• Le Soleil > 
  • Arts 
  • > Stanley Péan dénonce les compressions en culture 

Stanley Péan dénonce les compressions en culture

Stanley Péan s'interroge sur le moment choisi pour... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Stanley Péan s'interroge sur le moment choisi pour dévoiler le budget du Conseil des arts et des lettres du Québec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «À la veille de notre fête nationale, on coupe dans la culture. Il faut le faire. Quel message cela envoie?»

Le porte-parole du Mouvement pour les arts et les lettres (MAL), Stanley Péan, n'a pas digéré les compressions «sournoises» de 2,5 millions $ au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), annoncées mardi sous prétexte de rigueur budgétaire.

Les dirigeants du CALQ ont fait part de leur décision aux représentants des organisations qu'il chapeaute, mardi en fin d'avant-midi. Une directive avait été donnée «il y a un certain temps» par la ministre de la Culture, Hélène David. Cette dernière justifiait la démarche par l'effort budgétaire demandé dans tout l'appareil gouvernemental.

«Je comprends que l'annonce à été faite à ce moment-là pour qu'elle soit enterrée dans les nouvelles de la Saint-Jean-Baptiste, mais ça en dit long sur une sorte de cynisme politique», lance M. Péan.

Une conclusion que réfute l'attaché de presse de Mme David, Philip Proulx. «C'est toujours à cette période-ci de l'année qu'ils renouvellent leur budget.»

Au-delà de la date de l'annonce, Stanley Péan assure que le gouvernement libéral a agi à l'insu du MAL. «On nous a toujours dit dans nos rencontres avec le ministère et au dépôt du budget que le CALQ serait épargné.»

Selon Philip Proulx, c'est le CALQ qui aura le dernier mot sur la façon dont seront appliquées les coupes. «On a demandé une orientation. Une chose était claire, on a dit de ne pas toucher à l'aide aux créateurs.» Le porte-parole du CALQ, Christian O'Leary, abonde dans le même sens : «On ne touchera pas à la création, production, diffusion.»

Impossible, assure M. Péan. Il n'est pas réaliste de croire que les créateurs peuvent sortir des compressions indemnes. «C'était l'orientation de base, mais si les créateurs ne peuvent pas faire tourner leurs oeuvres, ils vont vivre de quoi?»

Où est l'augmentation?

Le porte-parole du MAL met également un bémol sur les affirmations du ministère selon lesquelles le budget global du CALQ a tout de même augmenté de 2,8 % cette année. «Il faut voir où est l'augmentation. Sur les 10 millions $ de plus qu'il y a, 8,5 millions $ sont réservés uniquement à l'Orchestre symphonique de Montréal. C'était de l'argent auparavant donné à Hydro-Québec aux mêmes fins. Dans les faits, ça n'augmente pas le budget du CALQ.»

Mardi, la députée de Joliette et porte-parole de l'opposition officielle en matière de culture et de communications, Véronique Hivon, avait dénoncé «des compressions aveugles», pressant Hélène David de faire marche arrière.

Avec David Rémillard

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer