Propos homophobes: Mailhot et Goldberg forcés de s'excuser

Johnny Weir... (AFP)

Agrandir

Johnny Weir

AFP

Dossiers >

Vancouver 2010
Vancouver 2010

Suivez les espoirs olympiques de la région de Québec aux Jeux de Vancouver, du 12 au 28 février 2010. Notre journaliste Carl Tardif est sur place pour vous faire vivre ces Jeux d'une grande importance pour le Canada et qui font rêver la ville de Québec. »

(Montréal) L'animateur Claude Mailhot et l'analyste Alain Goldberg doivent s'excuser vendredi matin à la télévision pour des propos tenus sur le patineur américain Johnny Weir et jugés homophobes par le Conseil québécois des gais et lesbiennes.

Les commentaires pour le moins maladroits ont été prononcés durant l'émission Le réveil olympique, à RDS et à V, mercredi matin, au lendemain du programme court de patinage artistique chez les hommes aux Jeux de Vancouver.

Très bien connu des amateurs de cette discipline, Goldberg y a notamment affirmé que Weir «laisse une image assez amère pour le patinage artistique. [...] On pense que tous les garçons qui patinent vont devenir comme lui. Alors, c'est un très mauvais exemple.

«On n'a pas tort de le décrier. Il a du rouge à lèvres, il s'habille de façon féminine, il essaie d'être le plus féminin possible sur la glace», a-t-il poursuivi.

Claude Mailhot en a remis en faisant un lien entre Weir et la controverse autour du véritable sexe de la coureuse sud-africaine Caster Semanya, à qui on avait imposé des tests gynécologiques l'été dernier. «Moi, j'aimerais ça qu'il passe ces tests-là, lui!» a lancé Mailhot, suggérant à la blague que Johnny Weir compétitionne chez les dames.

Le président-directeur général du Conseil québécois des gais et lesbiennes, Steve Foster, était furieux lorsqu'il a entendu les propos des deux hommes, et a démandé des excuses publiques par voie de communiqué jeudi. «C'est comme si Johnny Weir n'avait pas sa place dans ce sport-là parce que ça viendrait entacher la virilité du patinage artistique. Je ne savais pas qu'il fallait avoir l'air d'une armoire à glace pour faire du patinage!»

Un ton méprisant

M. Foster dénonce «le ton méprisant et faussement humoristique» de l'intervention. «Ils le ridiculisent en s'attaquant à son intégrité. Ce n'est pas dans l'esprit olympique.» Il juge au contraire que Johnny Weir représente une fierté pour la communauté gaie et lesbienne. «Il avait l'air de s'amuser et de s'assumer pleinement [mardi soir], ce qui est plutôt rare dans le milieu du sport. Souvent, ils restent dans le placard.»

Steve Foster juge cet incident d'autant plus regrettable qu'un pavillon dédié aux athlètes gais et lesbiennes a été installé pour la première fois dans le cadre de Jeux olympiques, à Vancouver.

Le Consortium médiatique canadien de diffusion olympique, dont V et RDS font partie, n'a pas voulu défendre ses animateurs, reconnaissant que tout propos discriminatoire n'a pas sa place dans les médias. «À l'évidence, messieurs Mailhot et Goldberg ont très mala­droitement commenté l'apparence et les manières d'un patineur artistique. Aussitôt mis au courant de la réaction que leurs propos ont suscitée, eux, qui ne souhaitaient aucunement diffamer un individu ou une orientation sexuelle, ont souhaité présenter des excuses à l'écran.»

Propos inacceptables en 2010

Johnny Weir, qui portait une tenue noire et rose lors de sa prestation mardi, a l'habitude de se faire remarquer. Reste que de tels propos sont inacceptables en 2010. Comme s'il fallait passer un test de virilité pour faire du patinage artistique ou exclure tout garçon efféminé de ce sport.

Voilà des propos d'autant plus étonnants qu'ils proviennent de Mailhot, ancien sous-ministre adjoint au ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport, et de Goldberg, un vieux routier dans ce domaine. Même si son exubérance et ses choix vestimentaires peuvent faire sourire, on ne peut pas forcer Weir à être autre chose que lui-même. Et ce n'est certainement pas un «très mauvais exemple» pour la jeunesse, contrairement à ce que pense Goldberg. Les homosexuels efféminés n'ont pas à faire semblant qu'ils ne le sont pas, et la société doit les accepter tels qu'ils sont, point à la ligne.

Mailhot et Goldberg croient que Weir fait ombrage à sa discipline? Par de tels propos, ces messieurs amplifient plutôt le stéréotype qui veut que leur propre milieu soit franchement rétrograde. Évoluez : il faut toutes sortes de monde pour faire un monde!

Vous avez envie de réagir? Lisez le blogue de Richard Therrien sur le sujet.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer