Julie Ménard: la fille derrière Josée

Julie Ménard reconnaît que son rôle de Josée,...

Agrandir

Julie Ménard reconnaît que son rôle de Josée, une fille «un peu nounoune, pas gâtée par la nature», dans Caméra café, a été marquant.

Richard Therrien

Richard Therrien
Le Soleil

(Québec) Elle joue dans Caméra caféLa promesse et LOL:-). Son visage nous est familier depuis longtemps, mais son nom? Jamais Julie Ménard n'aurait cru que les personnes sondées par le Gala Artis le prononceraient d'emblée, et qu'elle se retrouverait en nomination dans la catégorie Rôle féminin/comédies québécoises. Rencontre parsemée de «lol» avec l'impayable Josée de Caméra café, qui a pris fin le mois dernier, et la Sophie de La promesse, qui s'arrêtera mardi soir après huit ans de succès à TVA.

Q De quelle émission vous parle-t-on le plus?

R Mon personnage dans Caméra café a été assez marquant. Elle est particulière, Josée! Avec LOL:-), j'ai l'impression qu'on a découvert la fille derrière Josée, capable de jouer autre chose en humour.

Q Vos différents rôles vous ont-ils empêchée d'être emprisonnée dans celui de Josée?

R J'ai été chanceuse dès le départ, j'ai décroché les rôles de Caméra café et de La promesse en même temps. Pour le public et pour les gens du milieu, j'ai eu l'occasion de montrer deux facettes de mon jeu. On ne décide pas de ces choses-là, c'est la vie qui nous les envoie.

Q De qui vous êtes-vous inspirée pour incarner Josée?

R J'ai été longtemps serveuse dans les bars et les restaurants, et je servais souvent Michel Courtemanche, un des deux réalisateurs de Caméra café. Quand il m'a offert le rôle d'une fille pas vite-vite, un peu nounoune, pas gâtée par la nature, je me suis dit: «Bon, c'est le fun qu'ils aient pensé à moi!» Mais je l'ai prise et je l'ai bâtie comme un personnage dramatique, seule chez moi, en baissant les épaules. Quand j'ai passé l'audition, j'ai mis un chandail trop petit pour mieux la jouer. Je me suis rendu compte des années plus tard, en revoyant des photos, qu'au secondaire, je faisais un personnage qui dansait sur les tables pour faire rire mes amis, je remontais mon pantalon par-dessus mon t-shirt, et c'était en plein Josée. Elle existait déjà!

Q Jouer sans paroles dans LOL:-), est-ce le défi ultime pour l'acteur?

R Oui et non, parce que c'est aussi la paresse ultime pour l'acteur! On n'a pas de textes à apprendre, et je ne connais pas beaucoup d'acteurs qui aiment apprendre des textes. Il y a quand même des situations où il faut trouver des façons d'exprimer des sentiments, que nos faces sont incapables de transmettre. On se rend compte des limites de nos possibilités.

Q Avez-vous tourné dans des conditions difficiles?

R Oui, dans la jungle avec les moustiques, ou en zombies dans un champ de canne à sucre en République dominicaine, où il n'y avait pas d'électricité. Dans le désert, il y en a qui ont manqué de perdre connaissance ou ont été malades. Mais c'est tripant, on est «là», on n'a pas besoin de jouer qu'il fait froid, il fait froid! Nous partons en Suisse en mai pour de nouveaux tournages.

Q On vous a connue en maîtresse de Willie Lamothe dans la minisérie Willie. Qu'a représenté ce rôle pour vous?

R Un magnifique personnage et une belle entrée dans le métier. C'est un tournage qui va toujours rester présent dans ma tête. J'ai découvert l'univers de Willie Lamothe, que je ne connaissais pas du tout, et j'ai rencontré le réalisateur Jean Beaudin, avec qui j'ai pu retravailler deux fois. Ça a été une grande surprise, parce que je n'avais pas le physique qu'il fallait pour le rôle de Rita, mais Beaudin cherchait une énergie.

Q La fin de Caméra café et de La promesse vous crée-t-elle de l'insécurité?

R Avec LOL:-), j'ai mon petit coussin de confort et je ne me retrouve pas devant rien. L'incertitude existe, c'est certain, mais ça implique de nouveaux risques. Ma nomination au Gala Artis a mis un baume sur ces deux petits deuils. Ça ne garantit pas d'autres rôles, mais c'est comme si le public me disait qu'il avait encore le goût de me voir.

Q De quel rôle rêvez-vous?

R J'aimerais jouer une écorchée de la vie. À ma sortie de l'école, j'ai beaucoup auditionné pour ce genre de rôle, des filles dans la drogue et la prostitution, mais ça n'a jamais débouché. J'aimerais jouer la soûlerie, l'overdose!

»» ZOOM SUR... Julie Ménard

Mon premier emploi à la télé:

Avant Willie, j'ai joué un petit rôle dans Histoire de musées.

Enfant, j'adorais regarder...:

Les westerns à Ciné-quiz! Après, j'allais dans ma chambre et

je refaisais le film.

Je ne manque jamais...:

La téléréalité. C'est la seule façon de décrocher pour moi.

J'ai suivi Star Académie et je regarde le Food Channel en boucle.

Je ne regarde jamais...:

Les grandes entrevues avec des comédiens.

Si c'était à refaire...:

Rien. Si j'avais pu gagner ma vie dès ma sortie de l'école, je l'aurais fait. Mais ça m'a appris à être patiente.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer