Joëlle Bourdon retombe en enfance avec Les quatres filles du docteur March

Joëlle Bourdon  incarnera Amy dans  la... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Joëlle Bourdon incarnera Amy dans la comédie musicale Les quatre filles du docteur March présentée au Théâtre de la Bordée.

Le Soleil, Erick Labbé

Partager

(Québec) Quand Joëlle Bourdon était petite, Noël était l'occasion de s'installer devant la télé pour revoir Les quatre filles du docteur March. Elle s'identifiait beaucoup à Amy, la plus jeune de la fratrie, dont elle partageait certains traits de caractère. Une vingtaine d'années plus tard, l'actrice de Québec l'incarne dans la célèbre comédie musicale avec beaucoup de plaisir : «C'est un rêve de petite fille.»

Robert Marien, une référence en la matière au... (Photothèque Le Soleil, Laetitia Deconinck) - image 1.0

Agrandir

Robert Marien, une référence en la matière au Québec, signe la mise en scène avec Sergine Dumais-Beck.

Photothèque Le Soleil, Laetitia Deconinck

À quelques jours de la première, la jeune femme est fébrile. Ses mains dansent sans cesse devant elle pour ponctuer ses explications. Fille de musiciens, elle chante depuis sa tendre enfance comme membre d'une chorale. À Laval, elle fait son cégep en chant, jouant dans West Side Story et Porgy and Bess, avant de bifurquer vers le Conservatoire de théâtre de Québec.

Heureuse de renouer avec le genre, elle s'est présentée aux auditions avec le seul rôle d'Amy en tête. «Ça a été long parce que les [producteurs] voulaient un quatuor qui se tenait.» Mission accomplie, semble-t-il. Même sans les accessoires et les costumes, «on ressemble aux personnages dans la vie!»

Les quatre filles du docteur March est basée sur le roman en partie autobiographique de Louisa May Alcott (1869). Le père participe à la guerre de Sécession, laissant à la mère Marmee (Geneviève Charest) le soin d'élever le quatuor. La cadette Jo (Elise Cormier, en remplacement de Marie-Pierre de Brienne) aspire à une carrière d'écrivaine pendant qu'Amy, encore au début de l'adolescence, rêve de mariage et jalouse sa soeur.

Dans la comédie musicale, Amy est la trouble-fête, naïve et fleur bleue. Le portrait tout craché de Joëlle Bourdon, vraiment? «Mais je ne suis pas que ça. Et elle aussi est caractérielle...» La comédienne l'avoue, les thèmes de l'histoire ne sont plus tellement d'actualité. Il faut voir la représentation pour ce qu'elle est : «un plaisir familial de Noël».

On la croit sur parole : elle connaît très bien l'histoire. C'est Robert Marien, une référence en la matière au Québec et même ailleurs, qui signe la mise en scène avec Sergine Dumais-Beck. Le duo laisse beaucoup de libertés à ses interprètes. «On a quand même un grand carré de sable. Ils sont très ouverts à la discussion.»

«Les membres de la distribution s'épaulent beaucoup», confiait Hubert Bolduc, croisé juste avant l'entrevue. Normal. Outre ce dernier et Joëlle Bourdon, plusieurs gens de Québec ont obtenu des rôles : Mary-Lee Picknell, Pierre-Olivier Grondin, Valérie Laroche et Bertrand Alain.

Des rôles aux antipodes

Joëlle Bourdon est tellement toute à sa joie d'enfiler les robes de princesse qu'on lui a confectionnées qu'elle a une lueur dans ses beaux yeux bleus. Pourtant, le rôle est aux antipodes de celui de la femme du joueur de hockey qui sacre, la face en sang, dans Sacrifice, de Fabien Cloutier. Rôle qu'elle reprendra d'ailleurs le 9 décembre en soirée, au Cercle, alors qu'elle interprétera Amy en matinée. Contraste, vous dites?

«Je suis bien contente d'obtenir des rôles si différents. Ça me permet d'explorer diverses facettes. Dans mon métier, on ne sait jamais, alors je profite de ma chance de pouvoir passer d'un extrême à l'autre», confie-t-elle. Comme elle jouit de sa participation dans Écume, d'Anne-Marie White, présentée à Québec en 2011, qui lui permet de jouer partout au Canada.

La comédienne aimerait bien un sort semblable pour Les quatre filles..., si le succès est au rendez-vous, à la Bordée ou ailleurs. «Ce serait dommage que ce soit un one-shot deal.» D'autant qu'il n'est pas facile de jouer dans des comédies musicales au Québec. Elle savoure chaque instant, comme si elle avait peur de se réveiller après un beau rêve. Joëlle Bourdon ne détesterait évidemment pas que sa participation lui ouvre la porte à d'autres rôles du même acabit. «Qui sait. Tout est possible. Je me considère chanceuse, répète-t-elle. Si ça s'arrête là, pas grave...»

Au pied levé...

À quelques jours de la première des Quatre filles du docteur March, la principale interprète de la production, Marie-Pierre de Brienne, s'est blessée à un pied. La comédienne sera au repos pendant trois semaines et pourrait revenir sur scène le 23 décembre, si sa santé le lui permet. C'est Élise Cormier qui la remplace au pied levé dans le rôle de Jo March. La jeune femme est familière avec ce genre de situation puisqu'elle était la doublure de Cosette dans Les misérables, présentés au Capitole de Québec, de 2008 à 2010, et a joué dans d'autres comédies musicales. «C'est comme un bootcamp intensif, mais je reste calme et je suis confiante. L'équipe est forte et me soutient à tous les niveaux», a-t-elle déclaré par voie de communiqué.

Vous voulez y aller?

QUOI : Les quatre filles du docteur March

QUAND : du 8 décembre au 6 janvier

OÙ : la Bordée

BILLETS : de 27 $ à 46 $

RÉSERVATION : 418 694-9721

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer