Objectif Nord: a-t-on a perdu le Nord?

La minisérie Objectif Nord, diffusée en quatre épisodes...

Agrandir

La minisérie Objectif Nord, diffusée en quatre épisodes d'une heure à partir du lundi 18 février à 21h à Télé-Québec, nous ouvre une fenêtre sur des réalités qu'on ne soupçonnait pas, réunies sous quatre thèmes: les voix du Nord, le corps du Nord, l'esprit du Nord et les défis nordiques.

Partager

(Montréal) La présidente-directrice générale de Télé-Québec, Michèle Fortin, en avait assez que chaque fois qu'on parle des communautés autochtones du Nord québécois, c'était pour relever leurs problèmes de drogues, d'agressions sexuelles et de suicide. Aussi a-t-elle commandé une minisérie documentaire, additionnée d'un livre et d'un site Web, pour découvrir la vraie nature de cette portion du Québec.

«Les Rocheuses sont plus présentes dans l'imaginaire des Québécois que le Nord québécois. Et ça, il faut corriger ça. C'est chez nous!» déplore Mme Fortin, qui assure que l'initiative n'est pas une commande du précédent gouvernement pour promouvoir le plan Nord.

La pdg de Télé-Québec n'a pas tort : que connaît-on vraiment du Nord? S'y est-on seulement intéressé? En plein dans le mandat de la télé éducative, la minisérie Objectif Nord, diffusée en quatre épisodes d'une heure à partir du lundi 18 février à 21h, nous ouvre une fenêtre sur des réalités qu'on ne soupçonnait pas, réunies sous quatre thèmes : les voix du Nord, le corps du Nord, l'esprit du Nord et les défis nordiques.

Le réalisateur et scénariste Robert Cornellier, qui a beaucoup tourné à l'étranger notamment pour l'émission Nord-Sud, est parti dans le Nord sans le connaître, avec le souci de traduire toutes les réalités. Au cours de ce tournage de 120 jours, il a interviewé une centaine de personnes. «Ils ne veulent pas qu'on leur fasse la charité, ils veulent des emplois, des programmes de formation, une chance de pouvoir se développer», dit-il.

Selon lui, même les Américains auraient des leçons à nous donner en matière de connaissance du Nord. «En tournant un documentaire sur la catastrophe de l'Exxon Valdez, j'ai été frappé de voir à quel point l'Alaska est très présente dans l'imaginaire des Américains. Ça fait partie de leur histoire, de leur territoire, même si c'est isolé. Nous, on n'a pas de connexion avec le Nord.»

Et si vous pensiez que le Nord au grand complet s'opposait à l'exploitation minière ou forestière, vous avez tout faux. Bien sûr, certaines communautés sont encore amères d'avoir dû abandonner leurs terres natales après l'invasion cavalière de grands exploiteurs de ressources naturelles. C'est entre autres le cas de la famille du musicien Florent Vollant, qui a dû quitter le Labrador pour déménager à Mani-Utenam. Mais d'autres voient dans ces mines l'occasion de se sortir du trou, sans mauvais jeu de mots.

«La modernité appartient à tout le monde!» dira la romancière innue Naomie Fontaine, qui prône qu'on cesse de voir les autochtones sclérosés dans leurs traditions. Robert Cornellier est aussi allé en Inde pour rencontrer les dirigeants de l'empire Tata Steel et mieux comprendre leurs intentions dans l'exploitation des gisements de fer à Schefferville.

Pour bien nous situer dans ce vaste territoire, chaque segment de l'émission nous pointe l'endroit dont on parle sur une carte. Michèle Fortin reconnaît que la série prend «un parti pris positif» pour le Nord québécois, mais le réalisateur ne prend pas de lunettes roses pour nous le montrer. Florent Vollant constate que les enfants de sa communauté parlent aussi mal le français que l'innu. «On n'a pas fait ce qu'il fallait», dit-il en parlant de sa génération. Et il nous montre non sans une pointe d'humour le gros bloc de minerai de fer offert en cadeau par la compagnie aux communautés qu'elle a arrachées de leur territoire.

Un magnifique livre, Objectif Nord : Le Québec au-delà du 49e, signé Serge Bouchard et Jean Désy, sera publié lundi prochain aux Éditions Sylvain Harvey, qui ont pignon sur rue à Québec. Le site Web de l'émission comportera une foule de renseignements complémentaires et une série de capsules, Le carnet de Boucar, signées Boucar Diouf, qui nous offre sa vision du Nord.

La voix reste au sommet

L'intérêt pour La voix ne se dément pas: l'émission de Charles Lafortune a attiré 2 562 000 téléspectateurs dimanche soir à TVA, suivie de 2012 revue et corrigée, la revue humoristique du Rideau-Vert, qui en a conservé 1 559 000. Dans ces circonstances, le match entre le Canadien et les Devils à RDS a tout de même retenu 896 000 partisans, presque autant que Tout le monde en parle, vue par 981 000 téléspectateurs à Radio-Canada.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • <em>Objectif Nord</em>, le livre

    En vrac

    Objectif Nord, le livre

    Le collègue télé Hugo Dumas vous entretenait cette semaine de la minisérie documentaire Objectif Nord: le Québec au-delà du 49e parallèle: quatre... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer