Nos moments forts

Céline Galipeau et Mireille Deyglun... (Image tirée du Téléjournal, ICI Radio-Canada télé)

Agrandir

Céline Galipeau et Mireille Deyglun

Image tirée du Téléjournal, ICI Radio-Canada télé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La main du réconfort

À travers le déferlement d'hommages à Janine Sutto, un moment reste marquant, celui de Céline Galipeau tendant la main à Mireille Deyglun, incapable de retenir ses larmes en parlant de sa célèbre mère au Téléjournal. Comme si, au terme de cette longue journée, après avoir généreusement répondu à de multiples demandes d'entrevues, toute la peine retenue sortait d'un coup. «C'est un cadeau extraordinaire que je me suis fait», a dit la comédienne, évoquant cette nuit passée au chevet de sa mère, à lui confier tout ce qu'elle s'était empêchée de lui dire jusqu'à ce jour. Mireille Deyglun a entre autres parlé de sa grande polyvalence, et de ce grand moment où elle avait pu jouer dans Belles-soeurs sur scène à Paris, là où elle était née. Elle a conclu en parlant de la «grand-mère extraordinaire» qu'elle était. «Je pense qu'elle s'est reprise un petit peu, parce qu'elle n'avait pas le temps d'être une mère. C'est la vie. Elle est partie en paix. On a fait la paix. C'est ce qui compte.»  Richard Therrien

***

Des Noces obligées...

Zacharie Chasseriaud et Lina El Arabi dans le... (Photo Daylight films) - image 3.0

Agrandir

Zacharie Chasseriaud et Lina El Arabi dans le film Noces

Photo Daylight films

Voir Noces m'a rappelé mon séjour au Pakistan en 2001, après les attentats du 11 Septembre. En reportage, j'avais noué des liens d'amitié avec Imran, mon guide-traducteur. Il m'expliquait sans cesse à quel point il avait hâte que ses parents s'entendent pour le choix de sa future femme... J'étais abasourdi. Le film de Stephan Streker m'a permis de mieux comprendre. Un peu. Son récit s'attarde au destin de Zahira, une Belgo-Pakistanaise de 18 ans promise à un mariage traditionnel après une mésaventure. Déchirée entre l'amour pour ses parents et son désir de vivre sa vie, Zahira oscille entre sa volonté de se plier aux traditions et son mode de vie européen. Sans être une totale réussite, le réalisateur s'est avancé sur un terrain miné sans que ça lui explose en pleine face. Noces s'avère une fantastique amorce de discussions et de réflexions sur une quantité d'enjeux sociaux liés à l'immigration. Choc culturel garanti.  Éric Moreault

***

Des danseurs sans faille

La compagnie de danse Ballet BC de Vancouver... (Photo Michael Slobodian) - image 5.0

Agrandir

La compagnie de danse Ballet BC de Vancouver

Photo Michael Slobodian

La compagnie de danse vancouvéroise Ballet BC était en ville mardi. On a beaucoup aimé la solidité des 18 danseurs de la troupe. De véritables athlètes, à la fois forts, souples, endurants et gracieux. Voir autant de danseurs en pleine maîtrise de leurs moyens a fait notre bonheur. Ballet BC a proposé un programme de trois pièces bien pensé pour amener le spectateur dans plusieurs zones différentes. Les chorégraphies de Crystal Pite, d'Emily Molnar et du duo Sharon Eyal et Gai Behar étaient achevées et conçues intelligemment. Pas de grande émotion ici, mais une esthétique toujours agréable à l'oeil. Et du mouvement, de nombreux déplacements sur scène. Parce que «la danse, c'est le mouvement et le mouvement, c'est la vie» disait la fondatrice des Grands Ballets canadiens, Ludmilla Chiriaeff. En résumé, le genre de danse qu'on aime viscéralement!  Daphné Bédard

***

Nouveau souffle pour l'OSQ

À force de couvrir un domaine artistique, on développe un attachement pour les institutions qui s'appliquent à en maintenir le dynamisme. On veut les voir rayonner pour qu'elles continuent de nous surprendre et de nous faire vivre des moments d'une beauté artistique rare. C'est donc avec joie qu'on a accueilli le renouveau visuel de l'Orchestre symphonique. Plus qu'un logo, le nouvel «O» stylisé pour reproduire la forme d'un violon ou d'un violoncelle nous a donné l'impression que l'orchestre avait enfin, notamment grâce à Astrid Chouinard, la nouvelle directrice générale, recentré son identité et réaffirmé sa mission: faire vivre une expérience de concert unique. Souhaitons que l'énergie, la rigueur, l'ouverture des musiciens continuent d'inspirer les administrateurs tout comme les spectateurs et que les ennuis financiers soient loin derrière.  Josianne Desloges




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer