - image 5.0

Agrandir

Jimmy Kimmel a expliqué son absence à l'antenne par la naissance mouvementée de son fils, Billy, le 21 avril, avec une malformation congénitale du coeur. Le bébé a été immédiatement opéré et se porte au mieux, a-t-il précisé.

AFP, Mark Ralston

Maître dans l'art de provoquer les rires, le comédien Jimmy Kimmel, hôte du Late show, l'émission de fin de soirée de la chaîne ABC, n'a pu retenir ses larmes lundi en évoquant la malformation cardiaque de son nouveau-né, dans un plaidoyer pour une couverture santé universelle.

Des sanglots dans la voix, Jimmy Kimmel, 49 ans, a expliqué son absence à l'antenne par la naissance mouvementée de son fils, Billy, le 21 avril, avec une malformation congénitale du coeur. Le bébé a été immédiatement opéré et se porte au mieux, a-t-il précisé.

L'hôte du Jimmy Kimmel Live! s'est alors lancé dans un vibrant plaidoyer sur l'importance d'une couverture santé pour tous.

Avant la loi sur la santé «Obamacare», «si vous étiez né avec une maladie cardiaque congénitale comme mon fils, il y avait de fortes chances pour que vous ne puissiez jamais obtenir d'assurance santé en raison de cette condition préexistante», a expliqué l'humoriste.

Le message de Jimmy Kimmel, l'un des animateurs les plus regardés de la télévision américaine qui était aussi l'hôte de la cérémonie des Oscars fin février, s'adressait directement au président Donald Trump qui a promis d'abroger «Obamacare».

Barack Obama n'a pas tardé à apporter son soutien à l'animateur : «Bien dit, Jimmy. C'est exactement pour cela qu'on s'est battu si dur pour l'ACA (la loi Affordable Care Act, de son nom complet) et c'est pourquoi nous devons la protéger pour des enfants comme Billy. Et félicitations», a tweeté l'ancien président, dont la loi sur l'assurance santé était une des plus emblématiques de ses deux mandats.

Un nouveau projet de loi pour la supprimer est à l'étude au Congrès, après un premier échec des républicains au mois de mars.

«Aucun parent ne devrait jamais avoir à décider s'ils ont les moyens de sauver la vie de leur enfant, ça ne doit pas arriver. Pas ici», a conclu le comédien, dont le plaidoyer était largement repris et commenté, mardi, par les médias américains.

La volonté de Donald Trump de remplacer «Obamacare» tout en garantissant une assurance-maladie pour tous les Américains se heurte à l'opposition des démocrates, ainsi que des républicains les plus intransigeants qui refusent toute intervention de l'Etat dans le secteur de la santé.  AFP




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer