Nos moments forts

Byron Mikaloff (à droite), des Lost Fingers, a... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Byron Mikaloff (à droite), des Lost Fingers, a invité ses pairs à faire équipe pour monter un concert-bénéfice dont les profits iront aux familles des victimes.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un concert pour unir

La communauté artistique de Québec a décidé de répondre à l'attentat de la mosquée de Sainte-Foy par l'unité. Confiant modestement au Soleil que «un show, c'est tout ce [qu'il sait] faire», Byron Mikaloff, des Lost Fingers, a invité ses pairs à faire équipe pour monter un concert-bénéfice dont les profits iront aux familles des victimes. On en saura davantage le 6 février sur cette initiative qui a l'appui de la Ville de Québec - qui en fera partie, où et quand le spectacle aura lieu. On sait déjà qu'outre les Lost Fingers, plusieurs ont signifié leur intérêt par l'entremise de Facebook, dont le metteur en scène et concepteur Olivier Dufour. «La vie continue, mais j'ai décidé de prendre l'initiative pour monter quelque chose de bien, qui montrait les couleurs de Québec», a indiqué Mikaloff.  Nicolas Houle

L'animation pour adultes

Le film d'animation Louise en hiver, le destin... - image 3.0

Agrandir

Le film d'animation Louise en hiver, le destin et la solitude d'une vieille dame «oubliée».

Jean-François Laguionie, le réalisateur de Louise en hiver, me disait en entrevue qu'avec des longs métrages comme La tortue rouge, Ma vie de courgette et le sien, le cinéma d'animation est passé «une marche au-dessus». Il n'a pas tort. Ma vie de courgette prend l'affiche le 3 mars, mais les deux autres sont à l'affiche. Et quels films! Les enfants peuvent y trouver leur compte, mais le propos est adulte. Le magnifique Tortue rouge, du Néerlandais Michael Dudok de Wit, est une oeuvre allégorique pleine d'humanisme sur les grandes étapes de la vie à travers le destin d'un naufragé. Il est en nomination pour l'Oscar, tout comme Ma vie de courgette. Quant à Louise en hiver, le Français Laguionie y évoque le destin et la solitude d'une vieille dame «oubliée» dans une station balnéaire désertée. On est loin de Disney! Et ce sont dans les meilleurs films que j'ai vus depuis un an.  Éric Moreault

Quand Stranger Things fait de la politique

La distribution de la série Stranger Things récompensée... (Photothèque Le Soleil) - image 5.0

Agrandir

La distribution de la série Stranger Things récompensée par la Guilde des acteurs américains.  Au centre, David Harbour tenant le trophée.

Photothèque Le Soleil

Hommage aux films d'aventure et de science-fiction des années 80 (E.T., Les Goonies, Poltergeist, etc.), la série de Netflix Stranger Things en a captivé plusieurs avec ses monstres, ses complots gouvernementaux et ses attachants antihéros. Dimanche, sa distribution a été récompensée au gala de la Guilde des acteurs américains. En acceptant le trophée, David Harbour, qui interprète le policier Jim Hopper, a galvanisé le public - et étonné sa consoeur Winona Ryder - en utilisant l'imagerie de la série pour dénoncer le climat politique américain. «Nous allons continuer de repousser les intimidateurs et d'accueillir ceux qui sont rejetés, a-t-il scandé. Nous allons déjouer les mensonges. Nous allons chasser les monstres et quand on sera perdus dans l'hypocrisie et la violence ordinaire de certains individus et institutions, nous allons, comme Jim Hopper, frapper les gens qui essaient de détruire les doux, les marginalisés et ceux qui sont privés de leurs droits.»  Geneviève Bouchard

Rassemblés et unis

La conférence de presse des élus rassemblés autour... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 7.0

Agrandir

La conférence de presse des élus rassemblés autour des porte-parole de la diaspora musulmane, en fin de matinée lundi.

Le Soleil, Patrice Laroche

On voudrait l'oublier, cette semaine horrible. Mais ce qu'on voudra se rappeler, c'est cette solidarité, cette ouverture à l'autre, cette prise de conscience, qui se sont manifestées en masse depuis dimanche. Un moment particulièrement fort reste cette conférence de presse des élus rassemblés autour des porte-parole de la diaspora musulmane, en fin de matinée lundi, qui arrachait les larmes. Une image forte, empreinte de tristesse, d'indignation et de douleur, bien sûr, mais aussi de fraternité et, malgré tout, d'espoir. «Nos enfants vous font confiance et veulent continuer à vous faire confiance [pour demeurer] sur la bonne voie et devenir de bons citoyens», a envoyé tel un cri du coeur Raja Deuqkkar, bénévole de la Grande Mosquée. Et si on se donnait le mot pour les voir et les entendre davantage, ces modèles d'intégration, ces Québécois qui sont des nôtres?  Richard Therrien




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer