Profession: inventeur de tours de magie

Mathieu Bich (gauche) et Stéphane Bourgoin (droite) font... (Photo Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Mathieu Bich (gauche) et Stéphane Bourgoin (droite) font partie de la programmation du Festival de la magie de Québec, qui bat son plein actuellement. M. Bourgoin donnera d'ailleurs une conférence sur l'histoire de la magie demain.

Photo Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dans le milieu de la magie, seuls quelques dizaines de magiciens inventent les tours pour tous les autres, et ce, à travers le monde. Une grande illusion peut être vendue des dizaines, voire des centaines de milliers de dollars, alors qu'un simple tour à l'aide d'un jeu de cartes peut être acheté pour 15 $.

Le Festival de la magie de Québec, qui bat son plein dans le Nouvo Saint-Roch jusqu'à lundi, a la chance d'avoir à sa programmation deux compositeurs de magie, soit Mathieu Bich, magicien champion du monde en 2006, et Stéphane Bourgoin, qui collabore au spectacle du Québécois Luc Langevin. Les deux hommes l'admettent, ils font un métier peu commun.

La communauté de la magie est tissée serré. C'est encore plus vrai pour les magiciens professionnels ou semi-professionnels, a déclaré Mathieu Bich. «On est moins d'une centaine [à créer de nouveaux tours], ça, c'est sûr. Dans les congrès, on est environ une cinquantaine, et ce sont toujours les mêmes.» 

«C'est comme en musique, il y a des compositeurs et des interprètes. En magie, il y a beaucoup plus d'interprètes que de compositeurs», a ajouté le champion français. 

Ils sont plutôt prolifiques, les créateurs, alors que près de 100 nouveaux tours voient le jour chaque mois, du plus simple au plus complexe.

La notion de droit d'auteur n'existe pas en magie, et un créateur ne peut réclamer un montant d'argent chaque fois que son tour est présenté. «On vend une idée», a dit M. Bich. 

Il revient au créateur de bien évaluer la valeur de son concept, qu'il tente ensuite de vendre aux interprètes qui pourront l'adapter à leur façon. «Une grande illusion peut valoir plusieurs dizaines de milliers de dollars, alors qu'un simple tour de cartes peut être vendu entre 10 et 15 $.» 

Matérialiser ses idées

Ce qui est d'autant plus intéressant dans le fait de créer de la magie est qu'il faut à tout coup trouver de nouveaux moyens pour parvenir à matérialiser son idée, estime pour sa part Stéphane Bourgoin.

Ce dernier possède une bibliothèque personnelle de magie contenant 4000 livres, si bien qu'il n'existe que très peu de secrets pour lui. «J'ai toujours une petite idée de comment est créé un numéro.»

Son talent l'a mené à être bien plus qu'un consultant en magie. Il est engagé par différentes entreprises qui souhaitent créer un coup de publicité en intégrant de la magie.

Des metteurs en scène, au théâtre, réclament aussi ses services pour ajouter des éléments de surprise dans leurs créations.

Véritable bible du milieu, M. Bourgoin donnera une conférence sur l'histoire de la magie, demain, à l'occasion du Festival de la magie de Québec.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Luc Langevin: aux frontières du réel

    Sur scène

    Luc Langevin: aux frontières du réel

    Avec Luc Langevin, il faut laisser son scepticisme au vestiaire. Le magicien qu'on a connu ces dernières années à la télévision passe de l'écran à la... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer