• Le Soleil > 
  • Arts 
  • > Le pionnier de la musique électronique s'éteint 

Le pionnier de la musique électronique s'éteint

En une vingtaine d'albums, Jean-Jacques Perrey s'est taillé... (Pop Montréal)

Agrandir

En une vingtaine d'albums, Jean-Jacques Perrey s'est taillé une place de joyeux iconoclaste et visionnaire de la pop instrumentale.

Pop Montréal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Le Français Jean-Jacques Perrey, pionnier de la musique électronique dès les années 50, est décédé vendredi à Lausanne à l'âge de 87 ans, a appris l'AFP auprès de sa fille Patricia Leroy.

«Malheureusement, mon père est en effet mort vendredi 4 novembre d'un cancer foudroyant», a confirmé Patricia Leroy auprès de l'AFP après que la nouvelle eut circulé dans le monde anglo-saxon. «J'ai répondu jusque très tard cette nuit à des centaines de messages qui me parviennent du monde entier», poursuit-elle.

Jean-Jacques Perrey, autodidacte en musique, s'est fait connaître aux États-Unis dans les années 60 avec l'essor des tout premiers synthétiseurs.

«Jean-Jacques a commencé à enregistrer de la musique électronique en 1952, bien avant que le premier synthétiseur Moog soit mis en vente en 1967», témoigne l'Américain Dana Countryman, dans un hommage à son «ami et compositeur légendaire de musique électronique».

C'est après quatre années d'études de médecine que Jean-Jacques Perrey se tourne vers la musique, impressionné par un nouvel instrument, l'Ondioline, un orgue électronique à base de tubes à vide. Il devient un ardent promoteur de l'Ondioline et accompagne notamment Charles Trenet et Edith Piaf, qui le recommande à un producteur américain.

Arrivé aux États-Unis en 1960, il rencontre Robert Moog, l'inventeur de l'orgue Moog qui va révolutionner la musique électronique des sixties.

Comme pour l'Ondioline dix ans plus tôt, Perrey est le premier utilisateur du Moog dans un contexte pop. Avec Gershon Kingsley  qui composera par la suite le célèbre Popcorn - il édite des albums pour Vanguard Records, dont Kaleidoscopic Vibrations qui contient le morceau Baroque Hoedown, repris par Disney pour sa fameuse parade dans les parcs d'attraction en 1972.

Il forme avec Kingsley l'un des tandems les plus créatifs du milieu des sixties. Ils enregistrent ensemble deux albums et une quantité considérable de musiques pour la publicité, la radio et la télévision.

Outre leurs propres compositions (The Little man from Mars, Girl from Venus ou Jungle blues from Jupiter) Perrey et Kingsley réécrivent des classiques comme le thème des Parapluies de Cherbourg, Strangers in the night ou Moon river.

Après la séparation d'avec Kingsley, Perrey poursuit une carrière en solo, avec plusieurs albums dont son chef-d'oeuvre, Moog Indigo, sur lequel figure sa recréation du fameux Vol du bourdon de Rimski-Korsakov avec de véritables abeilles vivantes. enregistrées et reproduites en boucle.

Rentré en France au début des années 70 pour des raisons familiales, Perrey connait une traversée du désert pendant 20 ans. Il travaille pour des projets de thérapie par la musique (méthodes de relaxation etc.) avant d'être redécouvert dans les années 1990 notamment avec le titre fétiche E.V.A qu'il avait composé en 1970.

Il reprend les enregistrements, notamment avec le musicien américain Dana Countryman (deux albums chez Oglio Records en 2006 et 2008), se produit en concert et donne des conférences.

«Sa musique folle et joyeuse résonne encore partout dans les publicités et les émissions, de Sesame Street à Disneyland dans la Main Street Electrical Parade, observe son ami Dana Countryman.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer