Spectacles sur les Plaines: zones d'attente aux frais du promoteur

QuébéComm touchera près de 150 000 $ de... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

QuébéComm touchera près de 150 000 $ de moins pour le spectacle de Céline Dion comparativement à celui de Madonna, en raison de la décision de la Ville de ne plus injecter d'argent dans les zones d'attente.

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Partager

(Québec) La Ville de Québec revoit à la baisse sa contribution en services pour les grands spectacles sur les plaines d'Abraham. Dorénavant, elle ne mettra pas un sou dans les zones d'attente.

Le président de QuébéComm, Sylvain Parent-Bédard... (Photo Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

Le président de QuébéComm, Sylvain Parent-Bédard

Photo Le Soleil, Erick Labbé

L'an dernier, le spectacle de Madonna a coûté 246 800 $ en services municipaux. De cette somme, l'administration Labeaume a injecté 75 000 $ pour l'aménagement des zones d'attente.

La Ville a ainsi donné un coup de pouce financier à l'entreprise QuébéComm en fournissant des toilettes, de la restauration, des tentes ou de l'équipement de sonorisation, par exemple. Les zones d'attente ont, en plus du 75 000 $ d'aménagement, coûté 55 000 $ en génératrices et en toilettes. On y comptait des policiers, aussi.

L'idée, lancée par la Ville, était d'assurer plus de confort aux spectateurs. Or, ce concept a un prix.

Pour Roger Waters, produit par 3E, une filiale du Festival d'été quelques semaines plus tôt, il n'y avait pas de zones d'attente. Coût de la facture en services municipaux : 101 095 $.

C'est à une somme semblable que se limitera dorénavant la contribution de l'administration Labeaume pour ces gros spectacles à but lucratif.

Question d'équité, ce sera pareil pour tous les spectacles. Surtout à l'heure où les grandes manifestations musicales se multiplient sur les champs de bataille.

«Madonna, c'était un one shot deal», a expliqué au Soleil l'attaché de presse du maire Régis Labeaume, Paul-Christian Nolin. «On voulait expérimenter quelque chose de nouveau. C'était une première, on voulait le tester. C'est fait. Maintenant, on dit au promoteur de penser à faire son affaire de cette façon-là.»

En somme, la Ville veut que les zones d'attente soient maintenues. Mais finis les fonds publics. Dans ce cas-ci, QuébéComm touchera au final pour Céline Dion près de 150 000 $ de moins en services que pour Madonna.

«Une entreprise, pas un festival»

«Ce sont eux qui chargent. C'est une entreprise, pas un festival», a illustré M. Nolin en rappelant le caractère privé des promoteurs.

Pour chaque grand spectacle, la contribution de la Ville se limitera donc à l'essentiel pour la sécurité des citoyens. Des agents de police, divers travaux publics pour la circulation, des toilettes sur le site.

«Ce sont des services qu'on rend à la population, pas une contribution à un spectacle comme tel», précise l'attaché de presse du maire Labeaume.

Et encore là, les besoins devront être évalués en fonction de chaque spectacle, a expliqué M. Nolin jeudi. «Tout ça doit faire l'objet d'une entente.»

Plus jamais Metallica

L'idée d'investir dans des zones d'attente avait été formulée par le maire de Québec lui-même lors de l'annonce de la venue de Madonna, en février 2012.

L'objectif : ne plus jamais revivre le scénario du spectacle de Metallica pour lequel une foule compacte s'était massée sur Grande Allée et devant le parlement pendant des heures, le temps de cuire en plein soleil.

«L'expérience de Metallica nous a convaincus qu'il fallait améliorer le confort des gens. Il y a beaucoup de monde, il ne faut pas qu'il y ait d'effet de panique, avait dit le maire. À l'avenir, c'est ce qu'on va faire pour les grands, grands spectacles.»

M. Labeaume voulait aussi insuffler une ambiance de fête pour agrémenter le temps d'attente. «On voudrait que ce soit un party du moment où les gens arrivent près du site jusqu'à la fin du spectacle, c'est pour ça qu'on va mettre plus d'argent», avait expliqué le maire.

Un an plus tard, la volonté de maintenir le party demeure. Mais ce sera au promoteur de payer la facture. «Ils ont aussi appris de leur première expérience», a conclu Paul-Christian Nolin. «Je pense que l'expérience a été positive pour tout le monde.»

«Les fans ne s'en rendront pas compte»

«Les fans ne s'en rendront pas compte, ce sera aussi efficace que l'an passé.» Le président de QuébéComm, Sylvain Parent-Bédard, promet que le confort des spectateurs ne sera pas compromis par la décision de la Ville de Québec de ne pas contribuer à l'aménagement des zones d'attente pour le spectacle de Céline Dion. Et les autres à venir.

«Nous, on veut répéter l'expérience, alors on va assumer tous les frais qu'on devra assumer pour que les fans soient confortables», a commenté M. Parent-Bédard jeudi. Pour Madonna, QuébéComm avait touché 246 000 $ en services de la Ville.

Du même souffle, il reconnaît toutefois que son organisation devra prendre certaines décisions. «Peut-être qu'on va avoir un petit peu moins de toilettes», a-t-il illustré. Il donne aussi l'exemple des tentes de restauration qui n'étaient «pas pleines à 100 %» l'an dernier. Elles seront peut-être moins nombreuses. Même chose pour la musique d'ambiance. «Des scènes avaient été installées. Il va peut-être y en avoir moins», avance-t-il.

Mais les changements apportés à la configuration des couloirs d'entrée pour Céline Dion le 27 juillet compenseront et faciliteront l'attente, assure le président de QuébéComm, qui rencontrera les responsables de la Ville «d'ici quelques semaines».

Les besoins et les attentes de la Ville pour les zones d'attente seront alors établis. 

On déterminera aussi les détails entourant l'accès aux Plaines.

«Projet-pilote»

Au final, M. Parent-Bédard dit comprendre que l'administration Labeaume ne renouvelle pas l'aide financière pour les zones d'attente avec toilettes, restauration et animation. L'idée était un «projet-pilote», dit-il.

«On est très bien avec ça», poursuit M. Parent-Bédard à propos du fait que son entreprise devra dorénavant assumer l'entièreté des coûts de la zone d'attente.

«Nous, on est une entreprise privée. On veut faire des événements autonomes financièrement par les revenus de billetterie. On veut assumer nos dépenses», a conclu le patron de QuébéComm.

*****

Céline Dion: prévente terminée

La prévente des billets pour le concert qu'offrira Céline Dion sur les plaines d'Abraham le 27 juillet s'est terminée vers 13h30 jeudi, a laissé savoir l'entreprise QuébéComm, qui présente le spectacle.

Toutes les places mises en vente dès 10h pour les membres de l'organisation J'ai ma place, pour ceux du fan club de la chanteuse et pour les abonnés à l'infolettre de QuébéComm avaient alors trouvé preneur, selon un communiqué. Le nombre de billets vendus à ce jour n'a toutefois pas été précisé.

La vente régulière sera lancée samedi, à 10h, sur le réseau Billetech. En tout, jusqu'à 60 000 personnes pourront assister au concert Céline... une seule fois.  Geneviève Bouchard

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer