Spectacle de la St-Jean: les Cowboys Fringants brassent la cage

Les milliers de personnes qui se sont déplacées... (Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Les milliers de personnes qui se sont déplacées sur les Plaines dimanche ne s'attendaient qu'à une chose. À fêter fort avec les Cowboys Fringants et leurs invités, Plume Latraverse, Louis-Jean Cormier et l'Acadienne et Québécoise d'adoption Lisa LeBlanc.

Le Soleil, Steve Deschênes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Enfin! Les plaines d'Abraham ont enfin repris vie dimanche soir pour la Saint-Jean-Baptiste. Le site n'était peut-être pas plein à craquer pour les Cowboys Fringants et leurs invités, mais le coeur y était bien plus que dans les deux dernières années.

Les Cowboys Fringants ont pris au sérieux leur... (Le Soleil, Steve Deschênes) - image 1.0

Agrandir

Les Cowboys Fringants ont pris au sérieux leur commande et ont servi d'entrée de jeu les endiablées «Droit devant», «La manifestation» et «La Reine», dimanche, sur les plaines d'Abraham.

Le Soleil, Steve Deschênes

Plume Latraverse a apporté une bonne dose de... (Le Soleil, Steve Deschênes) - image 1.1

Agrandir

Plume Latraverse a apporté une bonne dose de nostalgie et de rires en servant ses inconditionnelles «Retour à la terre» et «Chambre à louer», qu'il a amorcée en y allant de ce clin d'oeil à la première ministre : «J'ai appris l'anglais avec Pauline.»

Le Soleil, Steve Deschênes

Depuis 2011, c'était en voie de devenir la nouvelle tradition de la Saint-Jean-Baptiste à Québec : une fête tiédie par une météo incertaine, une assistance timide, une animation mièvre entrecoupée de numéros musicaux pas toujours transcendants. Heureusement, les Cowboys Fringants sont venus brasser la cage à tout ce beau décorum. Les milliers de personnes qui se sont déplacées sur les Plaines dimanche ne s'attendaient qu'à une chose : fêter fort avec le groupe devenu culte et leurs invités, Plume Latraverse, Louis-Jean Cormier et l'Acadienne et Québécoise d'adoption Lisa LeBlanc.

Exit l'animateur et les temps morts entre les pots-pourris qui portaient souvent bien leur nom. Le spectacle télédiffusé à Télé-Québec et à TV5 a fait la part belle aux succès des têtes d'affiche.

Les Cowboys Fringants ont pris au sérieux leur commande et ont servi d'entrée de jeu les endiablées Droit devant, La manifestation et La reine. Ils semblaient bien petits sur la nouvelle et gigantesque scène prêtée par le Festival d'été de Québec. Mais après quelques chansons, leur énergie sans borne la meublait parfaitement.

La formule remaniée du spectacle de la Saint-Jean a été accueillie comme une bouffée d'air frais. Les drapeaux fleurdelisés, dans la foule, ne battaient plus mollement au vent, mais étaient animés par une fougue qui manquait cruellement dans les dernières années. Ça faisait du bien d'entendre le leader des Cowboys, Karl Tremblay, être accompagné par l'assistance, notamment pendant Toune d'automne, conclue dans un amalgame de reggae et de rock bien grouillant.

Et pour une fois, la folie qui se dégageait de la scène ne semblait pas figée dans une feuille de route. Les Cowboys Fringants et leurs invités musiciens faisaient corps en s'accompagnant les uns et les autres sur leurs compositions entrées pour la plupart dans la mémoire collective du Québec.

Plume Latraverse a apporté une bonne dose de nostalgie et de rires en servant ses inconditionnelles Retour à la terre et Chambre à louer, qu'il a amorcée en y allant de ce clin d'oeil à la première ministre: «J'ai appris l'anglais avec Pauline.»

Plume a suivi en présentant Lisa LeBlanc comme «la relève de la marde», une allusion bien sentie à sa pièce Aujourd'hui, ma vie c'est d'la marde.

Si certains doutaient encore du pouvoir d'attraction de Lisa LeBlanc, c'est qu'ils n'étaient pas sur les Plaines dimanche. La chanson «défoulatoire» qui a révélé la chanteuse acadienne avait des airs d'hymne national, faisant entonner les enfants et les baby-boomers plus fort que lors des airs les plus connus des Cowboys.

Louis-Jean Cormier, lui, a mis un peu de poésie dans l'air en interprétant La route que nous suivons. «Chanter les mots de Gaston Miron sur les Plaines, c'est extrêmement poétique pour moi. Ça me fait du bien», a exprimé le leader de Karkwa.

Le Mouvement national des Québécois, organisateur des festivités,... (Le Soleil, Steve Deschênes) - image 2.0

Agrandir

Le Mouvement national des Québécois, organisateur des festivités, n'a pas voulu s'avancer sur l'ampleur de la foule sur les Plaines, évitant ainsi de fournir une estimation démesurée de 150 000 comme l'an dernier.

Le Soleil, Steve Deschênes

Bonne idée, également, que de clore le spectacle avec le discours patriotique rythmé par trois musiciens dont Cormier. De cette façon, le texte signé par la femme de théâtre de Québec Anne-Marie Olivier tenait bien plus de la chanson revendicatrice et vraie que du discours d'apparat.

Le Mouvement national des Québécois, organisateur des festivités, n'a pas voulu s'avancer sur l'ampleur de la foule, évitant ainsi de fournir une estimation démesurée de 150 000 comme l'an dernier. Chose certaine, les fêtards n'avaient pas été aussi nombreux depuis l'instauration du périmètre sans alcool.

La fête nationale serait-elle entrée dans une nouvelle ère? Il est permis de le croire. Sauf que les organisateurs auront fort à faire pour réunir de nouveau une brochette d'artistes aussi rassembleurs, actuels et animés.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer