Lise Castonguay dans les Contes à passer le temps

En plus d'écrire un conte sur Saint-Jean-Baptiste, Lise... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

En plus d'écrire un conte sur Saint-Jean-Baptiste, Lise Castonguay interprétera celui sur Limoilou, Poutine de Noël, qui se déroule dans un lieu légendaire pour la faune nocturne de la capitale: le casse-croûte Chez Pierrot.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partager

Sur le même thème

(Québec) Lise Castonguay n'a pas hésité une seconde quand elle a été sollicitée pour participer à la deuxième présentation des Contes à passer le temps. Parce qu'elle aime la relation de proximité qui s'établit entre le narrateur et l'auditoire. Mais aussi parce qu'elle ne pouvait dire non à Noémie O'Farrell, l'instigatrice de ses soirées de contes urbains et folkloriques sur les quartiers de Québec avec Maxime Robin et Sophie Grenier-Héroux.

Lorsque Noémie O'Farell était au cégep, elle rêvait d'être actrice, mais sans savoir si c'était possible de mener une vie «normale». Elle s'en est ouverte à son ami Anthony. Bonne idée, puisque sa mère est... Lise Castonguay. Depuis, «j'ai une affection particulière pour Noémie, qui est vraiment talentueuse. [Elle et Maxime] forment une paire incroyable. Ils se rejoignent dans la création, dans l'audace et dans le goût de faire différemment. Ils savaient que j'écrivais un peu, même si ça faisait un bout.»

Car n'est pas d'hier que Lise Castonguay s'intéresse au conte. Elle a fait une mineure en arts et traditions populaires, à l'Université Laval, suivant plusieurs cours avec le réputé ethnologue Jean Du Berger. «C'était fantastique.»

Sur scène, le conte «est une formidable relation avec le public. Il y a un plaisir unique qui est différent du monologue de théâtre. Là, c'est le public ton interlocuteur. J'ai écrit un conte urbain, il y a une quinzaine d'années.»

Architecture à découvrir

Si bien que le duo a non seulement convaincu la grande actrice (Lipsynch, Tom à la ferme, Les trois soeurs...) d'écrire un conte sur Saint-Jean-Baptiste, mais aussi d'interpréter celui sur Limoilou. Poutine de Noël se déroule dans un lieu légendaire pour la faune nocturne de la capitale: le casse-croûte Chez Pierrot.

Le matin de l'entrevue, la clientèle est plus tranquille dans l'établissement étroit au look suranné de la 10e Rue. Lise Castonguay boit son café en examinant les lieux avec curiosité. Dans son récit, elle est la gérante du resto. Chaque soir, elle offre un café à un itinérant en échange de menus services. «Elle va le prendre un peu sous son aile», explique Lise Castonguay. Elle avoue connaître moins Limoilou que la haute ville.

«Mais c'est un quartier que j'aimerais habiter si je déménageais en raison de son atmosphère, de son dynamisme et son architecture à découvrir. C'est un quartier qui ne se prend pas pour un autre. Les gens sont chaleureux», analyse l'actrice chevronnée.

Si elle n'habite plus Saint-Jean-Baptise - «le lieu de ma jeunesse» -, elle connaît «le coeur de la ville» comme le fond de sa poche. D'ailleurs, Lise Castonguay s'est inspirée d'une histoire qui lui est arrivée pour écrire Sa main, celle d'une femme à la fin de la vingtaine et d'une enfant. «C'est un conte sur l'entraide, la force intérieure.»

Ce qui n'est guère surprenant pour ce coin de ville tout en côtes «où se côtoient plusieurs générations, des petites familles, avec toute sorte de monde mélangé, un vrai quartier populaire».

Les représentations se déroulent d'ailleurs dans un lieu chargé d'histoire, la Maison Chevalier, rue du Marché-Champlain. «Le conte, dans sa forme folklorique ou urbaine, tient un rôle primordial dans le patrimoine québécois et il me semble impératif qu'il trouve une place dans la vie culturelle de la capitale», rappelle Anne-Marie Olivier, nouvelle directrice artistique du Trident et marraine de l'événement.

Outre Lise Castonguay à l'écriture et à l'interprétation, Sophie Grenier-Héroux (qui travaille comme journaliste au Soleil), Jacques Leblanc, Joëlle Bond et Maryse Lapierre racontent un quartier de Québec. Ces deux dernières, ainsi que Noémie O'Farrell et Jean-Michel Déry feront vivre les mots sur scène.

Tout ce beau monde interprétera aussi un conte folklorique (Rose Latulipe), adapté par Maxime Robin (Viande, Iphigénie en auto), qui signe également la direction artistique du spectacle.

VOUS VOULEZ Y ALLER?

QUOI: Contes à passer le temps

QUAND: du 13 au 16 décembre

OÙ: Maison Chevalier

BILLETS: de 18$ à 20$

RÉSERVATION: 418 643-2158

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer