Wigwam: les secrets de la vie

Caroline Sheehy, qui est constamment sur scène, offre... (Photo Louise Leblanc)

Agrandir

Caroline Sheehy, qui est constamment sur scène, offre une Nanabush crédible, avec la touchante naïveté de l'enfance.

Photo Louise Leblanc

Partager

Sur le même thème

(Québec) Wigwam fait partie des reprises qui sont offertes comme cadeaux aux petits (et aux grands) pour célébrer les 25 ans des Gros Becs. La pièce de Jean-Frédéric Messier, qui signe aussi la mise en scène, a été couronnée de plusieurs prix après sa création en 2004. Inspirée de divers mythes autochtones à qui elle rend ainsi hommage, Wigwam est une douce poésie pour les sens.

Dans le pays de la neige infinie, Nanabush (Caroline Sheehy) doit vaincre ses peurs pour devenir grande. Elle accompagne donc son frère Kino (Hugo Lamarre) et sa soeur Tya (lumineuse Anne-Marie Côté) à la chasse dans la toundra. Le lendemain, la petite restée seule doit garder le wigwam et ne laisser entrer personne avant leur retour. Mais un ours rôde...

Narnouk, un étrange carcajou, la supplie de le laisser se réfugier à l'intérieur. Cet allié de circonstance possède, dans un sac de peau, les secrets de la vie et la voix du tambour du temps... Mais il faut faire attention à ce qu'il révèle. Car s'il nous apprend pourquoi le ciel est en haut plutôt qu'en bas, il peut aussi libérer l'oiseau-tonnerre dont la pluie fait fondre la toundra...

Wigwam est un récit initiatique, empreint d'un grand respect pour la nature et le lien spirituel qui unit les humains à celle-ci. Jean-Frédéric Messier a préféré une approche métaphorique plutôt que didactique, ce qui laisse toute la place à l'imaginaire des enfants. À cet effet, l'utilisation de marionnettes colorées et de projections, notamment en ombres chinoises, s'avère un choix judicieux.

Magnifique scénographie

D'autant que la pièce est servie dans une magnifique scénographie. Erica Schmitz a créé de splendides décors, costumes et accessoires pour la pièce. La scénographe utilise notamment une scène en demi-cercle surplombée d'une toile qui recrée un intérieur de wigwam chaleureux. L'utilisation de chants traditionnels aide aussi à nous transporter dans l'univers magique de Nanabush.

La pièce repose beaucoup sur l'interprétation de Caroline Sheehy, qui est constamment sur scène. Elle offre une Nanabush crédible, avec la touchante naïveté de l'enfance. Le ton infantilisant à la Passe-Partout, surtout quand elle s'adresse directement aux enfants, n'est toutefois pas nécessaire. La clarté du texte le rend déjà accessible, pas besoin d'en rajouter une couche.

Au-delà des grands thèmes abordés, Wigwam apprend une chose toute simple aux enfants : «Partout où tu verras la vie, tu sauras qu'il y a des secrets qui se cachent à l'intérieur...»

Wigwam (dès quatre ans) est présentée aux Gros Becs jusqu'au 29 décembre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer