Le changement d'image de Scott Weiland

Scott Weiland avait offert un spectacle désastreux au... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Scott Weiland avait offert un spectacle désastreux au Festival d'été de Québec de 2008 avec les Stone Temple Pilots. Le chanteur espère un changement d'image avec son nouveau groupe, The Wildabouts.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) On se souvient de ses frasques liées à la drogue et de son spectacle désastreux au Festival d'été de Québec de 2008 avec les Stone Temple Pilots, où il était apparu complètement défoncé à un point où il en oubliait les paroles de ses chansons. Le flamboyant chanteur Scott Weiland, qui sera en spectacle au Cercle ce soir avec son nouveau groupe The Wildabouts, dit maintenant vouloir changer d'image.

Ce n'est qu'après de multiples remises que Le Soleil a finalement pu avoir au bout du fil un Weiland à la voix pâteuse dont on ignorait tout le temps s'il blaguait ou s'il était simplement dans un état second.

«C'est un changement d'image [NDLR : Weiland a utilisé le terme anglais rebranding]. Nous ne faisons plus seulement des pièces des albums Core et Purple de Stone Temple Pilots, mais aussi des pièces de l'album Tiny Music ainsi que des pièces de Velvet Revolver. On fait aussi quelques reprises et cinq ou six de nos chansons», explique-t-il.

Les nouvelles chansons devraient figurer sur Blaster, premier album du nouveau groupe de Weiland qui devrait paraître à l'automne. «Ça va sonner comme du Led Zeppelin! Je vais essayer le plus possible de sonner comme Robert Plant!» lance le chanteur à propos de l'album à venir...

Un Grammy... ou trois

«Nous sommes en train de terminer l'album. Nous avons sept chansons enregistrées et je ne sais pas combien d'autres on enregistrera. Une chose est certaine, on en sélectionnera ensuite 12 pour l'album. Je pense que ça va être très bon. Je pense qu'on va gagner un Grammy... ou trois...»

Weiland assure que The Wildabouts, qui regroupe aussi le guitariste Jeremy Brown, le bassiste Tommy Black et le batteur Danny Thompson, est maintenant son projet principal et qu'il veut s'y consacrer à temps plein.

«Ce sera essentiellement comme du rock classique : Grandaddy, les Stones, les Beatles. Mon dernier album, c'était de l'anarchie électrique et celui-là sera un album de rock 'n roll», jure-t-il.

Mais à travers tous ces styles et ces sonorités, à quel genre de spectacle les fans de Québec doivent-ils s'attendre ce soir au Cercle? «Des amplis puissants, de la distorsion, une batterie qui frappe fort et moi, eh bien, j'inventerai les paroles au fur et à mesure...» laisse-t-il tomber.

Les tabous d'un chanteur

Parmi les consignes laissées à l'auteur de ces lignes par l'équipe de Scott Weiland, il était inscrit qu'il était interdit de lui parler... de son passé, des poursuites intentées par les trois autres membres de Stone Temple Pilots et de la contre-poursuite qu'il a intentée contre eux, de la séparation de Velvet Revolver et de quelque dépendance à la drogue que ce soit.

Le chanteur avait pourtant abordé ces sujets dans sa biographie Not Dead and Not For Sale, coécrite avec David Ritz en 2011. «Alors, Scott, est-ce que tu regrettes d'avoir lancé ta biographie? On y traitait de tous ces sujets dont ton gérant ne veut pas qu'on te parle...»

«La seule chose que je regrette à propos de ma biographie, c'est que ma femme ne puisse pas la lire car elle est incapable de lire quoi que ce soit qui parle de mon ex-femme», explique celui qui a épousé l'an dernier la photographe Jamie Wachtel.

«Pour ce qui est de la drogue, je ne veux pas en parler car ce sont des trucs qui sont arrivés dans les années 90 et je ne veux pas parler des années 90. Pour Stone Temple Pilots, c'est que nous sommes encore en médiation et que mes avocats m'interdisent de dire quoi que ce soit car ça pourrait nuire à la cause», résume-t-il brièvement avant d'aborder le dossier Velvet Revolver.

«Argent facile»

«Mais Velvet Revolver, il n'y a pas de problème. J'ai même appelé les gars pour leur proposer de faire quelques spectacles ensemble dans quelques mois. Nous sommes en bons termes, mais je ne veux plus être membre de Velvet Revolver à temps plein. Si possible, j'aimerais qu'on ne joue que dans des festivals. Tu sais, pour faire de l'argent facile...», résume-t-il en ajoutant que les autres ex-membres du groupe sont ou bien très occupés, ou alors ils n'ont pas autant besoin d'argent que lui.

«Dave [Kushner, guitariste] fait de la musique pour la télé. Il a fait le thème de la série Sons of Anarchy. Duff [McKagan, bassiste] fait énormément d'argent à la Bourse. Quant à Slash [guitariste], il a su mettre de côté le fric qu'il a fait à l'époque de Guns N' Roses. Finalement, Matt [Sorum, batteur] est engagé dans un paquet de trucs.»

Vous voulez y aller?

Qui : Scott Weiland and The Wildabouts (invités : Sandveis et Furhat)

Où : Le Cercle

Quand : mercredi soir, 19h30

Billets : 45 $ (prévente); 46,50 $ (à la porte)

Téléphone : 418 948-7684

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer